Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Sécurité


Prévention de la délinquance: la mairie de Mamoudzou répond aux critiques

Publié le vendredi 4 mars 2016 à 12:51
Aucun commentaire

La commune de Mamoudzou réunissait hier un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). L’occasion de faire le point sur l’avancée concrète des mesures de sécurisation de l’espace public et de la politique de prévention. Et pour la mairie de renvoyer l'Etat à ses responsabilités.

Nassuf Eddeni Daroueche, conseiller municipal délégué à la sécurité, tranquillité publique et sûreté urbaine

Nassuf Eddeni Daroueche, conseiller municipal délégué à la sécurité, tranquillité publique et sûreté urbaine

Une nouvelle fois, les derniers chiffres de la délinquance sur Mamoudzou sont «mauvais», selon le constat du procureur de la République. Même si les premières données disponibles pour le mois de février laissent présager un certain tassement, en particulier sur le front des cambriolages, les deux premiers mois de l’année ne sont encore pas bons concernant les violences.

Ce CSLPD accueillait la mission d’inspection de la police, «c’est la première fois que nous recevions une délégation ministérielle dans cette instance», se réjouit Bacar Ali Boto, le 1er adjoint. La municipalité a ainsi eu le loisir de mettre en avant sa politique et tenter de démonter les critiques liées à une supposée inaction.
«Nous venons de très loin! Je le dis souvent, avant l’actuelle majorité, Mamoudzou n’avait rien fait pour l’espace public et n’avait rien à proposer aux jeunes», martèle Nassuf Eddine Daroueche, l’adjoint au maire chargé de la sécurité et de la tranquillité publique.

Bacar Ali Boto

Bacar Ali Boto

Deux dossiers semblent bien avancer. D’abord celui de l’éclairage public qui bénéficie d’un plan de 9,5 millions d’euros sur 4 ans… «Et peut-être même sur 2 ans, si nous parvenons à boucler les budgets plus rapidement», insiste le jeune élu. L’ensemble des lampadaires a déjà été changé rue du commerce, les chantiers sont en cours sur le front de mer (entre le camion rouge et la pointe Mahabou), sur la rocade et dans le village de Passamainty.
«On sait qu’il y a une corrélation positive entre la lumière et la diminution de la délinquance», estime Bacar Ali Boto.

Etudes bouclées pour les caméras en ville

C’est l’ensemble de la commune qui va être éclairée, de Kawéni à Vahibé, en plusieurs tranches de chantier. «Actuellement, EDM nous propose des éclairages alimentés par le solaire. Nous étudions cette solution pour pouvoir déployer divers systèmes», explique Nassuf Eddine Daroueche. Le solaire permettrait à la commune de bénéficier d’aides de l’ADEME, l’agence chargée de l’environnement et de l’énergie.

C’est surtout le préalable au 2e gros chantier, la mise en place de la vidéosurveillance pour laquelle les études sont bouclées. «Le prestataire a chiffré l’ensemble du dispositif. Il coûterait 910.000 euros. Si l’Etat nous accorde les fonds, la vidéoprotection pourrait être effective dès janvier prochain».

La mairie, qui va créer des mairies annexes dans chacun des trois cantons de Mamoudzou, compte s’appuyer sur ces nouvelles structures pour installer des postes de visionnages répartis sur ces trois points. De même, la police municipale va être restructurée en 3 brigades «pour être plus proche de la population et permettre à la commune de disposer d’une vraie police à pied qui sillonne les quartiers».

464.000 euros pour les associations

Le projet de la MJC de Kawéni en cours d'achèvement

La MJC de Kawéni en cours d’achèvement

Les critiques sont aussi nombreuses sur le manque d’implication de la commune concernant les dossiers de prévention, en particulier en provenance du COSEM de Me Elhad Chakrina. Là encore, la mairie ne veut plus laisser dire. «Nous avons 34 médiateurs de nuit qui sont en formation mais qui sont déjà sur le terrain deux semaines sur trois. On peut les croiser avec leur polo vert dès le début de soirée», insiste Nassuf Eddine Daroueche.

«Au-delà, nous voulons faire en sorte de mettre à la disposition de la jeunesse les moyens de son épanouissement intellectuel, culturel, sportif. Dans une semaine exactement, le 11 mars, la commission jeunesse et sport que je préside va allouer 464.000 euros aux associations de la commune pour participer à la prévention de la délinquance. Ca, c’est quelque chose de nouveau depuis notre arrivée aux responsabilités».

Trois gymnases de proximité

Police municipale Mamoudzou Insigne casquette sifflet«Nous allons bientôt réceptionne les MJC de Kawéni, de Mgombani et de Tsoundzou II et elles pourront abriter des antennes de la mission locale pour accueillir les jeunes», indique Bacar Ali Boto qui relève aussi que le maire fait régulièrement des rappels à la loi pour des jeunes à la dérive.
Enfin, 3 gymnases de proximité sont également à l’étude. Le premier, qui serait construit à Mgombani, doit faire l’objet d’un vote au prochain conseil municipal.

«Mais tout ce que nous faisons ne servira à rien si on ne prend pas conscience que nous disposons d’outils pour faire face à des problèmes de droit commun. Or, nous sommes bien au-delà du droit commun, avec une population qui s’accroit tous les jours du fait de l’immigration clandestine, avec des gens qui ne peuvent pas travailler et n’ont pas de moyens pour manger et survivre», dénonce Bacar Ali Boto.

«Partout ailleurs, ces migrants s’appellent des réfugiés. Il faut les reconnaître pour ce qu’ils sont et les faire bénéficier des droits des réfugiés avec les moyens qui peuvent leur être alloués pour qu’ils puissent s’intégrer.»
Et Bacar Ali Boto de renvoyer l’Etat à ses responsabilités dans ce dossier… «Fermer une frontière avec un petit bras de mer, on ne me fera pas croire que cela ne dépend pas d’une volonté politique.»

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
14:43 Assises des Outre-mer : 5 réunions publiques
9:07 Coupure d’eau en Petite Terre et à Chirongui cette semaine
4:45 Rencontre franco-comorienne : réunion préparatoire vendredi dernier
4:30 Les communes habilitées à mener des opérations de 1er numérotage
4:20 Mayco: poursuite de la grève « sous une autre forme »
3 jours Le parcours toujours piégé des trottoirs et caniveaux de Mamoudzou
3 jours Conférence sur la flore de Mayotte pour les 10 ans du Conservatoire Botanique National des Mascarins
3 jours 1er Salon des cocos et bacocos le 4 janvier
3 jours La FSU et l’UNEF majoritaires à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation Réunion-Mayotte

MAGAZINE
Gandhi
Initiation à la non-violence au CUFR


CARNET DE JUSTICE
Kwassas : 40 affaires pénales prennent un tour diplomatique
Affaire de kwassa : tous les détenus remis en liberté dans l’attente du procès
« Dysfonctionnements » dans une affaire de kwassa
Entre décasages et solidarité active, le « paradoxe Bouéni »
Perquisition à la mairie de Mamoudzou
Fausses procurations, les trois condamnés font appel
Une fillette martyrisée chez sa tante
14 000€ détournés d’une association de parents d’élèves


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL