Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Social


Scolarisation des enfants « décasés » : 47 enfants en attente dans le sud

Publié le lundi 5 septembre 2016 à 5:15
Aucun commentaire

Des écoles surchargées sous la pression de l’immigration clandestine, des villageois qui filtrent les entrées réservées aux enfants de parents en situation régulière, des familles qui furent décasées mais qui reviennent peu à peu dans le sud, quitte à changer de villages… C’était ça la rentrée scolaire à Mayotte. Une association se bat pour que les plus jeunes retrouvent le chemin de l’école.

Des enfants chassés de leurs cases, avaient été déscolarisé en mai

Des enfants chassés de leurs cases, avaient été déscolarisés en mai

« Beaucoup d’enfants parmi les familles replacées n’arrivent pas à réintégrer les écoles », se plaint Kamaralay Djamil Saindou, représentant l’association Solution éducatrice.

C’est lui qui avait alerté sur les premiers « décasages » dans le sud. Les mairies demandant des attestations d’hébergement désormais contrôlées, avant d’inscrire les enfants, il a trouvé une solution : « Nous avons envisagé de créer une adresse postale et la leur fournir. Car 47 élèves ne sont toujours pas scolarisés dans la commune de Chirongui. »

Une idée qu’il souhaite soumettre à la maire Roukia Lahadji, « mais elle a décommandé les 3 rendez-vous que nous avions pris. » Il nous explique aussi qu’il fut agent de la mairie, et ce n’est plus le grand amour avec son ancien employeur.

Des logements décents

Roukia Lahadji exige des logements décents

De son côté, Roukia Lahadji exige un logement décent

Nous avons contacté la maire PS, qui évoque un emploi du temps dense, et qui fait part de ses avancées : « J’ai mis en place une organisation pour rescolariser une vingtaine d’enfants sur Tsimkoura et Chirongui. Je vais faire des mutations pour les scolariser dans les villages où habitent leurs parents, je ne gère pas ceux qui habitent ailleurs. »

Roukia Lahadji fait par ailleurs un préalable des conditions de logement : « S’ils habitent dans des zones à risques, dans des cases plantées dans la mangrove ou dans les lits des rivières, je ne donne pas de suite favorable. On ne peut pas régler tous les problèmes en même temps, mais il faut bien commencer par des logements décents. »

L’élue annonce avoir bouclé le financement des logements sociaux du lotissement Stade 2 à Chirongui.

Kamaralay l’affirme, les familles qu’il suit ne sont pas dans des maisons en dur, « mais ils ne sont pas non plus dans des zones à risques. »

Le problème de scolarisation n’est donc toujours pas réglé. Alors que ces familles, chassées par les habitants, sont en situation régulière. Certaines refont donc leur vie dans un autre village. Et alors que tous les pédopsychiatres s’accordent pour dire que de tels changements, doublé d’une absence de scolarisation, peuvent déstabiliser durablement les enfants, signes qui se retrouvent après à l’adolescence.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Mise en place de la retraite complémentaire à Mayotte : partenaires sociaux et parlementaires au travail
HIER Bourse aux vêtements à Bandraboua: après la collecte, la revente le mardi 22 août
HIER Grève chez Total : le coordinateur national FO écrit à la direction du groupe
HIER Grève à Total : le MEDEF demande des mesures pour les entreprises au préfet
2 jours Grève à Total : toujours l’impasse
2 jours Une assemblée plénière du Conseil département lundi prochain
2 jours Le conflit Total entre dans sa 2e semaine : le point sur les arrêtés préfectoraux
2 jours Le Département défend le recrutement du directeur de la MDPH
3 jours Madagascar : un employé de banque détourne 400 millions d’ariary

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Peines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation du Collectif
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL