Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Santé-social


Grève à l’ARS Mayotte: quand l’océan Indien ne suffit pas à faire l’unité

Publié le jeudi 11 juin 2015 à 5:30
Aucun commentaire

Les mêmes agents s’étaient mis en grève il y a trois ans en appelant à une égalité de traitement entre les deux îles regroupées sous la bannière Agence Régionale de Santé Océan Indien. Les inégalités de salaires ne sont pas seules en cause, mais bien la politique de santé en elle-même.

La plaque ARS OI dévoilée par Chantal de Singly le 1er avril 2010

La plaque ARS OI dévoilée par Chantal de Singly le 1er avril 2010

L’Agence Régionale de Santé Océan Indien a été créée le 1er avril 2010, couvrant les deux départements français de La Réunion et Mayotte. Si les agents Mahorais en avaient le cœur, ils tourneraient la date en dérision, mais ce n’est apparemment pas le cas : « Force est de constater cinq ans plus tard, l’existence d’une situation inégalitaire entre les deux départements et les agents d’une même agence exerçant les mêmes missions », critique une intersyndicale CGT Ma-UNSA-CFDT.

Ils ont dressé un tableau comparatif des deux îles sur plusieurs points. La gouvernance tout d’abord, avec 9 directions sur l’île Bourbon, dont la veille et la sécurité sanitaire, aucune dans la délégation de l’île de Mayotte. La sur-rémunération, avec une indexation de 53% dans l’île voisine, contre 20% à Mayotte qui a entamé il y a deux ans son rattrapage vers un taux de 40% en 2017. La non mixité des agents entre métropolitains (improprement appelés « expatriés ») et locaux, les premiers ne soutenant pas les seconds dans leur mouvement, selon les grévistes.

Aucun mahorais décisionnaire sur une île à forte identité culturelle

Une île aux nombreux dispensaires

Une île aux nombreux dispensaires

Enfin, et c’est peut-être le plus difficile à comprendre pour l’intersyndicale, « Contrairement à l’époque de la DASS, aucun mahorais n’est responsable de service. De fait, le mahorais est exclu d’office des responsabilités dans la gestion de la santé de son propre pays. »  L’un est pourtant un intervenant écouté dans les colloques, a écrit de nombreux ouvrages, et surtout, connaît la culture locale.

Lors de l’anniversaire des cinq ans de l’agence en avril dernier, Chantal de Singly, directrice de l’ARS OI, l’avait elle-même reconnu, «à Mayotte, c’est compliqué». Le niveau de développement des deux départements n’est pas le même, impactant sur les choix stratégiques de santé, et les problématiques finissent de creuser l’écart, dont le flux migratoire et une désertification médicale à Mayotte, qui appellent des décisions nationales, comme le faisait remarquer lors de l’anniversaire des 5 ans, le docteur Martial Henry.

Quand La Réunion éternue, c’est Mayotte qui tousse

Une politique centralisée à La Réunion, qui délaisse Mayotte. Le 16 avril 2014, alors que nous répercutions le lancement de la campagne antigrippale à Mayotte (qui se faisait il y a encore trois ans à la même date qu’en métropole bien que les saisons soient inversées !), nous nous enquérions du nombre de cas de grippe sur l’île.

Les services de l’ARS OI, donc de La Réunion, nous répondaient alors : «Concernant les chiffres, malheureusement, nos services m’informent qu’à ce jour, nous n’avons pas les données nécessaires pour estimer le nombre de cas de grippe à Mayotte.» La campagne 2014, avec 2.496 doses délivrées à Mayotte, en public et libéral, « pour 6.000 personnes éligibles à la vaccination », avait pourtant été lancée sans donc connaître l’impact du virus sur le territoire.

Ouverture immédiate des négociations

Banderoles devant l'ARS Mayottece mercredi

Banderoles devant l’ARS Mayottece mercredi

Les grévistes, «90% des agents», nous signale l’intersyndicale, ont des revendications en 4 points, issus du déséquilibre de leur tableau : tout d’abord la reconnaissance de l’ancienneté des agents auparavant agents de la collectivité, avant leur incorporation dans un corps transitoire. Selon eux, le ministère de la Santé n’y serait pas opposé, contrairement à celui de la fonction publique qui craint une contagion, celle-ci propre à Mayotte : les autres administrations pourraient en effet demander une généralisation à leurs services.

Le traitement identique entre les agents d’un même établissement ARS OI, salaires, indemnités, indexation. Ce serait la monnaie de la pièce d’une union forcée… tous au même tarif.

La titularisation des agents non titulaires (Contrats d’avenir contractuels) en vue du renforcement d’un service jugé «en sous-effectif». Et enfin, l’autonomie tant attendue, avec des Mahorais comme acteurs de leur propre développement.

Les grévistes demandent l’ouverture immédiate de négociations avec la direction générale de l’ARS OI. Car au final, l’économie d’échelle recherchée lors de la création des l’ARS ne se justifie pas tant que ça avec deux îles éloignées géographiquement et structurellement.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Tagged under , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Distribution de cadeaux de Noël aux enfants hospitalisés
HIER Un peu de discipline dans la pêche à pied professionelle
HIER Code du travail : les 1ers bug
HIER Plateau sportif ou nom des rues, le maire d’Acoua consulte à tout-va
2 jours Air Austral : Retour à la normal du programme des vols
2 jours La sécu de Mayotte sur la toile
2 jours Perturbations sur la distribution d’eau potable à Chiconi ce mercredi
2 jours Recensement : les chiffres divulgués jeudi
2 jours Fermeture exceptionnelle des stations de Longoni et Chirongui

MAGAZINE
Gandhi
Initiation à la non-violence au CUFR


CARNET DE JUSTICE
Le voleur de Bouéni « réalise que la prison, c’est difficile »
Séquestré pour une dette de 300€
Confondu par son ADN, le voleur récidiviste repart à Majicavo
Kwassas : 40 affaires pénales prennent un tour diplomatique
Affaire de kwassa : tous les détenus remis en liberté dans l’attente du procès
« Dysfonctionnements » dans une affaire de kwassa
Entre décasages et solidarité active, le « paradoxe Bouéni »
Perquisition à la mairie de Mamoudzou


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL