Chirongui : le tribunal avant les urnes

3
158
La salle se remplit avant le début de l'audience ce mardi à Kaweni

A un mois des municipales, le déroulement des élections à Chirongui connait déjà un tour judiciaire. Electeurs fantômes, doublons, inscriptions incomplètes, le tribunal se penchait sur la sincérité des listes électorales de la commune.

La salle se remplit avant le début de l'audience ce mardi à Kaweni
La salle se remplit avant le début de l’audience ce mardi à Kaweni

Mayotte n’en a pas fini avec les controverses liées aux listes électorales. Ce mardi, ce sont les électeurs de la commune de Chirongui sur lesquels la justice se penchaient. Dans la salle d’audience de Kaweni, trop petite pour l’occasion, une centaine de personnes était venue défendre son statut d’électeur dans la commune. Quelques unes venaient justifier de leur cas personnel pour intégrer ou réintégrer les listes électorales. Mais La plupart répondaient à une requête déposée par la liste «La droite solidaire» menée par Abdoul Karim Soulaimana.

«50 personnes inscrites dans quelques maisons»

Les membres de la liste affirment avoir épluché, comme la loi les y autorise, le listing des électeurs nouvellement inscrits sur la commune. Ils y auraient repéré 165 personnes non identifiées. «Moi, je vis depuis toujours dans le village de Chirongui, explique Insya Daoudou, membre de la liste «La droite solidaire». Alors que je pense connaître tout le monde, il y a des gens inscrits dont je n’ai strictement jamais entendu parler. Et puis, il y a des choses bizarres. Dans la rue de La Poste, qui est une petite impasse avec quelques maisons, on trouve une cinquantaine de personnes inscrites qui habiteraient là. On demande à la justice de nous dire où elles sont.»

Abdoul Karim Soulaimana, tête de la liste qui a déposé le recours
Abdoul Karim Soulaimana, tête de la liste qui a déposé le recours

Pour le candidat Gilles Martin, la situation se répèterait comme dans la «rue PPF», une impasse d’une quarantaine de mètres de long où beaucoup de personnes seraient étonnamment domiciliées.
«C’est un jour historique, explique la tête de liste Abdoul Karim Soulaimana. Nous donnons la possibilité à la justice de donner ses lettres de noblesses à la démocratie à Mayotte. Ces pratiques d’un autre temps, il faut qu’elles cessent !»

La tête de liste reconnaissait tout de même des limites à l’exercice. Depuis le dépôt de la requête, trente personnes ont été finalement identifiées. La confusion venait du fait d’une inscription dans un autre village de la commune que celui dans lequel elles résident ou plus simplement d’un changement de nom. «Mais beaucoup de ces 165 vont être radiés», assuraient des candidats de «La droite solidaire».

La commission électorale décriée

Ce n’est pas spécifiquement la mairie ou Roukia Lahadji, la maire de Chirongui, qui sont visées, mais la commission de révision des listes électorales. «Il y a une commission avec un représentant du maire, un de la préfecture et un autre du tribunal. C’était à eux de vérifier si ces gens remplissent les conditions pour voter à Chirongui. C’est contre cette commission qu’on a porté plainte», précise M. Soulaimana. «Ca va réduire le risque de recours après l’élection.»

Dans la salle d’audience où le Président avait bien du mal à maintenir le silence, chaque cas était appelé l’un après l’autre. Une liste interminable qui permettait à ceux qui s’étaient déplacés de présenter des attestations de domiciliation dans la commune.

Alors que Chirongui compte environ 4.000 électeurs, l’enjeu est important. «Lors du précédent scrutin municipal, l’élection s’est jouée à une centaine de voix», relevait Gilles Martin.
Le tribunal doit rendre sa décision le vendredi 7 mars.

RR

3 Commentaires

  1. Finalement pour pouvoir voter dans le village de Chirongui il faut : – Être mahorais, né à Chirongui de parents eux-même de Chirongui – Habiter à Chirongui à une adresse en bonne et due forme bien connue de tous – Habiter chez ses parents – Être connu de l’ensemble du village – Et surtout connaître absolument A. K. Soulaimana !!!
    Quel connerie ! « Naître, vivre et mourir au village » c’est fini le XIIIème sicèle pèpère ! Au fait, un village est une commune rurale c’est moins de 2000 habitants au sens du cadre territorial français et non plus de 8000. Karibu en France mec …

  2. Sympa au journal de Mayotte d’avoir pensé à mettre une photo de la tête de liste qui connait les 8047 pelés de Chirongui. Je m’en vais vite l’imprimer puis je vais parcourir le bled pour savoir ce que les villageois me répondront à la question « Connaissez-vous ou reconnaissez-vous cet homme ? ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here