Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Société


Après une licence obtenue à Dembéni, le parcours des étudiants du centre universitaire

Publié le lundi 20 février 2017 à 4:30
Aucun commentaire

Que deviennent les étudiants du CUFR une fois la licence en poche? C’est la question à laquelle répond aujourd’hui le centre universitaire qui dévoile une étude inédite sur le parcours des anciens étudiants de Mayotte.

Le CUFR de Dembéni

Le CUFR de Dembéni

Saviez-vous que Rennes est la ville qui accueille plus d’étudiants mahorais qui ont obtenu une licence à Dembéni? L’information fait partie d’une étude inédite sur le devenir des anciens étudiants de Mayotte commandée par le centre universitaire.

C’est le directeur du CUFR, Aurélien Siri, qui a souhaité que cette enquête soit réalisée. Pour le centre universitaire, l’idée est de disposer du maximum d’informations sur les parcours post-Dembéni, pour offrir des formations cohérentes et adaptées à la population mahoraise. Le CUFR veut aussi s’assurer qu’il joue son rôle d’acteur essentiel de la formation des cadres supérieurs à Mayotte mais également en métropole.

Et déjà, le CUFR estime que les moyens toujours plus importants mis en œuvre pour les étudiants mahorais «portent leurs fruits» et «confirment le rôle de tremplin du Centre universitaire pour la poursuite d’études en Master et pour l’insertion professionnelle des jeunes mahorais».

54% des étudiants licenciés poursuivent leurs études

Cette étude a été confiée à Antoine Hochet, le responsable du Pôle «Réussite étudiante» du CUFR. Son objet: le parcours des diplômés de Dembéni depuis l’année universitaire 2013-2014, pour dévoiler des itinéraires jusqu’alors inconnus de 160 anciens étudiants à Mayotte qui ont répondu.

Les étudiants mahorais dans les universités françaises

Les étudiants mahorais dans les universités françaises

Premier enseignement, parmi ces diplômés, on trouve des jeunes relativement mobiles puisque 43% d’entre eux vivent en métropole… même si 56% habitent donc encore à Mayotte.

La majorité poursuit son parcours universitaire: 54% sont encore en formation après leur licence. Logiquement, ils sont essentiellement en Master (87,4%) mais 9,2% travaillent à une autre licence.
Nos étudiants inscrits en Master suivent pour 28% une formation aux métiers de l’Enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) et 15 sont en droit privé et public.

Dans quelles universités métropolitaines sont-ils inscrits? C’est donc Rennes qui arrive en tête (16%) dans l’accueil des étudiants mahorais en post-licence. La capitale bretonne est suivie de Montpellier (15%) et Rouen (9%). Mais ce qui est frappant, c’est la grande dispersion des anciens étudiants de Dembéni que l’on retrouve dans au moins 21 universités: Poitiers (6%), Bordeaux (5%), Aix-Marseille (5%), Saint-Etienne (5%), Grenoble (5%), Arras (4%), Brest (4%), Dijon (3%), Angers (3%), Toulouse (3%), Tours (3%), mais également Blois, Caen, Cergy-Pontoise, Reims, Perpignan, Troyes et Haute-Alsace.

Des anciens étudiants devenus enseignants

De quoi vivent les anciens étudiants de Dembéni ? Pour ceux qui poursuivent leurs études, les bourses jouent un rôle prépondérant: 82,9% d’entre eux sont boursiers. Une minorité travaille en parallèle de ses études (15,9%) tandis que la plus faible proportion vit grâce au soutien familial.

Étudiants du CUFR

Étudiants du CUFR

Mais 46% des anciens étudiants de Dembéni sont aujourd’hui entrés dans la vie active. Ceux-là travaillent pour une large majorité à Mayotte, notamment en tant qu’enseignants dans les écoles mais également les collèges et les lycées (93%). 4% se sont investis dans le secteur associatif et seulement 3% dans le secteur privé. Quatre anciens étudiants du CUFR de Mayotte sont aujourd’hui salariés en métropole.

Les anciens étudiants actuellement en emploi sont 80% à être salariés en contrat à durée déterminée (CDD), pour la plupart en tant que contractuels dans l’enseignement du premier et second degrés au vice-rectorat de Mayotte. Une minorité d’entre eux (11,3%) est salariée à temps partiel.

Une enquête annuelle

Pour disposer de ces données, le CUFR a donc mené cette étude de novembre 2016 à janvier 2017 auprès des 226 anciens étudiants ayant obtenu leur 3e année de licence au CUFR de Mayotte. Sur les 226 étudiants concernés, 160 étudiants ont donc répondu, toutes filières confondues. La filière AES est la plus représentée avec 54 répondants, 39 pour les Lettres modernes, 33 sont en Droit, 22 en Géographie et enfin, 8 pour les Sciences de la vie.

Lors de la première phase de l’enquête (novembre et décembre 2016), des questionnaires en ligne ont été adressés par courriel aux anciens étudiants. Ceux n’ayant pas répondu ont été contactés par téléphone.
Ces données sont donc appelées à être complétées, en particulier pour retracer le parcours des 66 étudiants qui n’ont pas été localisés et joints.

Logiquement, l’enquête sera renouvelée tous les ans et même peut-être en cours d’année, grâce à la livraison d’un nouveau logiciel de suivi des étudiants de l’enseignement supérieur à l’échelle nationale, actuellement déployé par le ministère de l’Education nationale.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Labattoir pleure la chatouilleuse Feda Attoumani, décédée dans la nuit.
2 jours Coupures d’eau cette nuit à Mandzarisoa et Cavani
2 jours Mamoudzou, aidez à choisir le logo des futurs bus
3 jours Perturbation de la distribution d’eau à Kahani ce jeudi
3 jours Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
3 jours Journée de la trottinette le 24 octobre
3 jours La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni
3 jours 4 millions d’euros pour la recherche et l’innovation dans les Outremers
4 jours Table ronde sur le mécénat et dons aux associations le 4 novembre

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Cavani : Prison ferme après une vengeance extra judiciaire
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL