Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Violences


3.000 guides bilingues pour assister les femmes violentées

Publié le mercredi 9 décembre 2015 à 11:45
Aucun commentaire

Un nouvel outil est à la disposition des femmes victimes de violences : un guide d’information listant les différents appuis qu’elle pourrait solliciter. Parce que le nombre de victimes pourrait être bien supérieur à Mayotte. Il pourrait faire des émules en métropole.

Moinaecha Noera Mohamed, Guy Fitzer, Laurent Sabatier et Anfiati Houmadi Djoumbe,  CDAD

Moinaecha Noera Mohamed, Guy Fitzer, Laurent Sabatier et Anfiati Houmadi Djoumbe, CDAD

Ce guide, c’est Moinaecha Noera Mohamed, Déléguée aux droits des femmes à Mayotte, qui en est à l’initiative, et relayée par le Centre départemental d’accès aux droits (CDAD), présidé par Laurent Sabatier, également président du Tribunal de Grande Instance, et la préfecture.

Un guide pas uniquement destiné à faire connaître leurs droits aux femmes violentées, « mais à la solitude et à l’isolement liée à leur situation, il ne faut pas rajouter l’incompréhension institutionnelle. Plus on a une connaissance fine de ce que fait chaque acteur, mieux on peut accompagner ces femmes », déclare Laurent Sabatier.

C’est donc un guide d’accompagnement global, rédigé en deux langues, français et shimaoré, « et qui a été remarqué par la Délégation de députés de défense des droits des femmes venue à Mayotte en novembre, qui vont sans doute s’en inspirer. »

Un chiffre noir quatre fois supérieur

Guy Fitzer : "La société matriarcale, pas une garantie suffisante"

Guy Fitzer : « La société matriarcale, pas une garantie suffisante »

En 2015, environ 120 plaintes ont été enregistrées à Mayotte, bien inférieur à la moyenne nationale, « car beaucoup n’osent pas déposer plainte, parce qu’elles ne se sentent pas protégées et qu’elles craignent pour elles et leurs enfants. Il est communément admis que le chiffre noir d’écart entre faits signalés et faits constaté est quatre fois supérieur aux statistiques officielles », explique le juge.

Qui rajoute que, pour casser cette tendance, la loi propose maintenant le Mandat global de protection qui permet aux victimes de conserver leurs droits, dont leurs domiciles : « Pendant des années, les femmes victimes devaient quitter leur domicile et étaient accueillies au sein de structures avec leurs enfants. On traitait les effets plutôt que leurs causes. Ce sont les auteurs des violences qui doivent partir, surtout à Mayotte où les femmes sont propriétaires de leur logement. »

Dénoncer des faits dont on est témoin

Le guide bilingue d’informations

Le guide bilingue d’informations

Guy Fitzer, secrétaire général adjoint de la Préfecture de Mayotte, et sous-préfet en charge de la Cohésion sociale, notait que la société mahoraise, toute matriarcale qu’elle soit, n’est pas une garantie suffisante : « les jeunes filles doivent pouvoir s’exprimer librement et s’épanouir. La honte doit changer de camp. » Et de rappeler qu’en France une femme meurt tous les trois jours sous les coups, « après la condamnation, la vie doit continuer, et c’est là aussi que ce guide va servir en proposant un réseau, assistantes familiales, ACFAV, TAMA, etc. »

3.000 guides viennent d’être publiés, et seront distribués à tous les partenaires susceptibles d’accueillir les femmes, travailleurs sociaux, infirmières, magistrats, etc.

L’environnement a aussi sa place dans la dénonciation de ces faits de violence : « Chacun doit révéler des faits lorsqu’il en a connaissance », invitait Guy Fitzer, « surtout quand la situation est criminelle ».

Une information qui reste encore dans les familles et les villages. Il en va pourtant de la protection d’une personne en danger.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
15:41 Labattoir pleure la chatouilleuse Feda Attoumani, décédée dans la nuit.
HIER Coupures d’eau cette nuit à Mandzarisoa et Cavani
HIER Mamoudzou, aidez à choisir le logo des futurs bus
2 jours Perturbation de la distribution d’eau à Kahani ce jeudi
2 jours Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
2 jours Journée de la trottinette le 24 octobre
2 jours La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni
2 jours 4 millions d’euros pour la recherche et l’innovation dans les Outremers
3 jours Table ronde sur le mécénat et dons aux associations le 4 novembre

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Cavani : Prison ferme après une vengeance extra judiciaire
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL