Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Culture


« Le bilinguisme doit être une force pour nous »

Publié le dimanche 12 novembre 2017 à 6:00
Aucun commentaire

Une étude menée au CUFR montre que les étudiants sont partagés sur l'utilité de leurs langues maternelles, tout en les jugeant importantes culturellement. Les enseignants veulent aujourd'hui les mettre au premier plan dès l'école primaire, pour en faire la richesse qu'elles méritent d'être.

Miki Mori, maître de conférence au CUFR

Miki Mori, maître de conférence au CUFR

Les langues régionales sont, depuis une quinzaine d’années, reconnues en France comme partie prenante du patrimoine national. A Mayotte, Shimaoré et Kibushi jouissent d’un ancrage fort. Pourtant, des décennies de dénigrement des langues maternelles amènent de nombreux jeunes à en faire un complexe, au bénéfice du français.
Aujourd’hui, universitaires et administration scolaire souhaitent renverser la vapeur en rendant aux langues régionales de Mayotte leurs lettres de noblesse.
Ce vendredi, une conférence de la maître de conférence Miki Mori présentait une enquête qu’elle a mené auprès d’étudiants du CUFR sur leur vision des langues parlées à Mayotte. Au fil de cette enquête scientifique, « c’est la question de l’avenir des langues maternelles à Mayotte qui est posée » appuie Jean-Louis Rose, responsable du pôle culture eu CUFR.

« Oser le plurilinguisme »

De cette enquête, il ressort en premier lieu une unanimité sur l’utilité de la langue française. Tous les étudiants interrogés jugeant qu’elle doit être enseignée et pratiquée, à l’oral comme à l’écrit. Utile pour les études et pour le travail, utile à l’international, et bénéficiant d’une image prestigieuse en raison de sa richesse grammaticale et lexicale. Ce, malgré sa complexité.
A l’inverse, les langues dites maternelles font l’objet d’avis plus contrastés. « Le bilinguisme doit être une force pour nous » estime un étudiant soutenu par un autre qui relève qu’elles « appartiennent à l’identité et au patrimoine, et qu’elles doivent être enseignées et écrites ». Quant un autre s’exclame dans la salle « Avoir parlé le shimaoré à l’école est à l’origine de nos lacunes d’aujourd’hui ».

L’objectif de cette conférence était justement de démontrer le contraire.
Pour l’inspectrice de l’éducation nationale Sitinat Bamana, participant à cette rencontre au CUFR, cette idée reçue  » résume toute l’histoire de Mayotte. Pour maîtriser le français, on nous a écartés de nos langues maternelles ». Elle ajoute que plusieurs expérimentations de plurilinguisme sont menées à Mayotte dès la maternelle.
« Le plurilinguisme aide à apprendre les langues » soutient Jean-Jacques Salone, enseignant au CUFR. « Il ne faut pas tolérer que les enfants parlent shimaoré ou kibushi à l’école. Il faut exiger qu’ils le pratiquent. C’est par le plurilinguisme qu’on va aider à comprendre les concepts ».

« Oser le plurilinguisme » fait d’ailleurs partie des objectifs pédagogiques fixés par le Vice-Rectorat. D’ailleurs, le kibushi venant de Madagascar, et le Shimaoré étant de la famille des langues Bantou, ces deux langues sont parfaitement utiles en termes de commerce et de relations internationales. Les dénigrer à ce titre est une erreur, s’accordent en substance, à dire les intervenants.

« On passe de l’interdiction à la reconnaissance », se réjouit Jean-Louis Rose, qui se souvient que « en 2000, les règlements intérieurs de collège interdisaient encore de parler le shimaoré ».

Quelle écriture pour Mayotte ?

Symbolisant le succès du plurilinguisme, un étudiant du CUFR, Joseph Mpondo Sadey a grandi au Cameroun. « Au Cameroun, nous avons 260 langues. Au collège j’en étudiais trois, qui ne sont pas cousines. Avec l’alphabet phonétique c’est possible. »

Joseph Mpondo Sadey vient du pays aux 260 langues

Joseph Mpondo Sadey vient du pays aux 260 langues

C’est d’ailleurs ce qui se pratique à Mayotte avec l’alphabet arabe, grand oublié de l’étude de Miki Mori, alors qu’il est la première langue écrite enseignée aux petits Mahorais grâce à l’école coranique.  » J’ai toujours vu ma maman recevoir des correspondances écrites en shimaroé avec l’alphabet arabe, donc il existe bien un shimaoré écrit arabe. Depuis que le français est arrivé, on a tendance à l’oublier » insiste un autre enseignant dans la salle.

Pour lui, il n’y a pas de préférence à tirer entre ces deux alphabets. L’un issu de l’enseignement religieux, l’autre de la présence française.  » C’est un choix politique ».

Un choix, pas forcément. On aura bien compris que le plurilinguisme facilitant  l’apprentissage des langues, français, shimaoré et kibushi peuvent parfaitement cohabiter, de même que les alphabets arabe et latin, chacun représentant un vecteur de communication valorisable.
Reste à s’appuyer sur la présence de ces connaissances à Mayotte pour les mettre en valeur dès l’école primaire, et former les enseignants à les diffuser. Pour qu’enfin Mayotte s’enrichisse officiellement de ses langues, et que ses enfants ne se sentent plus obligés de choisir.

Y.D.

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
8:40 Issouf Madi Moula, numéro 1 du PS de Mayotte condamné à deux ans ferme
HIER La retenue de Dzoumogné reprend des couleurs
HIER « Jeter ses déchets c’est déjà un choix »
HIER Déblocage de l’accès du port de Longoni
HIER 2ème Journée départementale des familles à Mtsangabeach samedi
HIER Un nouveau conseil d’administration à Air Mad en vue du mariage avec Air Austral
HIER La CSSM accompagne les retraités pour l’accès à leurs droits
HIER Un robot pour le lagon de Mayotte présenté vendredi au CUFR
HIER Les arts contemporains investissent la Maison du Projet à Kawéni

MAGAZINE
L'économie circulaire expliquée en un schéma
« Jeter ses déchets c’est déjà un choix »


CARNET DE JUSTICE
Un trentenaire abuse d’une fillette de 13 ans et risque une amende
Des témoignages d’attouchements sexuels au collège de Doujani étouffés par le vice-rectorat
14 mois ferme requis dans l’affaire des fausses procurations à M’Tsangamouji
Le procès pour outrages présumés sur Facebook renvoyé au 17 janvier
Trois pilotes de kwassa condamnés ce lundi
Petite Terre : un jeune brûlé vif dans des règlements de compte, enquête ouverte pour tentative d’assassinat
Décasage de Bouéni : peine confirmée en appel, la défense se pourvoit en Cassation
Il oublie sa carte d’identité sur le lieu de l’agression et finit au tribunal


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL