Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Devenir propriétaire


100e maison livrée: l’accession sociale à la propriété, en positif et négatif

Publié le mardi 23 décembre 2014 à 5:30
Aucun commentaire

La Sim assurait ce lundi la 100e livraison d’une maison construite dans le cadre du dispositif d’accession sociale à la propriété. En positif, quelques communes dynamiques et la joie des familles concernées. En négatif, le faible nombre de livraisons en 7 ans lié aux problèmes fonciers qui paralysent tous projets immobiliers.

Andhuimati devant sa nouvelle maison à Poroani

Andhuimati devant sa nouvelle maison à Poroani

Andhuimati et Moussa ne se connaissent pas. Leurs deux familles vont pourtant devenir voisines dans le nouveau quartier qui sort de terre à Poroani. Ce lundi, ils accueillaient dans leur futur jardin, ceux qui sont à l’origine du programme d’accession sociale à la propriété dont ils sont les bénéficiaires.
Au milieu de petites maisons en dur en construction, Roukia Lahadji, la maire de la commune de Chirongui, et Mahamoud Azihary, le président de la SIM, étaient venus assurer, symboliquement, la 100e livraison d’une maison en programme LATS (logement en accession très sociale). Avec eux, des représentants de la DEAL et de la CAF (caisse d’allocation familiale) également partie prenante du dipositif.

LATS : Kezako ?
Les logements en accession sociale permettent aux familles avec peu de ressources de devenir propriétaires. Les dossiers sont gérés par la DEAL qui accorde un montant de subventions qui peut aller jusqu’à 73.000 euros. La CAF peut également prendre en charge une partie de l’achat, le reste étant à la charge de la famille qui peut contracter un prêt bancaire.
Pour en bénéficier, il suffit d’être propriétaire d’un terrain à son nom propre et de remplir les conditions de ressources et de résidence.

Roukia Lahadji, la maire de Chirongui et Mahamoud Azihary livrent la 100e maison du programme

Roukia Lahadji, la maire de Chirongui et Mahamoud Azihary livrent la 100e maison du programme

A Mayotte, la SIM est chargée de réaliser ces programmes. Elle construit des cases en dur qui sont livrées aux familles achevées à l’extérieur. Les nouveaux propriétaires doivent ensuite réaliser le carrelage et les peintures intérieures et l’ensemble des aménagements.

Le Positif : des maisons pour les habitants de communes dynamiques
Compte tenu de la taille de leur famille, Andhuimati et Moussa disposent d’une maison avec une cuisine, salle de bain et 4 chambres. Ils entrent dans les objectifs du programme qui vise à «rompre le cercle de la pauvreté», selon l’expression de Mahamoud Azihary. Pour lui, permettre à des familles très défavorisées d’accéder à la propriété, c’est offrir un espace à des enfants pour qu’ils étudient dans de bonnes conditions et ainsi changer leur vie. C’est aussi garantir un patrimoine à une famille.

Cette politique sociale semble très adaptée à Mayotte où 80% de la population pourrait prétendre bénéficier du programme. «Nous avons deux communes particulièrement dynamiques : Bandraboua et Chirongui», explique, sans langue de bois, Mahamoud Azihary, une façon de tenter de mobiliser les autres communes qui ont du mal à démarrer leur programme.

A Poroani, un quartier sort de terre

A Poroani, un quartier sort de terre

A Chirongui, la maire est enthousiaste et après la quartier de Poroani, de nouveaux programmes sont lancés. «Notre objectif est de livrer 700 logements avant 2020. L’an prochain, nous aurons un démarrage de chantier à Tsimkoura. Puis suivront Miréréni et Chirongui Stade… Avant la ZAC de Mramadoudou avec 350 logements. Nous sommes au combat. Le mal-logement n’est pas une fatalité !» martèle Roukia Lahadji, sûre de ses choix.

Négatif : un programme complètement en panne
«Nous célébrons la 100e livraison mais ce n’est pas un succès. Si tout avait bien marché, on fêterait la 2.000e livraison. En 7 ans, nous avons réalisé 333 logements et nous n’avons donc pu en livrer que 100», se désole Mahamoud Azihary.
Le foncier, encore et toujours, est le cœur du problème. La très grande difficulté pour les Mahorais de disposer de titres en nom propre, ce qui est une obligation pour boucler le dossier, paralyse le programme : permis de construire et mise en chantier sont au point mort. Des logements achevés depuis des années n’ont toujours pas pu être livrés aux familles.

"sortir du cercle de la pauvreté" en permettant à des familles de devenir propriétaires et donc de posséder un patrimoine

« sortir du cercle de la pauvreté » en permettant à des familles de devenir propriétaires et donc de posséder un patrimoine

Pour la SIM, les conséquences sont lourdes : «Pour que nos comptes soient à l’équilibre, il faudrait sortir 150 logements par an. A l’heure actuelle, l’accession sociale, c’est une activité à perte pour la SIM mais on le fait de façon militante», assure Mahamoud Azihary.

Et le président de la SIM de renouveler sa proposition d’une remise à plat du foncier sur le modèle de l’immense chantier mené par la commission de l’état civil à Mayotte. «Le titre foncier, c’est l’état civil de la terre. Il faut identifier toutes les parcelles et toutes les propriétés pour achever ce qui a été commencé par le cadastre par exemple. Il faut établir une commission dotée de moyens et d’une équipe accompagnée de représentants de l’état et de politiques. Il faut lui donner 2 ou 3 ans pour finir ce chantier. Sinon, la gestion de notre pays restera bloquée au moyen-âge !»

Mahamoud Azihary rêve que Mayotte soit capable de sortir autant de réalisations que les pays voisins, de la Tanzanie à Maurice qui eux, ne bénéficient pas de l’appui d’une nation développée et de fonds européens.
RR
Le Journal de Mayotte

Les aides combinées de la DEAL et de la CAF peuvent dépasser 75% du coût d'achat

Les aides combinées de la DEAL et de la CAF peuvent dépasser 75% du coût d’achat

Tagged under , , , , , , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Un appel à projet sur l’alimentation-nutrition-sport-santé : « Bien manger et bouger à Mayotte »
HIER Changement d’adresse mail à la Caisse de Sécurité sociale
HIER Hommage solennel aux militaires de la gendarmerie décédés dans l’exercice de leurs fonctions en 2017
HIER Avec une nouvelle intersyndicale de l’Education, trois dates de mobilisation contre les violences
HIER Kahani : Petite réunion pour une grande décision attendue ce vendredi
HIER Suspectée de surfacturer les billets de continuité territoriale, Air Austral tente de se défendre
HIER Le dispositif de sécurité de Kawéni visité par le préfet
2 jours Coupure d’eau dans la commune de Bandrélé ce 15 février
2 jours Appel à témoins : la gendarmerie cherche à identifier la victime d’un vol

MAGAZINE
... Les moins jeunes aussi mais... Monsieur le maire ça c'est pour les enfants !
A Passamainty, la première aire de jeux de Mayotte plébiscitée par la population


CARNET DE JUSTICE
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »
Devant les juges, il se touche le sexe et part en prison


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL