Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Sécurité publique


Au cœur d’une opération de police à Tanafou

Publié le lundi 9 janvier 2017 à 5:30
Aucun commentaire

C’est un des quartiers qui craquent à Mayotte. Actuellement, le nom de Tanafou est lié à une délinquance qui semble sans limite. Vendredi, une vaste opération de police s’est à nouveau déroulée sur place. Nous y étions.

Sur les hauteurs de Passamainty, Tanafou zone sensible

Sur les hauteurs de Passamainty, Tanafou zone sensible

Vendredi matin, 9 heures, plusieurs voitures de la police et de la PAF grimpent la colline menant au quartier de Tanafou. Situé sur les hauteurs de Passamainty, la zone croule sous les bangas clandestins. Ce n’est que l’un des nombreux «bidonvilles» qui fleurissent dans la périphérie de Mamoudzou, mais depuis quelques mois, celui-ci est devenu un endroit sensible: il sert de cachette à un certain nombre de délinquants, dont les fameux «coupeurs de route». Cette opération coordonnée entre la sécurité publique et la PAF a donc pour but de «nettoyer» la zone.

Cela fait déjà plusieurs mois que le quartier SIM de Tanafou est la cible d’actes de délinquance graves: cambriolages, vols à l’arrachée, vols de véhicules et agressions à l’arme blanche y sont monnaie courante. Tanafou est devenue une zone de non-droit. Le quartier SIM a d’ailleurs été déserté par ses habitants. Seules 4 familles y résident encore dont 2 projettent de partir dès que possible. Plus difficile pour les deux autres, placées en logements sociaux.

Neuf clandestins ont été arrêtés au cours de cette opération. La PAF a ensuite intercepté 8 personnes supplémentaires

Neuf clandestins ont été arrêtés au cours de cette opération. La PAF a ensuite intercepté 8 personnes supplémentaires

Le chaos a commencé à sévir dans la zone il y a quelques mois, lorsque la préfecture a décidé de faire raser une grande partie du bidonville de Tanafou. Des bandes de jeunes en colère se sont alors révoltés contre cet acte et ont incendié une pelleteuse. Les bangas ont quand même été rasés, mais les bandes de jeunes délinquants ont trouvé refuge dans la brousse et ont continué à perpétrer leurs forfaits, galvanisés par une haine de plus en plus vivace des autorités.

Le repère des coupeurs de route

Ces bandes opèrent dans un secteur qui s’étend de Tanafou jusqu’à la Kwalé. C’est parmi eux que se trouvent les fameux coupeurs de route qui ont terrorisé la population avant les vacances d’été. Si certains ont été arrêtés, d’autres courent toujours et ont recommencé à attaquer les usagers de la route nationale de Vahibé au début du mois de décembre dernier.

La PAF effectue 4 opérations par mois de contrôle d’identité dans les zones sensibles avec la police et 4 autres avec la gendarmerie. Délinquance et clandestinité sont deux aspects malheureusement parfois liés. Si les immigrés sans papiers ne peuvent pas travailler légalement sur le territoire français, certains ont recours à du travail au noir, d’autres encore à des actes de délinquance pour assurer leur subsistance. D’où la collaboration de la PAF dans ces opérations de sécurité publique.

La carcasse incendiée de la pelleteuse qui a servi à raser les bidonvilles de Tanafou l'année dernière est toujours présente sur place

La carcasse incendiée de la pelleteuse qui a servi à raser les bidonvilles de Tanafou l’année dernière est toujours présente sur place

Dès l’arrivée de la police sur les hauteurs de Passamainty, un attroupement se forme du côté du bidonville et plusieurs personnes s’enfuient dans la brousse aux cris d’alerte: «Moro! Moro!» («Au feu! Au feu!»), la façon habituelle de prévenir de l’arrivée des forces de sécurité. Une voiture de la PAF se lance alors à leur poursuite en faisant le tour par la route nationale. En vain. Les individus ont le temps de disparaître dans la nature. Cela ne décourage pas les agents, qui se dirigent d’un pas ferme vers le bidonville afin d’y effectuer les contrôles nécessaires.

Un quota de 17 clandestins par opération

Si un certains nombre de personnes contrôlées étaient en règle, certains clandestins ont néanmoins été repérés et poursuivis par les agents de la PAF. Neuf d’entre eux ont ainsi été interpelés et arrêtés. Les fonctionnaires de la PAF, plus discrets dans leurs tenues civiles que ceux de la sécurité publique, ont ensuite continué seuls leur traque des clandestins du côté du marché de Kwalé. Nous comprenons que leur hiérarchie exige en effet un quota de 17 arrestations de personnes en situation irrégulière par opération menée.

L'arrestation de plusieurs clandestins qui ont tenté de fuir lors de l'opération

L’arrestation de plusieurs clandestins qui ont tenté de fuir lors de l’opération

Lorsque la PAF agit seule, elle est souvent plus efficace, car les policiers en uniforme se font très rapidement remarquer. Néanmoins, ces opérations coordonnées ont également pour but de rassurer la population. Il s’agit pour les autorités de lui montrer que la police et la gendarmerie sont bel et bien sur le terrain pour maintenir l’ordre. Les agents de terrain sont d’ailleurs en lien constant, par radio ou téléphone portable, avec des agents du commissariat. Ceux-ci sont chargés de regarder dans les dossiers si les personnes arrêtées sont recherchées pour des actes de délinquance. De même, si un scooter est repéré au sein du bidonville, la police vérifie automatiquement s’il n’a pas été signalé voler.

Des opérations récurrentes à Tanafou

L’opération s’acheve aux alentours de midi, après environ 3h de course à travers le bidonville de Tanafou et la brousse qui l’entoure. Après les 9 interpellations, les policiers doivent maintenant réaliser des vérifications sur le parcours de ces clandestins.

Si les individus les plus dangereux de la zone font probablement partie de ceux qui ont pris la clé des champs dès l’arrivée des voitures de polices, il n’en reste pas moins que les autorités leur laissent de moins en moins de répit. Des opérations de ce genre toujours plus nombreuses seront en effet menées dans le secteur, jusqu’à un certain retour au calme, promettent les autorités. De quoi refroidir peut-être un peu les ardeurs des délinquants et rassurer une partie de la population, terrorisée depuis plusieurs mois.

Nora Godeau
www.lejournaldemayotte.com

La carcasse d'une voiture incendiée récemment dans la zone

La carcasse d’une voiture incendiée récemment dans la zone

Tanafou: Il ne reste de que 4 familles à vivre encore dans le lotissement SIM après les départs massifs liés à l'explosion de la délinquance

Tanafou: Il ne reste que 4 familles à vivre encore dans le lotissement SIM après les départs massifs liés à l’explosion de la délinquance

Tagged under , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
4:59 Catherine Barbezieux prend la direction du CHM
HIER Sortie de grève à l’aéroport de La Réunion: un protocole d’accord signé
HIER Bagarres, caillassages et gaz lacrymogènes: soirée tendue à Koungou et sur Petite Terre
HIER Le festival des arts traditionnels de Mayotte, c’est aujourd’hui !
HIER Eaux souillées : Baignade interdite à Ngouja
HIER Des coupures d’eau ce jeudi dans plusieurs quartiers de Petite Terre
2 jours Impôt sur le revenu 2017: vous pouvez récupérer votre déclaration dans votre mairie
2 jours Jour férié de l’abolition de l’esclavage: la mairie de Mamoudzou fait le pont
2 jours Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation ce dimanche

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Affaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment des faits»
Jugement de travail au noir « par négligence »
Quand le sommeil tue au volant : 2 mois de prison avec sursis pour le conducteur
Guito Narayanin sortira de prison demain
Report du délibéré de la 1ère affaire de décasage
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
31°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL