Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Faits Divers


« Un deuil terrible pour toute la population de Mayotte »

Publié le dimanche 14 janvier 2018 à 5:30
Aucun commentaire

Le collectif des associations de Mayotte a reçu la presse pour évoquer le drame de Koungou. Ses représentants ne s'accordent pas sur le ton à adopter, oscillant entre colère légitime pour les uns, interrogations partagées, et raccourcis pour le Codim (Collectif pour les intérêts de Mayotte).

Le collectif évoque un deuil partagé, mais aussi une colère tous azimuts

Le collectif évoque un deuil partagé, mais aussi une colère tous azimuts

Pour le collectif des associations de Mayotte, le drame survenu à Koungou mercredi soir est « Un deuil terrible pour toute la population de Mayotte, rien n’a été fait pour éviter cela ». Les responsables d’associations avaient décidé vendredi midi de recevoir la presse pour faire part de leur indignation, et de leurs questionnements.

« Nous n’allons pas faire nos surpris, ça fait des années que des choses comme ça se produisent, ce qui s’est passé n’est pas dû à la pluie mais quand la vérité parle d’elle-même, elle est moche exprime Safina Soula, porte parole du collectif.

C’est un coup de gueule aux tonalités variées qu’a voulu transmettre le Collectif. D’abord une tristesse énorme. » On est endeuillés, c’est un moment difficile car nul ne sait où ils [les habitants du quartier touché par le glissement de terrain, NDLR] vont dormir cette nuit . Malheureusement il faut qu’il y ait mort d’homme pour agir. Il faut des mesures pour éviter ce genre de drame »
Parmi les pistes explorées par le collectif, celle de la prérogative des maires. « Le maire a le pouvoir de dire quand il voit un banga : non vous n’avez pas le droit de construire là, il faut partir. C’est pourquoi nous avons émis en octobre à tous les maires de Mayotte que nous avons pu contacter, ce qui exclut celui de Koungou, une lettre demandant le déclenchement de la procédure de péril imminent contre les habitations d’infortunes. »

« La Ministre de l’Outre Mer nous dit que 800 logements sont prévus cette année. Pour qui ? Cela suffira-t-il a reloger tous ces gens-là ? Et on va les constuire où, on aimerait avoir des réponses poursuit la porte parole. »Voisins banga coulée de boue
Face à ce constat, le Collectif pointe des responsabilités partagées. « Il y a la responsabilité de l’Etat, celle des premiers magistrats et celle des Mahorais qui sont trop gentils. Ils ont fait le travail de l’Etat en logeant ces gens-là. »
Faute de réponse immédiate, le collectif « demande aux ministres concernés de déclencher un état d’urgence. Car une famille qui est partie, ce sont des séquelles psychologiques lourdes, il faudrait beaucoup de psychologues, qui va payer pour ça ? »
Seul le Codim (Collectif pour les intérêts de Mayotte), responsable des décasages de 2016, s’est éloigné du ton solennel qui faisait jusqu’alors consensus pour retomber dans des raccourcis douteux. « Dès qu’on a commencé à décaser, la préfecture nous a empêché de le faire, déplore Dzoro Moro, président de l’association. Et ceux qui commettent des crimes, on les met dans un endroit tranquille avec la télé » poursuit-il, assumant à demi mot l’amalgame entre les délinquants et la famille décimée la semaine dernière.
« Quand on est en colère, on ne prévoit pas, les décasages c’était de la destruction, car les gens étaient en colère, corrige Antufati, des Assoiffés de Mayotte. Notre territoire présente des risques forts, est-ce qu’on a les moyens de reloger ces personnes dignement, s’interroge-t-elle. » « Quand avec la colère on ne pourra plus arrêter la population, on n’aura que nos yeux pour regarder », lui rétorque le président du Codim.
Safina Soula en revient enfin à la politique migratoire, pour encore pointer le rôle de l’Etat. « La France est la 5e puissance mondiale. 70km séparent les Comores de Mayotte, si on a réussi à éradiquer la piraterie du golfe d’Aden, je ne comprends pas qu’on n’empêche pas les traversées de gens qui risquent leur vie. »
Quant aux populations déjà présentes sur l’île « elle ne fait que 374km² » argue le collectif qui prône pour un couloir humanitaire vers la Réunion et la Métropole afin de les accueillir.

Autant de questions et de remarques que le Collectif partage avec une partie de la population, dans un refus consensuel de se résigner à accepter le pire.
Y.D.

 

Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
0:23 Attention, vigilance aux orages cette nuit
HIER Combani : la PAF ouvre le feu sur un individu qui tentait de les renverser
2 jours Votre agenda du week-end
2 jours Nouvelle vague de violences ce vendredi matin au lycée de Kahani
2 jours Mayotte se prépare à un exercice cyclonique la semaine prochaine
2 jours Mayotte En marche avec les Outre-mer
3 jours Berguitta : scènes de dévastation à la Réunion
3 jours Coupure d’eau à Ouangani à la suite d’une casse
3 jours Et si vous deveniez animateur sportif ?

MAGAZINE
Rotary VIH
Le Rotary Club offre 1500€ pour la lutte contre le VIH à Mayotte. L’association nous a ouvert ses portes


CARNET DE JUSTICE
L’élection de Ramlati Ali annulée par le Conseil Constitutionnel
Dealers de bangué « c’était ça ou voler »
Quatre ans ferme pour le chef d’un réseau de kwassas
Deux grévistes de MayCo échappent de peu à la prison
Âgé de 24 ans, il a un bébé avec une collégienne de 12 ans
Une enquête ouverte suite au glissement de terrain fatal à Koungou
Victime de violences conjugales, elle menace de « tuer l’enfant » si son compagnon va en prison
« La paralysie du Tribunal de travail de Mayotte se confirme » pour le Medef Mayotte


PORTRAITS
Djibril Cissé 2
Djibril Cissé « Renvoyer l’ascenseur aux jeunes serait une bonne action »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL