Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Culture


«Quand les langues s’en mêlent»

Publié le samedi 5 mars 2016 à 17:33
Aucun commentaire

L'association «Fikira de Mayotte et d'Ailleurs» prépare un nouveau colloque pour la fin de l’année avec des regards croisés sur le plurilinguisme. Peut-être un lointain écho aux travaux menés par des chercheurs en 2010 sur la langue française à Mayotte.

Le Colloque organisé en novembre 2014 sur l'adolescence à Mayotte

Le Colloque organisé par Fikira en novembre 2014 sur l’adolescence à Mayotte

Les questions liées à la langue ou plutôt aux langues n’ont jamais autant été d’actualité. Alors que le premier dictionnaires Kibushi-Français vient d’être édité, les enseignants bénéficient depuis cette semaine de sessions d’apprentissage de la langue mahoraise. Il s’agit de leur donner des clés d’échanges avec des élèves dont la plupart ont le shimaoré comme langue maternelle.

Pour son 3ème colloque, l’association «Fikira de Mayotte et d’Ailleurs» veut donc réfléchir Mayotte au travers de ses langues, maternelles, étrangères, administrative. «Dans ce jeune département en pleine mutation, plus de la moitié des personnes en âge de travailler ne maitrisent pas le français écrit», rappelle l’association citant les chiffres de l’INSEE. «Véritables marqueurs culturels, toutes ces langues plongent les habitants de Mayotte dans une expérience transculturelle quotidienne».

Fikira veut donc proposer une vaste réflexion de fond sur l’avenir de ce plurilinguisme actuel mais aussi plus largement sur le ou les destins réservés à ces héritages culturels.

Fikira colloque Nov 14Les travaux de l’association s’adressent d’abord à tous ceux qui sont concernés par les problématiques de santé en général et de santé mentale en particulier, aussi bien à Mayotte que dans l’ensemble de la région Océan Indien, pour adapter les
pratiques, les outils et d’améliorer les dispositifs en place.
Et Fikira est désormais coutumière de colloques de très grande qualité qui proposent des approches pluridisciplinaires, parfois étonnantes, et toujours enrichissantes. Une telle réflexion est en effet extrêmement rare dans notre département.

Propositions de communication

Fikira invite donc tous les professionnels de Mayotte et d’ailleurs, sensibles à cette problématique, à prendre part à ce colloque prévu fin novembre, non seulement dans le public mais également en tant qu’intervenants. Ce colloque se veut en effet «un espace de réflexions et de partage d’expériences», l’association attend donc des propositions de communication* avant la fin du mois de mai prochain.

Il sera intéressant de suivre ces travaux comme un lointain écho à un précédent colloque sur le plurilinguisme organisé en mai 2010 à Mayotte. Il s’interrogeait à l’époque sur «le déficit de l’apprentissage du français après un siècle et demi de présence française?»

Le premier dictionnaire Kibushi-Français édité au mois de février 2016

Le premier dictionnaire Kibushi-Français édité au mois de février 2016

Cinquante chercheurs étaient alors présents et s’interrogeaient sur la cohabitation des langues, en particulier à l’école: «l’échec scolaire peut-il être solutionné par l’enseignement d’un bilinguisme, français-shimaoré?» se demandait-on alors… Depuis la rentrée de septembre 2015, pour la 1ère fois, des classes de maternelle mettent en œuvre un passage gradué du Mahorais au Français.

Les langues, bras armés de la puissance

A l’époque, Foued Laroussi, professeur à l’Université de Rouen et organisateur de ce Colloque, estimait que «toutes les langues, arabe, latin ou grec, sont arrivées par la colonisation : une langue sans armée ne peut pas s’imposer», disait-il, mais peut-elle survivre était-on déjà tenté de se demander. «La maîtrise du français ne doit pas faire table rase des langues mahoraises qui sont des éléments constitutifs de la personnalité des citoyens mahorais», indiquait-il déjà.

A Mayotte, en 2010, Marie-Claude Penloup, de l’université de Rouen notait aussi que «la situation n’est pas différente des autres pays du monde où la langue parlée à la maison n’est pas celle enseignée à l’école. Or le discours étatique et institutionnel est sourd à ce qui est prouvé par les recherches effectuées dans les autres pays où le multiculturalisme existe»… Le colloque de 2016 sera donc peut-être l’occasion de (re)découvrir ces recherches alors qu’incontestablement, l’état d’esprit a changé, pour s’approcher d’une véritable reconnaissance du véritable multiculturalisme mahorais.

RR
remi@lejournaldemayotte.com

*Voici les documents pour envoyer une proposition de communication.

Tagged under , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
8:40 Issouf Madi Moula, numéro 1 du PS de Mayotte condamné à deux ans ferme
HIER La retenue de Dzoumogné reprend des couleurs
HIER « Jeter ses déchets c’est déjà un choix »
HIER Déblocage de l’accès du port de Longoni
HIER 2ème Journée départementale des familles à Mtsangabeach samedi
HIER Un nouveau conseil d’administration à Air Mad en vue du mariage avec Air Austral
HIER La CSSM accompagne les retraités pour l’accès à leurs droits
HIER Un robot pour le lagon de Mayotte présenté vendredi au CUFR
HIER Les arts contemporains investissent la Maison du Projet à Kawéni

MAGAZINE
L'économie circulaire expliquée en un schéma
« Jeter ses déchets c’est déjà un choix »


CARNET DE JUSTICE
Un trentenaire abuse d’une fillette de 13 ans et risque une amende
Des témoignages d’attouchements sexuels au collège de Doujani étouffés par le vice-rectorat
14 mois ferme requis dans l’affaire des fausses procurations à M’Tsangamouji
Le procès pour outrages présumés sur Facebook renvoyé au 17 janvier
Trois pilotes de kwassa condamnés ce lundi
Petite Terre : un jeune brûlé vif dans des règlements de compte, enquête ouverte pour tentative d’assassinat
Décasage de Bouéni : peine confirmée en appel, la défense se pourvoit en Cassation
Il oublie sa carte d’identité sur le lieu de l’agression et finit au tribunal


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL