Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Economie


« Jeter ses déchets c’est déjà un choix »

Publié le mardi 21 novembre 2017 à 12:00
Aucun commentaire

La deuxième partie du forum de l'économie circulaire était axée sur le traitement des déchets et leur valorisation. A Mayotte, malgré un retard structurel et un grand besoin de sensibilisation, des initiatives font évoluer la situation.

L'économie circulaire expliquée en un schéma

L’économie circulaire expliquée en un schéma

L’économie circulaire passe notamment par la valorisation des déchets. La loi de transition énergétique qui a couché sur le papier le principe du pollueur-payeur impose à tout producteur d’anticiper la fin de vie du produit qu’il fabrique, importe ou distribue. Cela passe par l’obligation de reprendre le micro-onde usagé, qui rejoint ensuite une filière de recyclage. Si en métropole le dispositif est bien intégré dans les mentalités, il n’est pas rare à Mayotte de voir l’électroménager sur le bord des routes, signe que du chemin reste à faire.

« On trie plus efficacement ses déchets si on sait ce qu’ils vont devenir sur le plan économique » estime Adrian Deboutière, chargé de mission sur l’économie circulaire.

Yourgo Mohamed Yassin travaille pour Citeo, organisme qui comprend le label Eco Emballage, chargé de récolter les déchets recyclables. Conscient que les points de collecte manquent à Mayotte, notamment dans les zones où les gros camions peinent à se rendre, il appelle à une prise de conscience. « Ce qui est mis à la benne par au recyclage. Tout ce que vous mettez à la poubelle sera enfoui » explique-t-il. « Jeter ses déchets c’est déjà un choix » poursuit le responsable. Il y a la prise de conscience des consommateurs donc, mais aussi celle des entreprises. « Citéo (organisme privé agréé par l’Etat NDLR) fonctionne sur les contributions des entreprises. A Mayotte, très peu contribuent à l’éco-organisme ». En effet, si en métropole, l’éco-participation de quelques centimes figure bien sur l’étiquette de tout produit, c’est moins souvent le cas ici.
Une évolution nécessaire pour préserver l’environnement mahorais, mais aussi son économie, puisque le traitement des déchets est une filière « qui crée de l’emploi » assure Yourgo Mohamed Yassin. Et plus on trie, plus la quantité de déchets exportés pour être recyclés est importante, et plus cette filière est rentable.

Des évolutions ont aussi eu lieu concernant les déchets polluants comme les piles, pour lesquelles il existe désormais des points de collecte dans toute l’île. Chaque mairie est équipée pour recevoir les piles.

Philippe Perrault et Jean-Michel Chastagnon de la SIM

Philippe Perrault et Jean-Michel Chastagnon de la SIM

Le BTP « en avance sur son temps »

Si Paris fait figure d’exemple en matière de déconstruction dans le BTP, Mayotte n’est pas en reste. Dans la capitale, les pavés issus des anciennes voies carrossables fournissent jusqu’à 50% des besoins en granit de la ville. Quand on voit que sur les 350 millions de  tonnes de déchets produits chaque année au niveau national, 245 millions proviennent du BTP, on comprend l’enjeu.
A Mayotte, bien avant que l’on parle de transition énergétique, les constructions étaient déjà essentiellement faites en matériaux durables. Il en va de la brique de terre, peu à peu abandonnée au profit du parpaing, mais qui a l’avantage d’être entièrement recyclable. Ainsi, déconstruire une maison SIM ne produit quasiment que de la terre, du bois et de la tôle, « La Sim était en avance sur son temps » explique Philippe Perrault, directeur du patrimoine à la Société Immobilière de Mayotte. Mayotte a cette chance de n’avoir jamais importé d’amiante, ce qui, aujourd’hui, ôte une sacrée épine du pied des entreprises de BTP. Abandonnée pour des raisons administratives de normes et d’assurances, la brique de terre est en voie de réhabilitation. Sur une initiative de la SIM, ce matériau local et durable devrait être officiellement homologué en janvier.

Qu’il s’agisse de bâtiment, de routes, de piles ou de nourriture, « la façon dont on consomme va générer plus ou moins d’impact sur la quantité de déchets,conclut Jean-Marc Chastagnon, lui aussi de la SIM. C’est par des choix de production et de consommation qu’on va anticiper les problèmes qui nous attendent demain » .

Y.D.

Tagged under , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Votre agenda du week-end
HIER Nouvelle vague de violences ce vendredi matin au lycée de Kahani
HIER Mayotte se prépare à un exercice cyclonique la semaine prochaine
HIER Mayotte En marche avec les Outre-mer
2 jours Berguitta : scènes de dévastation à la Réunion
2 jours Coupure d’eau à Ouangani à la suite d’une casse
2 jours Et si vous deveniez animateur sportif ?
2 jours Air Austral compte sur une réouverture des aéroports de La Réunion ce vendredi
2 jours Hausse des prix de 0,2% en décembre

MAGAZINE
Rotary VIH
Le Rotary Club offre 1500€ pour la lutte contre le VIH à Mayotte. L’association nous a ouvert ses portes


CARNET DE JUSTICE
L’élection de Ramlati Ali annulée par le Conseil Constitutionnel
Dealers de bangué « c’était ça ou voler »
Quatre ans ferme pour le chef d’un réseau de kwassas
Deux grévistes de MayCo échappent de peu à la prison
Âgé de 24 ans, il a un bébé avec une collégienne de 12 ans
Une enquête ouverte suite au glissement de terrain fatal à Koungou
Victime de violences conjugales, elle menace de « tuer l’enfant » si son compagnon va en prison
« La paralysie du Tribunal de travail de Mayotte se confirme » pour le Medef Mayotte


PORTRAITS
Djibril Cissé 2
Djibril Cissé « Renvoyer l’ascenseur aux jeunes serait une bonne action »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL