Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


Polygamie : elle arrache l’oreille de sa rivale avec les dents

Publié le jeudi 7 septembre 2017 à 5:00
Aucun commentaire

Une jeune femme a été jugée ce mercredi pour avoir mutilé la seconde femme de son mari, en avril dernier à M'Gombani.

A la barre, la prévenue ne semble pas mesurer la gravité de sa situation, ni des faits reprochés. Souriante, presque goguenarde, avec son foulard sur la tête et son sac à main sur l’épaule, il n’en fallait pas plus pour agacer le président Sabatier. « Le tribunal rira le dernier » prévient-il. Le ton est posé.
Tout a débuté le 5 avril dernier. Chez elle avec son jeune fils, madame attend son époux. Quatre jours qu’il n’est pas rentré. Qu’il ne répond pas. Les armoires sont vides, le petit a faim. « Je suis donc allée le chercher là où l’on habitait avant, et qui est toujours chez lui » raconte-t-elle, aidée d’un traducteur.

Là, elle rencontre la nouvelle compagne de son époux, qui ne sort pas dans la rue. Le ton monte, et les deux femmes en viennent aux mains. L’une affirme avoir reçu un coup à la nuque. L’autre, avoir reçu des coups de barre de fer. Une arme qui demeurera introuvable, et qui ne fait pas partie des faits reprochés.
Dans la bagarre, l’épouse esseulée attrape l’oreille de sa rivale, et lui en arrache une partie, avant de s’enfuir, laissant le morceau d’oreille à plusieurs mètres de là.

Pablo Rieu, substitut du procureur

Pablo Rieu, substitut du procureur

« Je n’étais pas venue pour me battre, je voulais parler avec lui » se défend la prévenue. « Vos voisins disent que vous êtes violente, ce n’était pas votre première bagarre » réplique Laurent Sabatier.
Les bagarres antérieures, pour la prévenue, seraient dues aux « provocations » de son mari. Lequel ne vient d’ailleurs plus la voir depuis les faits de violence à M’Gombani.

« C’était au papa de régler le conflit » tente de se dédouaner la croqueuse d’oreille. « Il y a des solutions autres que de se battre et d’arracher des oreilles, répond encore le président du tribunal. Sinon ça finira au cimetière ! »

Le couple polygame n’étant pas uni civilement, mais uniquement religieusement, le tribunal conseille à la jeune femme d’interpeller le Cadi. Pour nourrir son fils, d’aller réclamer une pension alimentaire au papa.
Sur le plan pénal, le procureur avait requis un an de prison avec sursis, précisant que selon la Loi, « constitue une mutilation l’arrachement du pavillon d’une oreille ». La mutilation, c’est, en théorie, 10 ans de détention.
Clément, le tribunal prononce finalement une peine d’avertissement, de 4 mois avec sursis. Bien peu pour un visage marqué à vie.

« Le tribunal a tenu compte des circonstances de l’altercation, justifie Laurent Sabatier, mais je ne veux pas vous revoir, ou vous irez directement à Majicavo. »

Y.D.

Tagged under , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
2 jours 6 ménages sur 10 recensés : face aux « rebelles », l’INSEE communique
2 jours Conférence sur « la question du pluralisme en économie » au CUFR ce vendredi
2 jours Le MDM contre l’éventuelle gratuité du visa comorien vers Mayotte
3 jours Salaires menacés : l’intersyndicale appelle à répliquer fermement
3 jours Le jeune lycéen agressé à Bandrélé hors de danger
3 jours 3ème édition du Campus Outre-mer
3 jours Blessure par balle de la police à Tsoundzou et vol par effraction chez « Cousin »
3 jours Intersyndicale du CD : échec des négociations
4 jours Rotations des barges: retour à la normale

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Un trafic de drogue évité par une maman vigilante
M’tsangamouji : la justice privée d’explications après les violences au collège
L’agent de sûreté de l’aéroport aidait des clandestins à passer
Le pêcheur aux 17 enfants devra passer son permis côtier
De la chimique « devant le commissariat et à Majicavo »
Le tribunal voit trop gros et relâche le passeur
Polygamie : elle arrache l’oreille de sa rivale avec les dents
Ewa Air voit s’envoler 60 000€, l’ancienne comptable au tribunal


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
26°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL