Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Social


Sada inaugure le local de son CCAS et veut une «Maison des services publics»

Publié le mardi 8 août 2017 à 11:50
Aucun commentaire

Ruban coupé ! La commune de Sada a pris possession du nouveau local de son Centre communal d’action sociale (CCAS) et la mairie voit déjà plus loin pour sa politique de proximité. Elle a un projet de «Maison des services publics».

Anchya Bamana, la maire de Sada, coupe le ruban du nouveau local du CCAS de Sada

Anchya Bamana, la maire de Sada, coupe le ruban du nouveau local du CCAS de Sada

Le Centre Communal d’Action Social de Sada existe depuis plus de 3 ans déjà. Mais il ne possédait pas encore de local propre à son activité, c’est désormais chose faite. Situé dans la rue du Commerce, au cœur de la ville à quelques mètres de la MJC, ce local flambant neuf inauguré ce lundi assurera désormais un accueil «complet et de qualité» pour la population sadoise.

Avec cette nouvelle implantation, le CCAS de Sada prendra également de nouvelles fonctions et approfondira ses missions principales. L’aide aux personnes âgées, l’accompagnement aux démarches administratives, la prise en charge de dossiers sociaux … Une dizaine d’hôtesses et agents seront présents quotidiennement pour guider les administrés.

Une dynamique expansionniste

En trois années d’existence, le CCAS de Sada n’a cessé d’augmenter son panel de services offerts et la commune compte bien amplifier la dynamique. Favoriser «le lien social intergénérationnel», c’est l’objectif numéro 1 du CCAS selon la maire de Sada.

L'équipe du CCAS de Sada

L’équipe du CCAS de Sada

Ainsi, un programme «de réussite éducative pour une meilleure égalité des chances» sera instauré sous peu afin «d’éviter que les jeunes en situation de précarité ne s’éloignent trop du système éducatif et du monde professionnel». Pour ce qui est des personnes âgées, elles bénéficieront «d’une place de choix dans les initiatives du CCAS», insiste Anchya Bamana.

Le développement social de proximité

Le local du CCAS de Sada s’inscrit également dans la démarche communale de «permettre aux administrés de faire leurs démarches au sein de leur propre commune, pour éviter de toujours avoir à se rendre sur Mamoudzou. C’est donc un établissement propice au développement de proximité qui est mis en place», expliquait la maire de la ville.

Ainsi, il sera désormais possible aux Sadois de «constituer de nombreuses demandes d’aide sociale légale comme le RSA sans être obligé de se déplacer» ou «de faire les demandes en cas d’urgence sociale sur place».
En outre, un agent administratif bilingue (Shimaoré et français) sera présent quotidiennement pour «orienter, écouter et aider aux démarches administratives en tout genre».

Anchya Bamana veut une Maison des services publics pour que les Sadois ne dépendent plus de Mamoudzou dans leur accès aux droits

Anchya Bamana veut une Maison des services publics pour que les Sadois ne dépendent plus de Mamoudzou dans leur accès aux droits

Cet agent a été spécifiquement engagé pour répondre aux besoins «des personnes âgées ne maitrisant pas le français mais ne souhaitant pas être dépendantes d’un membre de leur famille pour opérer leur démarches». C’est donc contre l’isolement social et les notions de dépendance que s’inscrit cette nouveauté.

Un projet qui en cache un autre

Devant une cinquantaine de personne dont beaucoup originaires de Sada, Anchya Bamana a profité de l’occasion pour annoncer publiquement un grand projet sur lequel la municipalité travaille depuis plusieurs mois. La position géographique du CCAS, à proximité de la MJC, n’a pas été choisie au hasard. En effet, à terme, le bâtiment de la MJC, qui ne répond plus aux normes ERP d’un tel établissement public, sera détruit pour laisser place à la construction d’une «Maison des services publics» . Le projet a été présenté au sous-préfet Dominique Fossat le 10 juillet dernier.

Ce bâtiment devrait abriter les nouvelles activités du CCAS, un centre social actuellement en phase de réflexion, la future première crèche municipale, un espace dédié aux services de la CSSM dans une démarche de «désengorgement des locaux de Mamoudzou» et un espace consacré aux services du pôle emploi. Le rassemblement de ces services au sein d’un même établissement permettrait «de rassembler les espaces des différentes démarches administratives pour faciliter le déplacement des usagers», précise Anchya Bamana.

Les CCAS, un réseau qui se construit

CCAS de Sada: Une inauguration en musique

CCAS de Sada: Une inauguration en musique

«Je suis heureuse de voir que le réseau des CCAS s’est mobilisé. Je vois par exemple des membres du CCAS de Pamandzi ou de Bandraboua. Qui n’a pas entendu parler des actions du CCAS de Bandraboua? Notre but est de s’en inspirer et même de les dépasser!» s’enthousiasmait la maire de Sada dans les premières minutes de son discours inaugural.

Effectivement, les CCAS de Mayotte sont récents mais agissent de concert, s’inspirant les uns des autres. Ainsi, les récentes actualités des CCAS ont été marquées par la mise en place d’une collecte de vêtement (CCAS de Bandraboua) ou encore du fameux «taxi social» gratuit et destiné aux personnes âgées (CCAS de Pamandzi). Des initiatives «porteuses d’exemple» pour la municipalité de la commune du centre.

Ludivine Ali
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
21:38 La gendarmerie débloque le dépôt Total de Longoni, 10 camions-citernes quittent les lieux
HIER Mise en place de la retraite complémentaire à Mayotte : partenaires sociaux et parlementaires au travail
HIER Bourse aux vêtements à Bandraboua: après la collecte, la revente le mardi 22 août
HIER Grève chez Total : le coordinateur national FO écrit à la direction du groupe
HIER Grève à Total : le MEDEF demande des mesures pour les entreprises au préfet
2 jours Grève à Total : toujours l’impasse
2 jours Une assemblée plénière du Conseil département lundi prochain
2 jours Le conflit Total entre dans sa 2e semaine : le point sur les arrêtés préfectoraux
2 jours Le Département défend le recrutement du directeur de la MDPH

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Peines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation du Collectif
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL