Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Correctionnelle


En djellaba et armé d’un pistolet-jouet : Il joue le rôle de sa vie

Publié le mercredi 15 février 2017 à 16:47
Aucun commentaire

Il avait semé la peur boulevard des Crabes en janvier dernier. C’était un prévenu balançant entre provocation, insultes, et posture de philosophe, qui arrivait ce mercredi dans le box vitré de la salle d’audience. Pour son procès, il ne veut pas manquer de réparties. Ce fut une réussite.

Le box réservé aux accusés arrivant sous escorte

Le box réservé aux accusés arrivant sous escorte

Maanfour*, 23 ans, vit sa vie comme un film. Un film de série noire, mais dans sa tête, jamais de série B. Il a besoin d’être la vedette, ce qui l’a incité le 21 janvier dernier, à déambuler boulevard des Crabes en Petite Terre, vêtu d’une djellaba, et armé d’un pistolet. Les gendarmes eux, connaissent leur rôle dans ce cas là, et celui du lieutenant-colonel Pech et du chef d’escadron Bichon, fut de stopper net un individu menaçant pour la paix publique, et qui refusait de ranger son arme.

Avant l’arrivée du prévenu, les gendarmes viennent prévenir discrètement la procureur Prampart de son état de grande agitation. A peine entré dans le box des accusés, Maanfour interpelle le président du tribunal, Laurent Sabatier, sur la présence d’un homme dans la salle : « Lui c’est un violeur, je ne veux pas le voir ! »

L’interprète s’assied devant lui, à l’extérieur du box, mais il lui intime l’ordre de se taire, « vous me perturbez, je m’adresse au président. » La suite montrera que ses propos n’ont pas besoin d’être traduits. Le président ne parvient pas à revenir sur l’énoncé de faits sans être entrecoupé par Maanfour d’un « comment dirais-je ? », « certes ! ». Et alors qu’il l’interroge sur les raisons de sa présence Boulevard des Crabes en djelabbah blanche un pistolet à la main, il s’entend répondre, « et vous ? Pourquoi êtes-vous habillé d’une robe noire ? »

« La difficulté d’être »

Essayant malgré tout de lui faire comprendre qu’il était perçu comme menaçant, Maanfour balaye les arguments, « votre langage est trop soutenu monsieur le juge. » Il explique qu’il comprend qu’on ait pu le prendre pour un terroriste, on peut même penser que c’était l’effet consciemment recherché, et il explique ce comportement décousu : « Mes actions sont dues à la maltraitance infantile dont je fus victime dans ma tendre jeunesse, violé par mes proches, par celui-là qui est dans la salle, qui a aussi déshabillé mon frère. »

Il a été vu par un psychiatre à l’hôpital qui n’a pas conclu sur une nécessité de soins. « De toute manière, qui détient les modalités de l’accès aux soins ? », interpelle-t-il les juges en collégialité, peu habitués à avoir de telles remarques depuis ce box.

tgi-mamoudzou-a-kaweniParvenant malgré d’incessantes interpellations du prévenu, à maintenir le déroulé de l’audience, Laurent Sabatier pose la question habituelle : « Que faites-vous de votre vie ? » « Je suis tombé amoureux de mon corps, je l’envie. » Le juge poursuit, « mais votre cerveau domine votre corps ? Vous êtes donc un homme libre ? », « Pas tout à fait monsieur le juge », lance-t-il à propos.

De bangué et d’eau fraîche

Ce fut un lycéen de terminale en Spécialité de service à la personne, il a obtenu un BEP. « Vous vivez de quoi ? », retente le président, « D’eau fraîche, les filles c’est trop difficile à avoir ! Mais toutes ces questions, c’est Questions pour un champion ?! »

Il dort vraisemblablement dans la nature, tente de philosopher sur la différence entre l’Homme et l’homme, avoue « mâcher du bangué », tout en assurant, « dire que ça fait perdre la tête, c’est un stéréotype. »

Enfin, il demande à déposer plainte pour avoir été violé par les gendarmes qui l’encadrent, « ils ont dit que c’était la procédure, je voudrais en être certain ! »

la-salle-daudience-du-tgi-de-mayotteLa procureur n’aura le temps que de prononcer une phrase avant d’être interrompue, « nous avons affaire à un personnage particulier, peu équilibré qui brandissait une arme à feu »…. « Obstruction ! C’était un jouet ! », « Vous voulez dire ‘objection’, c’est un terme de la justice américaine. Si vous ne vous taisez pas, on poursuit sans vous », rétorque Laurent Sabatier. Lui enlever la vedette alors qu’il se veut être le chef d’orchestre de son procès, pas question. Il écoutera la suite sans bouger le petit doigt.

Feuilleton américain

La procureur replace le débat non sur la morale, « malgré le contexte tendu de l’état d’urgence sur le territoire national et la situation qui n’a pas dégénéré grâce au sang froid des gendarmes », mais sur le droit, « il faut requalifier le fait de port d’arme de catégorie B en catégorie D, c’est à dire incapacitante. » Il n’y a pas la volonté de blesser, mais la peur infligée à la population est prise en compte.

Maanfour est incarcéré à Majicavo pour d’autres faits, « ceux de profanation de tombes au cimetière de Petite Terre où il dort. » Le parquet demande 5 mois d’emprisonnement ferme.

Le témoignage de sa maman va jouer, qui décrit un jeune adulte « pas méchant, pas dangereux, mais insultant et qui s’énerve vite. »

« Je plaide coupable ! », lancera-t-il solennellement en levant sa main droite à l’américaine, « j’ai juste besoin d’un psychanalyste. » Et avisant les journalistes, « ils notent quoi ? Ce sont des colporteurs ! »

Les juges en collégialité le condamneront à 3 mois de prison avec sursis, « votre discernement n’est pas aboli, juste un peu altéré par la consommation de produits interdits. Au fait, vous êtes bien champion de la provocation ! »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

  • Nom d’emprunt
Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
12:17 Grève Total : le point sur les événements et les discussions au 13e jour du mouvement (Actualisation 14 heures)
5:06 Des baptêmes de voile pour la journée portes-ouvertes à l’école de voile de Petite Terre
4:00 Interruption de la distribution d’eau potable dans certains quartiers de Sada ce jeudi
HIER Grève Total : encore quelques points chauds avant une réunion de conciliation ce mercredi à 9 heures
HIER Festival Milatsika 2017 : les têtes d’affiche
HIER Le 1er salon des cocos et bacocos de Mayotte retardé
HIER Circulation alternée et déviation: des travaux sur la nationale à Mtsamboro
HIER Grève Total: le MEDEF Mayotte demande la réunion en urgence de la Commission de conciliation des conflits
HIER Le sénateur Thani Mohamed Soilihi prend la parole sur le conflit chez Total

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Peines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation du Collectif
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
26°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL