Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Edito


Imagine-t-on Paris sans eau courante?

Publié le mercredi 18 janvier 2017 à 16:16
Aucun commentaire

Cela fait maintenant plus d'un mois que Mayotte subit une pénurie d’eau, et compatit depuis deux jours au risque de pénurie d’électricité qui menace la métropole, touchée par une vague de froid inhabituelle. Si on cherchait un exemple d’inégalité réelle à donner au moment où la loi est discutée au Sénat, il est tout trouvé.

La retenue collinaire de Combani remplie à moins de 15% de ses capacités (Photo: JS/Le JDM)

La retenue collinaire de Combani remplie à moins de 15% de ses capacités mi janvier (Photo : JS/Le JDM)

Depuis le 15 décembre, la moitié des communes de l’île, celles du sud, dépendantes de la retenue collinaire de Combani, ne peuvent ouvrir leur robinet qu’un jour sur trois. C’est à dire qu’il faut anticiper pour les douches, les déplacements aux toilettes, fermer les écoles, économiser les lavages de main… Les images des sanitaires du Centre universitaire diffusées par nos confrères de Mayotte 1ère sont éloquentes.

En métropole, ce n’est pas la fourniture de l’eau, mais d’électricité qui est menacée. Ce lundi, un titre barrait la Une du journal des Echos: «Électricité: la France menacée de pénurie». On y apprenait que le gestionnaire du réseau RTE indiquait vendredi dernier envisager d’avoir recours notamment aux importations face à la tension probable sur le réseau électrique.

On importe bien de l’électricité

Le comité de suivi de la ressource en eau ce vendredi matin à la préfecture

Le comité de suivi de la ressource en eau

Pourquoi cette solution n’a pas été mise en place à Mayotte? L’importation par tankers d’eau douce avait été envisagée lors de la presque pénurie de 2010, alors que le risque était moins fort qu’en cette fin 2016. Commencer par publier des arrêtés préfectoraux de restriction de ressource en eau était un premier pas, mais avec les prévisionnels inquiétants de Météo France, l’importation pouvait sembler inévitable, sous peine de provoquer une réelle discrimination. Mais elle n’a pas été décidée.

Chaque phrase, chaque mot de la loi Egalité réelle met encore plus en évidence cette injustice dans le traitement. «Nos compatriotes doivent disposer des mêmes droits et, au-delà, des mêmes opportunités de développement et d’épanouissement. C’est cela l’égalité réelle», déclarait même ce mardi Ericka Bareigts, la ministre des Outre-mer, en séance publique au Sénat.

Pas de réflexion sur le stockage des eaux de pluies

Nuages porteurs de pluies la semaine dernière

Les orages menacent, mais restent improductifs

Dans son édito, le rédacteur en chef des Echos David Barroux, s’interrogeait «à qui la faute?», en avançant un «cocktail de mesures fortes» pour ne pas retomber dans le risque de pénurie, que nous pouvons aisément transposer. «Le plus important est sans doute de commencer à consommer moins», soumet-il. Ce qui mériterait à Mayotte des campagnes régulières d’économie d’eau dans un territoire insulaire.

Autre solution, l’investissement plus poussé dans les énergies renouvelables. Mais alors que l’installation des panneaux photovoltaïques et chauffe-eaux solaires ont été largement subventionnés, aucune aide pour les systèmes de récupération des eaux de pluie, de réducteurs de pression au robinet. Toutes les campagnes sont pensées pour la métropole, mais pas pour les Outre-mer.

Une retenue collinaire appelée Arlésienne

Forage de Majimbini haut

Forage de Majimbini haut en mars 2014

Quant à savoir qui est fautif de cette situation de pénurie, entre les atermoiements fonciers de la 3ème retenue collinaire (dont on entend parler depuis 10 ans) aux millions nécessaires que le conseil départemental n’a pas mis lors du précédent contrat de projet et ceux que l’Etat aurait du mettre depuis longtemps, se glissent les retards des liaisons nord-sud que le Syndicat des eaux avait entamées lors de l’alerte de 2010.

Ericka Bareigts dénonçait les différences de traitement entre la métropole et les territoires ultramarins en ces termes: «Ces écarts ne peuvent pas être acceptés au sein de notre République. Imagine-t-on les Vosges bénéficier d’une prestation sociale mais pas la Haute-Vienne?» En effet, imagine-t-on la région parisienne sans eau courante?

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
15:34 Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
13:58 Journée de la trottinette le 24 octobre
11:45 La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni
4:45 4 millions d’euros pour la recherche et l’innovation dans les Outremers
HIER Table ronde sur le mécénat et dons aux associations le 4 novembre
HIER Projection du docu Hip Hop (R)évolution au Rocher
HIER Prolongation des travaux du pont de Dzoumogné
2 jours Un fonctionnaire français accompagnait les étrangers en situation irrégulière à l’îlot Mtsamboro
2 jours Troubles à l’ordre public à la suite d’un match de football : 3 interpellations

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit
Trois interpellations ce week-end suite aux violences de vendredi à Acoua


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL