Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


Agression sexuelle: L’impossible aveu

Publié le mercredi 7 décembre 2016 à 17:01
Aucun commentaire

La victime n’est pas dans la salle, on peut le comprendre, elle a 4 ans et demi. Son représentant non plus, « peut-être expulsés lors des ‘décasages’ », glisse le juge Laurent Sabatier qui préside l’audience collégiale pour cette affaire d’agression sexuelle.

Le tribunal de grande instance de Mamoudzou

Le tribunal de grande instance de Mamoudzou

Pas facile d’entendre le récit des faits. A.S., âgé d’une quarantaine d’années, est accusé d’avoir frotté son sexe sur l’anus et les fesses de la petite N., âgée donc de quatre ans et demi. C’est un petit homme, mince, proprement vêtu, qui arrive encadré entre 3 gendarmes, de la prison de Majicavo où il est den détention préventive.

N. quitte l’école coranique à 10h ce 10 octobre 2015, et à midi elle raconte à sa mère puis à son oncle, ce qui lui est arrivé : un homme l’a « épousée », puis lui a donné une pièce de 20 centimes. « La maman a un bon réflexe en ne lavant pas la petite robe de sa victime. Puisqu’on y retrouvera, ainsi que sur le sexe de la fillette, un liquide blanchâtre ressemblant à du sperme », relate le président Sabatier. Les analyses le confirmeront, livrant l’ADN, c’est celui de A.S.

Malgré cette preuve, il continue à nier, « je ne connais pas la petite. » En situation irrégulière sur le territoire, il ne travaille pas, et ses 2 alibis, les travaux aux champs, et le déjeuner chez sa cousine, tombent l’un après l’autre, les villageois confirment aussi qu’il traine souvent dans le village.

Elle reconnaît les pièces du bangaSalle d'audience code pénal

Lors de l’instruction, il est amené à croiser la fillette dans un couloir, « qui s’est mise à hurler en vous voyant ». Lui, explique qu’elle pleurait déjà avant. Même réaction de frayeur lorsqu’elle a désigné le banga de A.S. du doigt, et qu’elle le voit sortir. De plus, lorsqu’on lui montre des planches photos du banga de A.S., elle reconnaît les pièces. Tout l’accable.

Par l’intermédiaire du traducteur, il explique que s’il était coupable, il ne serait pas resté sur place. Les magistrats essaieront de le faire craquer, en vain, quoique… A la question du juge « que penseriez-vous d’un homme de 40 ans qui frotterait son sexe sur celui d’une petite fille de 4 ans jusqu’à l’éjaculation ? », là où n’importe qui se révolterait, il répond seulement, « je ne peux pas donner de réponse ».

Son avocate plaidera justement une altérité du discernement, « il ne comprend pas ce qui se passe, ne perçoit pas la réalité des faits. C’est sur ce point qu’il faut travailler, même si les études psychiatriques n’ont rien livré. »

« J’ai 3 enfants à Anjouan »

Laurent Sabatier dressait le parcours des trois nouveaux juges

Laurent Sabatier : « Le tribunal n’a pas cru votre version » (Image d’archives)

La substitut du procureur avait auparavant rappelé la peine encourue de 10 ans de prison, « il n’y a aucun doute sur sa culpabilité avec les éléments objectifs versés au dossier, et lui se mure dans le déni complet de justice. » Un comportement qui le prive d’une condamnation à se soigner, « malgré le risque de récidive. » Elle requerra 5 ans de prison, ainsi que l’inscription au fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV),

Pour la 1ère fois, la voix A.S. se fait entendre de manière spontanée, à peine audible, relayée par l’interprète : « Je n’ai jamais fait de mal. J’ai trois enfants à Anjouan, dont l’un est décédé. Tenez compte de ma situation, car j’ai passé beaucoup de temps de détention provisoire. »

« Le tribunal n’a pas cru votre version », lui répond le président d’audience après un quart d’heure de délibération avec ses 2 assesseurs.
A.S. est condamné à 4 ans de prison, avec un maintien en détention, et inscription au fichier FIJAISV. Il ne bronche pas, et repart tranquillement avec l’escorte de gendarmerie.

Le jugement pour intérêt civil se tiendra le 10 mars 2017, si les victimes se font de nouveau connaître.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Tagged under , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
4:59 Catherine Barbezieux prend la direction du CHM
HIER Sortie de grève à l’aéroport de La Réunion: un protocole d’accord signé
HIER Bagarres, caillassages et gaz lacrymogènes: soirée tendue à Koungou et sur Petite Terre
HIER Le festival des arts traditionnels de Mayotte, c’est aujourd’hui !
HIER Eaux souillées : Baignade interdite à Ngouja
HIER Des coupures d’eau ce jeudi dans plusieurs quartiers de Petite Terre
2 jours Impôt sur le revenu 2017: vous pouvez récupérer votre déclaration dans votre mairie
2 jours Jour férié de l’abolition de l’esclavage: la mairie de Mamoudzou fait le pont
2 jours Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation ce dimanche

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Affaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment des faits»
Jugement de travail au noir « par négligence »
Quand le sommeil tue au volant : 2 mois de prison avec sursis pour le conducteur
Guito Narayanin sortira de prison demain
Report du délibéré de la 1ère affaire de décasage
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
31°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL