Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport



Délinquance : le procureur interpelle les fautifs lors de la rentrée solennelle du TGI

Publié le mardi 16 février 2016 à 16:30
Aucun commentaire

C’était la rentrée solennelle au tribunal de grande instance ce mardi à 11h. L’ouverture de la nouvelle année judiciaire. Un cérémonial bien rodé « à 8.000 km de la Place Vendôme » comme le soulignait le procureur, et, pourrait-on dire, à des années lumière de ce qui se trame dans certains quartiers de l’île. De nombreux invités étaient venus pour ce tableau de situation de la juridiction.

Le procureur Joël Garrigue cible les fautifs

Le procureur Joël Garrigue cible les fautifs

Au regard de la situation de l’île, le procureur ne pouvait que donner de la voix. L’aggravation de la délinquance à Mayotte se chiffre, avec le doublement des atteintes aux personnes en un an, « un phénomène qui n’est pas en voie de s’inverser », et se vit. Mal.

Si pour Joël Garrigue, le chimique est la première cause de violence des jeunes, « un best seller à Mayotte, pas cher et dont on ne connaît pas les effets sur la consommation à long terme », il pointait du doigt le phénomène des violences inter villages : « Nous avons tous vu la ‘Guerre des boutons’, mais là, un adolescent est mort parce qu’il était de Tsoundzou et pas de Doujani ! » Il reviendra plus loin sur la nécessaire implication de tous.

Des jeunes très souvent mineurs, « ils représentent un tiers de la délinquance ». Contre lesquels la justice est souvent accusée de ne pas proposer de réponses satisfaisantes, « c’est devenu un lieu commun de dire que la justice ne ferait rien ». Le procureur évoquera donc l’amélioration du nombre d’affaires élucidées sur les atteintes aux personnes, « 25% de mieux par rapport à 2014, et 60% par rapport à 2013 ».

La moitié des délinquants originaire de Mamoudzou et Koungou

Les places vides du conseil départemental

Les places vides du conseil départemental

De plus, davantage de mineurs sont passés devant le juge des enfants, « 31% de plus », et si 10 étaient incarcérés en moyenne en 2013, 14 en 2014, « nous commençons l’année 2015 avec 20 ! ». Ils sont 600 à être suivis par la Protection judiciaire de la Jeunesse. « La moitié sont originaires de Mamoudzou et de Koungou, monsieur le maire », adressait Joël Garrigue au maire de Mamoudzou.

Rares, hélas, sont les secteurs à Mayotte à connaître la croissance d’activité du TGI : « 15 %, mais nous ne pourrons pas longtemps continuer à ce rythme avec un effectif réel de 12 magistrats sur 15 nécessaires, et de 35 fonctionnaires au lieu de 47. C’est un exercice de voltige plus qu’une sinécure. »

C’est donc une longue liste de déficiences en moyens humains que dressera le procureur : « deux cabinets d’instruction, dont l’un gère 50 détenus provisoires contre 30 en métropole », « un déficit en force de gendarmerie surtout d’investigation, mais aussi en sûreté urbaine avec la moitié de la délinquance située en zone police », « une implantation indispensable de sûreté départementale pour démanteler la délinquance organisée », « une police judiciaire »…

Parents, conseil départemental, maires… au banc des accusés

Le président Laurent Sabatier (à droite) et le juge Guillaume Bourin

Le président Laurent Sabatier (à droite) et le juge Guillaume Bourin

Le réquisitoire met habituellement les accusés devant leurs responsabilités. Les parents d’abord, « arrêtez de parler d’’enfants du juge’, aucun parent ne me demande mon avis avant d’enfanter, il vaut mieux d’ailleurs ! ». Le conseil départemental ensuite, « qui a oublié de venir aujourd’hui, alors que ses enfants sont vraiment en danger », la préfecture aussi, « le manque de structures éducatives est l’affaire de l’Etat. »

Joël Garrigue venait en soutien de Tama, sans le nommer, « seul établissement de placement éducatif de l’île, qui a connu des problèmes dû à un mineur, incarcéré depuis, mais qui est aussi rejeté par la population. » Population qui s’en était prise à un éducateur, et capable de demander ensuite davantage de moyens de prise en charge de ces jeunes…

Les maires n’allaient pas s’en tirer à si bon compte et font l’objet d’un long chapitre de récriminations : « alors que nous magistrats, gendarmes ou policiers dégageons du temps pour nous rendre dans les conseils de prévention de la délinquance de leur commune, certains ne daignent même pas nous y rejoindre. Beaucoup ont signé à mes côtés des rappels à l’ordre, bien peu les utilisent. » Le procureur annonçait ne continuer à travailler qu’avec les plus volontaires.

Occuper la rue face aux délinquants

Joël Garrigue félicité par les cadis

Joël Garrigue félicité par les cadis

Un message d’encouragement sera adressé aux associations de jeunes, « notamment de Kawéni », ou au COSEM pour les voisins vigilants, « qui contribuent tous à faire en sorte que la rue n’appartiennent pas aux délinquants. »

Joël Garrigue recommandait de travailler « autant sur la prévention que sur la répression sinon, l’année prochaine, les chiffres ne seront pas catastrophiques, ni ‘calamiteux’ comme l’a qualifié le procureur général, mais cataclysmiques ».

C’est sur la situation générale des parquets « qui grincent au niveau national » comme il aime à le qualifier, mais qui aura des répercussions en local, qu’il concluait : « La France est le 2ème pays d’Europe le moins bien doté en parquetier. Il en faudrait 7 au regard de la population, et non 5 à Mayotte. » La suspension de l’évolution du statut du parquet vers une indépendance politique, la crise des moyens, la crise des vocations qui en découle… « Tout cela a abouti à la décision de la conférence des procureurs de la République de suspendre nos réunions administratives, hormis les Etats majors de sécurité, ou les CLSPD dans les seules communes impliquées. »

Une déficience de moyens appuyée par Laurent Sabatier, le président du TGI qui, après avoir évoqué l’indépendance « statutaire du juge », et son « impartialité issue d’une démarche personnelle », évoquait des juridictions insuffisamment dotées, mais soulignait un paradoxe : celui d’une île « qui souffre d’un manque d’attractivité, alors que nos trois jeunes collègues issues de l’Ecole nationale de la magistrature sont heureuses de travailler ici ! » Qu’on se le dise…

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
8:10 Mamoudzou, aidez à choisir le logo des futurs bus
HIER Perturbation de la distribution d’eau à Kahani ce jeudi
HIER Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
HIER Journée de la trottinette le 24 octobre
HIER La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni
HIER 4 millions d’euros pour la recherche et l’innovation dans les Outremers
2 jours Table ronde sur le mécénat et dons aux associations le 4 novembre
2 jours Projection du docu Hip Hop (R)évolution au Rocher
2 jours Prolongation des travaux du pont de Dzoumogné

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Cavani : Prison ferme après une vengeance extra judiciaire
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL