Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Immigration


Deux sénateurs Guyanais et Mahorais dénoncent la sous-estimation de la pression migratoire

Publié le mercredi 6 décembre 2017 à 16:31
Aucun commentaire

Rappelant les défis migratoires des départements de Mayotte et de son département la Guyane, Antoine Karam appuyait son collègue Thani Mohamed Soilihi, et défendait la mise en place de mesures structurelles, en livrant quelques chiffres.

Antoine Karam

Antoine Karam soulignait la « gravité de la situation » dans les deux DOM

C’est la période de l’année où tout le monde monte à Paris pour défendre ses dossiers : la loi de Finances pour l’année prochaine révèle ses arbitrages, et chacun veut sa part du gâteau. Certains sujets nous parlent plus que d’autres à Mayotte, c’est notamment le cas de la mission « Immigration, asile et intégration ».

Ce mardi, les crédits étaient passés à la loupe devant le Sénat, avec une prise de parole de deux sénateurs de Mayotte et de Guyane. Le second a appuyé le premier sur la prise en charge de l’immigration clandestine dans le 101ème département : « Thani Mohamed a souligné que l’immigration clandestine était mesurable à l’Aide Médicale d’Etat*, or celle-ci n’est pas applicable à Mayotte », rappelait Antoine Karam, sénateur LREM de Guyane.

Rappelant le nombre moyen de 18.000 reconduites à la frontière depuis 2010 à Mayotte, et 22.600 en 2016, comparé à celui « donné par le ministre de l’Intérieur » de 13.000 depuis l’Hexagone sur la même année, le parlementaire estime que la « gravité de la situation » de pression migratoire à laquelle doivent faire face la Guyane et Mayotte « est sous-estimée ».

Changer de méthode

La ministre Girardin devant un kwassa intercepté

La ministre Girardin devant un kwassa intercepté en septembre 2017

Il part de deux situations typiques, les « 70% de femmes qui accouchent en situation irrégulière » à Mayotte, et les « 11.000 demandeurs d’asile en Guyane sur les 3 dernières années qui représentent plus de 20.000 personnes en comptant les familles », pour aboutir à une comparaison : « C’est comme si la France comptabilisait chaque année prés d’un million de demandeurs d’asile sur son seul territoire hexagonal. »

Si le sénateur rappelle que l’asile est un droit, il souligne qu’ « en 2016, seuls 2,6% des dossiers ont été acceptés par l’OFPRA », l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides. Un écart qui doit interroger sur la méthode appliquée.

« Les reconduites à la frontière sont coûteuses et insuffisantes. Il nous faut engager des mesures structurelles qui permettent de réduire l’attractivité de nos territoires », revendique le parlementaire LREM, en soulignant les mesures annoncées en octobre par le président de la République, « réduction à 2 mois du versement de l’Allocation pour Demandeurs d’Asile (qui n’existe pas à Mayotte, ndlr), réduction des délais de traitement, conditionnement du versement du RSA à 15 ans de résidence, et non 5 ans », comme c’est déjà le cas à Mayotte.

« 25.000 mineurs non accompagnés en France »

.

Le taux de natalité le plus élevé de France à Mayotte

Concernant la situation des mineurs non accompagnés, « ils étaient 4.000 en 2010, ils sont 25.000 en 2017** », pour lesquels l’Etat a alloué un rattrapage de prise en charge à Mayotte, le sénateur guyanais demande un soutien de l’Etat, « le financement exceptionnel de 132 millions d’euros annoncés pour 2018 semble en deçà d’une estimation de l’Assemblée des Départements de France qui le chiffre à un milliard d’euros ».

La conjoncture ne semble pas propice à l’écoute de la demande mahoraise de mise en place de l’AME*, puisque, et Antoine Karam le déplorait, la majorité sénatoriale vient d’en diminuer les crédits de 300 millions d’euros…

Si son groupe parlementaire issu de la majorité sénatoriale, vote naturellement ce projet de budget « en hausse », il rappelait que « les défis migratoires ont profondément changé », et qu’il fallait y apporter des « réponses structurelles ». Qu’il espère voir se concrétiser dans le projet de loi relatif à l’asile et à l’immigration en préparation.

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

* L’AME, Aide Médicale d’Etat, est destinée à permettre l’accès aux soins des personnes en situation irrégulière au regard de la réglementation française sur le séjour en France

** Chiffre issu d’un rapport du Sénat de juin 2017

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Mayotte reste en vigilance Orage ce samedi à 16h
HIER Air Austral cloué au sol : les vacances se font attendre
HIER Perturbations de la distribution d’eau potable à Mtsamoudou et Dapani
HIER Maintien de la vigilance Orage ce samedi avec une accentuation du phénomène ce soir
2 jours Le Vautour Club de Labattoir tient son AG dimanche
3 jours Distribution de cadeaux de Noël aux enfants hospitalisés
3 jours Un peu de discipline dans la pêche à pied professionelle
3 jours Code du travail : les 1ers bug
3 jours Plateau sportif ou nom des rues, le maire d’Acoua consulte à tout-va

MAGAZINE
Gandhi
Initiation à la non-violence au CUFR


CARNET DE JUSTICE
Le voleur de Bouéni « réalise que la prison, c’est difficile »
Séquestré pour une dette de 300€
Confondu par son ADN, le voleur récidiviste repart à Majicavo
Kwassas : 40 affaires pénales prennent un tour diplomatique
Affaire de kwassa : tous les détenus remis en liberté dans l’attente du procès
« Dysfonctionnements » dans une affaire de kwassa
Entre décasages et solidarité active, le « paradoxe Bouéni »
Perquisition à la mairie de Mamoudzou


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL