Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Assainissement


Assainissement : l‘urgence appelle à s’adapter au contexte

Publié le mercredi 25 octobre 2017 à 5:15
Aucun commentaire

Les égouts qui se déversent ça et là dans la nature, et particulièrement dans le lagon, la qualité des eaux souterraines… L’Europe a posé des ultimatums à ces retards. Mais face à la lenteur de la mise en place de l’assainissement à Mayotte, les municipalités doivent réagir. L’assainissement non collectif annoncé à Bandrélé en 2015 est enfin d’actualité.

Assainissement non collectif

Assainissement non collectif

Le village de Hamouro a été classé dans la catégorie des villages à « conditions de vie très défavorisées » par l’Institut national de statistique et d’études économiques (INSEE), nous append François Delaroque, DGS de la mairie de Bandrélé. Lorsqu’il a été recruté en 2015, il occupait alors le poste de chef de projets au Syndicat Intercommunal d’Eau et d’Assainissement de Mayotte, notamment en charge de la cellule « Prospective, systèmes et développement ». Le maire de la commune lui-même, Ali Moussa Ben est issu du Sieam.

A l’image des investissements en eau potable, le Sieam qui gère l’assainissement pour le compte des communes, ne parvient pas à tenir le rythme de l’implantation des Stations d’épuration, et de leur raccordement chez les particuliers. Faute de méga traitements, les communes tentent de se tourner vers des micro-solutions à leur échelle. L’assainissement non collectif en est une.

L’assainissement du dimanche

Assainissement par filtres plantés à Mayotte

Assainissement par filtres plantés à Mayotte

Ces installations individuelles de traitement des eaux domestiques concernent les habitations qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées. Elles qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel. Beaucoup l’ont déjà adopté, mais avec un suivi des installations aléatoires. Les communes doivent d’ailleurs les avoir contrôlées avant le 31 décembre 2020 à Mayotte, impose l’Europe.

Pour proscrire ce bricolage du dimanche, un cadre et un schéma duplicable à l’envi est souhaitable, et avait fait l’objet d’un séminaire en 2015. On y annonçait l’arrivée à Mayotte d’un SPANC, le Service public d’assainissement non collectif, efficace à la Réunion, qui n’est  toujours pas d’actualité.

En 2015, la commune de Bandrélé avait été choisie pour tester la mise en place d’un assainissement non collectif organisé. Deux ans plus tard, une coopération avec l’Agence régionale de Santé, l’ARS, a été lancée, pour trouver en particularité des solutions à l’insalubrité du village d’Hamouro. Le projet évalué à 150.000 euros, est retenu par l’ARS au Fonds d’intervention régional 2017.

Pour le bonheur des plages

Un projet ambitieux qui va permettre de tester cette méthode d’assainissement sur Hamouro, désigné « village-pilote », pour ensuite l’appliquer aux futurs programmes d’aménagement urbain. « Mauvaise hygiène de l’eau, pollution des eaux superficielles et souterraines, salubrité des quartiers, santé des habitants, qualité des ressources hydriques », le contexte est difficile et on peut comprendre l’urgence d’agir. En particulier en visant la réouverture de la plage de Hamouro.

Si la solution avait été retenue lors du Séminaire proposée par le CNFPT en 2015, son financement posait problème, ni les jeunes intercommunalités, ni le Sieam ne se portant volontaires.

L’objectif est donc de définir une méthode cadrée, qui pourra ensuite être intégrée au sein du Plan communal de lutte contre l’habitat indigne ou de projets du programme national pour la rénovation urbaine, et être financé, notamment par les fonds européens.

La commune de Bandrélé bénéficiera pour ce projet de l’assistance technique et méthodologique du GESCOD et du GRET.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
9:45 2ème Journée départementale des familles à Mtsangabeach samedi
9:11 Un nouveau conseil d’administration à Air Mad en vue du mariage avec Air Austral
9:00 La CSSM accompagne les retraités pour l’accès à leurs droits
8:30 Un robot pour le lagon de Mayotte présenté vendredi au CUFR
4:45 Les arts contemporains investissent la Maison du Projet à Kawéni
4:30 Spectacle de marionnettes « Daba, l’enfant qui n’aimait pas l’école » au CUFR
HIER L’abattage des arbres réglementé à Mamoudzou
HIER Lycée de Kahani: les enseignants reconduisent leur droit de retrait
HIER Passation de pouvoir et point d’étape à l’ONF Mayotte

MAGAZINE
Mahamoud Prince Faounia, formée comme agent d'accueil n'a pas de répondu du secteur privé.
Emploi et handicap « Il faut changer les mentalités »


CARNET DE JUSTICE
Un trentenaire abuse d’une fillette de 13 ans et risque une amende
Des témoignages d’attouchements sexuels au collège de Doujani étouffés par le vice-rectorat
14 mois ferme requis dans l’affaire des fausses procurations à M’Tsangamouji
Le procès pour outrages présumés sur Facebook renvoyé au 17 janvier
Trois pilotes de kwassa condamnés ce lundi
Petite Terre : un jeune brûlé vif dans des règlements de compte, enquête ouverte pour tentative d’assassinat
Décasage de Bouéni : peine confirmée en appel, la défense se pourvoit en Cassation
Il oublie sa carte d’identité sur le lieu de l’agression et finit au tribunal


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL