Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Crise de l'eau


Ericka Bareigts face au ras le bol d’un habitant du sud

Publié le mercredi 15 mars 2017 à 5:00
Aucun commentaire

« Madame la ministre, cela fait 7 semaines que nous sommes sans eau, et notre maire n’a toujours pas raccordé l’école primaire ! Pouvez-vous forcer les élus ? ». Cet appel au secours vient d’un habitant de Ouangani.

Ericka Bareigts : "Je suis là pour aider les élus à prendre leur responsabilité"

Ericka Bareigts : « Je suis là pour aider les élus à prendre leur responsabilité »

Malgré sa petite expérience de ministre, et déjà tellement habituée à entendre critiquer l’Etat, Ericka Bareigts n’a pas compris l’interpellation dont elle faisait l’objet ce mardi matin. Elle était venue au Centre universitaire pour parler coopération régionale, et ne s’attendait pas à être de nouveau interrogée sur la thématique de l’eau. « Je suis là pour ça », répondra-t-elle d’ailleurs en ne se dérobant pas, et en prenant le temps d’écouter Kamarizaman Soilihi, parent d’élèves, également actif dans une association environnementale.

« Mes enfants n’ont que 3 heures de cours, parce qu’il n’y a pas de raccordement », se plaint-il. Or, la ministre a débloqué 500.000 euros pour ça, « mais ce n’est jamais arrivé jusque dans la commune de Ouangani ». Et ce n’est pas tout : « Depuis 4 ans que la réforme des rythmes scolaires a été mise en place, les enfants n’ont toujours pas eu d’activités périscolaires. »

La ministre répondra qu’elle a fait voter le doublement des dotations de constructions et de rénovations scolaires dans le 1er degré à 20 millions d’euros, « mais vous pouvez toujours gonfler l’enveloppe, ça n’arrive pas », retentait le parent d’élève. Ericka Bareigts finira par déclarer : « Je suis là pour aider les élus à prendre leur responsabilité. » Mais par quel biais ?

Et toujours l’absence de contrôle

Roukia Lahadji a prononcé un discours de vérité

Roukia Lahadji a prononcé un discours de vérité, impliquant des responsabilités partagées

Cette absence de sens de l’intérêt général est encore largement répandue chez les élus locaux. « Nous avons fait pour l’eau, la même chose que pour les écoles* », explique depuis plusieurs semaines Roukia Lahadji, la maire de Chirongui, à qui veut l’entendre, impliquant « la responsabilité des élus locaux et nationaux. »

De plus, à la tête de communes toujours déficitaires, à la masse salariale grossissante, certains sont tentés de ponctionner dans des ressources annexes, et celles dédiées aux activités périscolaires en font partie. Et l’injustice de traitement dont elles pâtissent vient empirer la situation, qui ne s’améliorera que lorsque sera versées l’intégralité des ressources auxquelles elles ont droit, dont l’octroi de mer.

Voyant que Kamarizaman Soilihi restait sur sa faim, la vice-recteur est allé à sa rencontre. Mais nous expliquait ensuite ne plus avoir la main sur le fonds de d’amorçage versé aux communes dans le cadre des rythmes scolaires : « Nous avons versé 280.000 euros, mais qui transitent maintenant par l’Agence de Services et de Paiement. » Qui va malgré tout « personnellement démarcher le maire sur ce sujet ». Sollicité, le préfet nous a expliqué ne pas savoir qui contrôlait la bonne utilisation de ces fonds.

Transparence sur la masse salariale

Le ras le bol d'un habitant au bout de 7 semaines de pénurie

Le ras le bol de Kamarizaman Soilihi au bout de 7 semaines de pénurie

Le discours exemplaire ce lundi devant la ministre de la maire de Chirongui, prenant sa part de responsabilité dans la crise de l’eau, devrait servir de panache blanc. Mais qui pour enfourcher un cheval de vertu et la suivre ? Elle mettait dans la balance ses efforts, « A Chirongui, nous avons un ratio de 9,8 agents pour 1.000 habitants, à La Réunion en moyenne, il est de 29,8 pour 1.000, et en métropole, de 18,9 », pour demander à Ericka Bareigts un alignement des dotations des collectivités de Mayotte sur ses sœurs ultramarines. Que promet la Loi Egalité réelle et ses Plans de convergence.

A l’image de Chirongui, la publication de ces ratios devrait d’ailleurs être généralisée à l’ensemble des collectivités, dans un souci de transparence vis à vis des administrés.

En persistant à ne pas contrôler les dotations et en ne dotant pas les collectivité à la hauteur de ce qu’elles ont droit, les recettes destinées aux bien-être des habitants continueront à couvrir la masse salariale.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* En 2013, le SMIAM, syndicat départemental et communal chargé des constructions scolaires, n’avait sorti qu’une seule salle de classe, malgré les 10 millions d’euros alloués par l’Etat. Sans contrôle.

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
4:59 Catherine Barbezieux prend la direction du CHM
HIER Sortie de grève à l’aéroport de La Réunion: un protocole d’accord signé
HIER Bagarres, caillassages et gaz lacrymogènes: soirée tendue à Koungou et sur Petite Terre
HIER Le festival des arts traditionnels de Mayotte, c’est aujourd’hui !
HIER Eaux souillées : Baignade interdite à Ngouja
HIER Des coupures d’eau ce jeudi dans plusieurs quartiers de Petite Terre
2 jours Impôt sur le revenu 2017: vous pouvez récupérer votre déclaration dans votre mairie
2 jours Jour férié de l’abolition de l’esclavage: la mairie de Mamoudzou fait le pont
2 jours Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation ce dimanche

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Affaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment des faits»
Jugement de travail au noir « par négligence »
Quand le sommeil tue au volant : 2 mois de prison avec sursis pour le conducteur
Guito Narayanin sortira de prison demain
Report du délibéré de la 1ère affaire de décasage
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
31°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL