Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Social


Grande pétition du Collectif des citoyens inquiets : « Pour que l’Etat assure notre sécurité »

Publié le samedi 6 février 2016 à 16:56
Aucun commentaire

Après les chiffres pessimistes sur la délinquance livrés hier, beaucoup d'entre vous se sont interrogés sur les solutions à trouver. Le « Collectif des citoyens inquiets de Mayotte », en apporte une. En lançant une grande campagne de pétition pour alerter sur la situation alarmante de notre département, il compte toucher les plus hautes autorités de l’Etat.

"Mon cœur bat aux valeurs de la République", souligne Tamhami M'Madi

« Mon cœur bat aux valeurs de la République », souligne Tamhami M’Madi

« Insécurité partout et pour tous, Education nationale en péril, structure hospitalière débordée, fiscalité locale inadaptée à la réalité économique et sociale du territoire, une immigration non maîtrisée, Mayotte et ses habitants sont à bout de souffle », lance le collectif qui tenait une permanence sur la terrasse du M’biwi aux Hauts Vallons.

Et apparemment, ils sont beaucoup à s’être senti concernés : « Nous avons déjà recueilli 800 signatures en 48h, dont une bonne partie en ligne, avec 5.000 comme objectif si on veut sensibiliser Paris », rapporte Tamhami M’madi, qui ne se présente pas autrement que comme un simple citoyen de Mayotte. Les membres du collectif, ruban bleu au bras, « la couleur turquoise qui sied à Mayotte, et sans assimilation politique possible », n’ont pas besoin de s’expliquer longuement sur leur démarche, les passants signent volontiers.

« Vivre sans avoir peur »

« Nous voulons vivre dans un territoire de la République comme les autres, sans avoir peur d’aller à la plage, de se lancer dans une randonnée, de se déplacer tout court », déclare Tamhami M’madi, « Il faut que l’Etat préserve ces libertés fondamentales, sinon, comment inculquer les valeurs de la République à nos enfants. »

Il ne veut pas de discours politisé, ne demande pas des moyens à tout-va, « manifestement plus on reçoit d’argent, plus la situation se dégrade », et s’il cible l’Etat, c’est en raison « de sa compétences à faire appliquer les lois ici. Nous sommes quand même français depuis 1841 ! » Ce qu’il souhaite, c’est que le président Hollande lise le courrier de la pétition, « puisque personne là-haut ne sait ce qui se passe. »

L’exode du vendredi

Le COSEM bien évidemment signataire

Le COSEM bien évidemment signataire

Quant aux moyens envisagés à travers « Mayotte 2025 », il n’arrive même pas à se projeter : « On nous répond ‘Paris ne s’est pas fait en un jour’, mais en 2025, il n’y aura plus personne ici ! » Il invite d’ailleurs les autorités à se rendre les vendredis à l’aéroport de Mayotte : « Beaucoup de père de famille partent rejoindre les leurs à La Réunion, les familles sont déchirées, se déchirent d’ailleurs. »

Il reproche deux poids et deux mesures en matière de prise en charge de la délinquance, « s’il s’agissait d’un département breton, la réaction serait immédiate. » Il évoque ses sociétés qui supportent des frais exorbitants de sécurisation, et qui doivent fermer dès 17h pour ne pas mettre leurs employés en danger.

Et c’est parce qu’il compte bien rester dans son île, à l’image de tous les signataires, qu’il appelle à se mobiliser avec un but : « Provoquer une réflexion globale de la situation avant même tout prise de décision ou tout effet d’annonce. »

La pétition prend fin le 20 février, et sera envoyée dans la foulée au président de la République. D’ici là, ils tiendront d’autres permanences*.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Tagged under , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
4:59 Catherine Barbezieux prend la direction du CHM
HIER Sortie de grève à l’aéroport de La Réunion: un protocole d’accord signé
HIER Bagarres, caillassages et gaz lacrymogènes: soirée tendue à Koungou et sur Petite Terre
HIER Le festival des arts traditionnels de Mayotte, c’est aujourd’hui !
HIER Eaux souillées : Baignade interdite à Ngouja
HIER Des coupures d’eau ce jeudi dans plusieurs quartiers de Petite Terre
2 jours Impôt sur le revenu 2017: vous pouvez récupérer votre déclaration dans votre mairie
2 jours Jour férié de l’abolition de l’esclavage: la mairie de Mamoudzou fait le pont
2 jours Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation ce dimanche

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Affaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment des faits»
Jugement de travail au noir « par négligence »
Quand le sommeil tue au volant : 2 mois de prison avec sursis pour le conducteur
Guito Narayanin sortira de prison demain
Report du délibéré de la 1ère affaire de décasage
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
31°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL