Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Formation professionelle


Formation professionnelle : Pour passer à l’acte, il faut savoir repartir de zéro

Publié le lundi 20 mars 2017 à 5:30
Aucun commentaire

La projection des moyens à mettre en œuvre pour former jeunes et moins jeunes à l’horizon 2030 donne le vertige, puisque nous serons 500.000 habitants, selon les statistiques retenues par l’enquête AMNYOS. Si le dispositif ne fonctionne pas maintenant, cela ne peut qu’empirer. Les acteurs du secteur ont essayé de trouver des pistes d'évolution.

Alain Gueydan, Dieccte, et Mariame Saïd, CD

Alain Gueydan, Dieccte, et Mariame Saïd, CD

On note une évolution dans la prise de conscience. La majorité des acteurs locaux réunis au sein de l’amphithéâtre du Centre Universitaire pour le 2ème jour du « Séminaire de prospectives de la formation professionnelle à l’horizon 2030 », ont dit leur ras le bol des Schémas et Plans, rangés dans un tiroir à peine l’encre de la signature séchée. « Le Schéma régional économique de l’emploi et de la formation a été signé en 2010. Il est toujours valable, peu d’actions ayant été lancées. Il faut passer à l’acte », relève François De Lavergne, cabinet AMNYOS.

En écho, Warda halifa, Chargée de mission au CUFR se disait lassée : « C’est la énième réunion. Avant, on mettait nos problèmes sur le compte d’un manque d’argent, maintenant que les fonds européens sont là, nous n’arrivons pas à monter les dossiers, et à les mettre en œuvre. » Un financement sur la mobilité a été débloqué via LADOM, « mais les jeunes ne sont pas si motivés pour aller voir ailleurs, d’autre part, nous ne pouvons pas envoyer dans la nature ceux qui sont illettrés. »

En dépit de l’implication saluée par tous de Mariame Saïd, l’élue qui en a la charge, le conseil départemental, un des principaux donneurs d’ordre, ne fait pas montre de volonté, la désorganisation règne dans le service, selon l’ensemble des acteurs. Et les énergies s’épuisent sur les mêmes pistes sans issue, comme celle d’une importation de produits malgaches, «  on sait qu’ils ne sont pas aux normes communautaires », rappelle Alain Gueydan, le directeur de la Direction du travail.

Parents et enfants ensemble sur les bancs de l’école

Tony Mohamed a surmonté la difficulté d'impliquer les parents dans la scolarité

Tony Mohamed a surmonté la difficulté d’impliquer les parents dans la scolarité

Immigration, maîtrise du français, niveau scolaire, absence de volonté du conseil départemental… Les freins sont nombreux, mais les acteurs semblent prêts à se relever les manches en dépit du contexte.

Pour Mohamed Moindjié, pour réussir une formation professionnelle, il faut 4 préalables : Maîtriser les savoir de base « avec une scolarisation réussie, pour ne pas avoir à faire des remises à niveau », la Parentalité, « ma mère n’a jamais été scolarisée, et pourtant, c’est elle qui me réveillait tous les matins », le travail avec les Associations « qui œuvrent déjà avec les jeunes et qui ont le savoir-faire », et un développement Economique « qui reposerait sur la création de richesses, et non sur la fonction publique. »

Tony Mohamed est un bon exemple du savoir faire associatif. Avec Espoir et Réussite, il a mis en place un apprentissage à la lecture et au calcul pour les enfants accompagnés de leurs parents. « Les enfants sont plus concentrés et les parents peuvent suivre la scolarité. »

« La pression migratoire nous fait reculer »

"On fait un pas en avant, et la pression migratoire nous fait reculer"

« On fait un pas en avant, et la pression migratoire nous fait reculer »

Le problème posé par l’immigration et les primo-arrivants était naturellement posé : « Le niveau scolaire baisse, et les cadres mahorais finissent par mettre leurs enfants dans des écoles privées, puis rapidement en internat en métropole. On ne peut pas continuer sur cette pente », revendiquait un membre de la DAFPI, la Direction de la formation professionnelle et de l’Insertion du conseil départemental.

Même interrogation chez la Directrice des Ressources Humaines de EDM, « on va de l’avant, mais cette pression migratoire nous fait reculer ».

Un autre problème se pose, celui de la coordination des Organismes de Formation professionnelle, qui se voient en concurrents, sans proposer d’action coordonnée : « Il faut mutualiser le travail entre les partenaires », relevait Jacques Launay, Dieccte, ce que la DRH d’EDM illustrait : « Il faut centraliser l’information, et repérer chaque décrocheur pour l’adresser à la structure adéquate. »

« Que veulent faire les Mahorais de Mayotte ? »

"Qu'est-ce-que les Mahorais veulent faire de Mayotte?!", interpelle Kadafi Attoumani

« Qu’est-ce-que les Mahorais veulent faire de Mayotte?! », interpelle Kadafi Attoumani

Mais l’objectif premier, est de dégager une vision qui chamboule un peu, beaucoup, le secteur, pour le faire évoluer. Kadafi Attoumani, directeur d’OPCALIA, interrogeait : « Qu’est ce que les Mahorais veulent faire de Mayotte ? Comment on se projette ? Le Mahorais de demain doit intégrer que ces nouveaux arrivants vont rester, il faut en faire des Mahorais, des citoyens français. »

Il replaçait le curseur au niveau zéro, « il faut commencer à assurer de quoi manger pour tous, puis se préoccuper d’éducation, de santé et de sécurité. Tant qu’on n’aura pas réglé ces problèmes, il n’y aura pas d’évolution. Il faut se doter de cadres de haut niveau, et favoriser une montée en puissance de cadres territoriaux. »

Ce n’est qu’ensuite, « et non pas avant », qu’on peut parler de Schémas et de Plans. « Celui de 2010 n’a même pas été mis en route, et j’entends reparler des mêmes choses, de tourisme, d’agriculture, de NTIC, d’aquaculture… 6 ans qu’on nous redit les mêmes choses. Les ‘Shémas’ donnaient même des recommandations pour éviter les écueils ! »

Il appelait à réviser le bon ordre des choses, « ce n’est pas en faisant des Emplois Aidés qu’on va régler le problème ! »

« Un proverbe mahorais dit, lorsqu’un fou prend conscience de sa folie, c’est qu’il est guéri. C’est un peu ce que nous sommes », lançait en souriant un intervenant. Relayé par François De Lavergne, « Marc Twain disait ‘ils ne savaient pas que c’était impossible, donc ils l’ont fait’ ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
9:15 Fin des épidémies de bronchiolite à Mayotte et à La Réunion
6:15 Colas : le site toujours bloqué
4:55 Total Mayotte : Horaires ramadan
4:45 Bilan positif de la Foire Internationale de Madagascar pour la Confédération des PME
2 jours Soutien aux salariés de la Colas : la première position de la France Insoumise à Mayotte
3 jours Violences entre jeunes à Ongoujou, les gendarmes caillassés
3 jours Enquête sur les rythmes scolaires
3 jours Pour les musulmans de métropole, le ramadan commence samedi
3 jours Horaires ramadan à la mairie de Mamoudzou

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Avertissement pour les vendeurs à la sauvette à Bandrélé
MCG débouté de sa demande d’indemnisation lors de l’audience de référé
L’affaire de la prise des 67 kilos d’or pourrait se conclure par une relaxe
Énervé par un barrage, l’ancien militaire tire, et blesse une jeune fille
Tribunal: Plaidoyer contre les petits boulots non déclarés
Rab de prison pour un incendiaire de cellule
Condamnation d’un passeur récidiviste : « En prison, pour lui éviter le lagon »
Relaxe TV Mafoumbouni : Jacques-Martial Henry renonce à faire appel


PORTRAITS
Goula Goula: les vainqueurs de la WebCup 2017
WebCup : pas de doute, Mayotte dispose d’un vivier de geeks et de créateurs internet



Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
31°
28°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL