Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Société


Le combat d’un couple de métropolitains pour obtenir un visa pour leur fils malgache

Publié le dimanche 13 août 2017 à 16:01
Aucun commentaire

Le journal l’Est Républicain relate ce dimanche l’histoire d’un couple de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle, dans l’est de la France), qui mène un combat contre les autorités malgaches et françaises depuis 7 ans. Le couple tente d’obtenir un visa pour son fils Tommy, né à Madagascar et hébergé par ses grands-parents.

Capture d'écran de l'Est Républicain

Capture d’écran de l’Est Républicain

Le couple s’est formé en 2010, lorsqu’Aurore-Anita a quitté Madagascar pour passer des vacances chez sa sœur en métropole. Elle rencontre alors Arnaud, un ami de la famille avec lequel elle se marie un an plus tard.
Lui, a un fils, né d’un premier mariage en 2001. Elle aussi a déjà un enfant : Tommy qui a vu le jour à Madagascar en 2002. «Je l’ai reconnu. Son père ne l’avait pas fait», explique Arnaud à nos confrères.

Aujourd’hui âgé de 38 ans, agent de maîtrise chez Saint-Gobain, Arnaud n’a pourtant que son livret de famille pour parler de son fils, parlant de sa famille comme «prise en otage par l’État français». Depuis 7 ans, il ne parvient à obtenir un visa pour son fils.
Récemment, de nouveaux documents ont été établis par les autorités malgaches qui pourraient peut-être faire bouger l’ambassade de France à Tananarive.

Arnaud souhaiterait que Tommy poursuive sa scolarité en France à la rentrée. Le temps presse, «à sa majorité, il sera bloqué, il n’obtiendra plus de visa», explique Arnaud. Il a lancé une page Facebook «Enfants retenus en otage par l’État français à Madagascar». On y trouve tous les articles de presse de familles dans son cas. «On n’est pas seuls, au moins 70 familles, dont une se bat depuis 15 ans», affirme-t-il.

Tagged under , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Un appel à projet sur l’alimentation-nutrition-sport-santé : « Bien manger et bouger à Mayotte »
HIER Changement d’adresse mail à la Caisse de Sécurité sociale
HIER Hommage solennel aux militaires de la gendarmerie décédés dans l’exercice de leurs fonctions en 2017
HIER Avec une nouvelle intersyndicale de l’Education, trois dates de mobilisation contre les violences
HIER Kahani : Petite réunion pour une grande décision attendue ce vendredi
HIER Suspectée de surfacturer les billets de continuité territoriale, Air Austral tente de se défendre
HIER Le dispositif de sécurité de Kawéni visité par le préfet
2 jours Coupure d’eau dans la commune de Bandrélé ce 15 février
2 jours Appel à témoins : la gendarmerie cherche à identifier la victime d’un vol

MAGAZINE
... Les moins jeunes aussi mais... Monsieur le maire ça c'est pour les enfants !
A Passamainty, la première aire de jeux de Mayotte plébiscitée par la population


CARNET DE JUSTICE
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »
Devant les juges, il se touche le sexe et part en prison


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL