Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


L’exception culturelle mahoraise en matière de délinquance : entre règlements de compte et tolérance

Publié le mercredi 21 juin 2017 à 17:24
Aucun commentaire

Il y avait du monde ce matin devant le tribunal: le collectif Fandzaria Maïcha Chiconi-Sohoa des habitants de Chiconi était venu soutenir 3 d'entre eux qui s'étaient fait justice eux-mêmes, idem pour les policiers d'Alliance Police nationale en appui d'un jugement qui se tenait pour faux en écriture publique concernant 2 d'entre eux, et la gendarmerie pour surveiller tout ce petit monde. Enfin, surtout les bouénis de Chiconi. Mais nous y reviendrons.

Plusieurs habitants de Chiconi membre du collectif, venu en soutien

Plusieurs habitants de Chiconi membres du collectif, venus en soutien

Le schéma devient hélas presque classique à Mayotte : une bande de jeunes délinquants cambriole, caillasse, et en réponse, une large frange de la population se concerte, et fonce dans le tas pour se faire justice. Tout ce petit monde se retrouve au tribunal, les voleurs sur le banc de l’accusation, et les adultes, généralement insérés dans la société, sur ceux de la défense, se font remonter les bretelles par un procureur qui leur fait comprendre qu’ils n’offrent pas un modèle de société viable.

Les faits remontent à la nuit du 3 au 4 mars 2017. La veille, Abdou* s’était rendu dans une maison appartenant à sa famille, inoccupée depuis plusieurs années. Il s’aperçoit qu’elle est squattée, entre et se fait caillasser, « ils étaient 5 ou 6 ». Le soir même, la fenêtre de son domicile vole en éclat, et son téléphone professionnel est volé. Il part déposer plainte à la gendarmerie.

Mais le soir, avec d’autres habitants, il retrouve un des jeunes prés du collège de Chiconi, le fait monter vers 23h dans sa voiture, où il avoue les faits, et livre les noms de ses complices. Ils les retrouvent, se rendent à la plage de Sohoa à un kilomètre de là, trois d’entre eux s’enfuient, et font entrer les 2 restant dans un container où sont disposé un matelas et une chaise. Les deux enfants de moins de 15 ans y resteront jusqu’à 9h le lendemain matin.

Risque d’erreur sur le coupableChiconi insécurité tue Mayotte

C’est pour violences, enlèvement et séquestration, le tout commis en réunion, que trois hommes se retrouvent donc à la barre. L’un est informaticien à La Poste, l’autre étudiant, comorien en situation régulière, le 3ème menuisier. Ils se défendent en assurant qu’ils voulaient protéger les jeunes de la vindicte populaire, un des jeunes le confirmera. Le menuisier indique qu’il prend souvent des jeunes en stage pour les former.

Deux d’entre eux avouent avoir donné une gifle aux jeunes, le 3ème, avoir utilisé une sorte de coupe-coupe, « j’avais bu deux bières », avouera-t-il, en s’excusant pour ce qu’il a fait.

Le ras le bol aura encore une fois amené des habitants à commettre une infraction, « vous auriez pu vous tromper de personne tout comme il y existe des erreurs judiciaires », fait remarquer le président de l’audience, Laurent Sabatier. Qui prend l’exemple d’un père de famille qui à Pointe à Pitre en 2006, a tiré sur un jeune homme parce que sa fille venait de lui dire qu’il l’avait violée. Juste après le drame, en pleurs, elle avouera que c’était son petit ami. « Ne réagissez donc pas sous le coup de l’émotion ! »

« L’iPhone en dessous de l’humain »

Les habitants venus manifester, encadrés par la gendarmerie

Les habitants venus manifester, encadrés par la gendarmerie

Des faits « horribles », selon l’avocat des 5 jeunes, Me Simon, « cinq petits garçons arrachés de leurs familles en pleine nuit, pour recevoir des gifles et des coups dans le corps. Tout ça pour le vol d’un portable, il n’y a pas de proportionnalité. Un iPhone reste en dessous de l’humain quand même ! » Il demandait la somme de 1.000 euros pour chacun enfants en préjudice physique, et 3.000 euros comme préjudice moral.

Le procureur Camille Miansoni ne pouvait qu’enfoncer le clou : « C’est une opération qui a été menée, pas un acte isolé. On commet des atteintes physiques pour des réparations matérielles. Les enfants ont eu peur qu’on leur tire dessus. C’est la rumeur comme source d’information ! L’exception mahoraise, on aimerait que ce ne soit pas le défi à la justice en se la rendant soi-même. Il faut prendre le meilleur. » Il requérait 12 mois d’emprisonnement avec sursis pour les 2 plus impliqués, et 8 mois avec sursis pour le 3ème.

« Mayotte est un Majicavo géant »

Tee-shirt du collectif

Tee-shirt du collectif

Pour l’avocat de deux des prévenus, le désormais député Mansour Kamardine, les réquisitions sont sourdes à la situation sociale de Mayotte : « On ne peut pas accuser mes clients d’actes racistes, un seul des jeunes étant comorien. Les faits sont la preuve du ras le bol de la population, et la preuve d’un Etat défaillant. Or, avec 53% d’étrangers en situation irrégulière, les Mahorais continuent à avoir le sourire, c’est ça notre exception culturelle, cette tolérance. »

Il relevait que les nombreux cambriolages de son cabinet n’ont pas été solutionnés, « pas étonnant quand un procureur écrit ‘relâchez les étrangers en situation irrégulière, on ne peut pas les prendre en charge’ ».

Me Ibrahim, du même cabinet utilisait une image frappante, « Mayotte est un Majicavo géant, des barreaux partout aux fenêtres ! Et on comprend l’exaspération de la population qui ne dépose plus plainte, 800 plaintes sont classées sans suite ! » Il plaidait la dispense de peines, et, dans le cas d’une issue contraire, la non-inscription au casier judiciaire.

Le 3ème avocat Me Nadjim Ahamada, montait le ton, résumant ce qu’il considère être un monde à l’envers : « Nous sommes dans un royaume de voyous qui terrorisent Chiconi, des nuits d’horreur, des hordes de chiens. Nous utilisons l’ordonnance de 45 pour les protéger au lieu de les envoyer à Majicavo. Le jeune soit disant frappé a eu zéro jours d’ITT. Ici, même les distributeurs de boissons sont sous les barreaux ! »

Le délibéré sera rendu le 12 juillet prochain.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

* Prénoms fictifs

Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
11:15 6 ménages sur 10 recensés : face aux « rebelles », l’INSEE communique
11:00 Conférence sur « la question du pluralisme en économie » au CUFR ce vendredi
4:45 Le MDM contre l’éventuelle gratuité du visa comorien vers Mayotte
HIER Salaires menacés : l’intersyndicale appelle à répliquer fermement
HIER Le jeune lycéen agressé à Bandrélé hors de danger
HIER 3ème édition du Campus Outre-mer
HIER Blessure par balle de la police à Tsoundzou et vol par effraction chez « Cousin »
HIER Intersyndicale du CD : échec des négociations
2 jours Rotations des barges: retour à la normale

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Un trafic de drogue évité par une maman vigilante
M’tsangamouji : la justice privée d’explications après les violences au collège
L’agent de sûreté de l’aéroport aidait des clandestins à passer
Le pêcheur aux 17 enfants devra passer son permis côtier
De la chimique « devant le commissariat et à Majicavo »
Le tribunal voit trop gros et relâche le passeur
Polygamie : elle arrache l’oreille de sa rivale avec les dents
Ewa Air voit s’envoler 60 000€, l’ancienne comptable au tribunal


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL