Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Education


Le Vice-rectorat accusé de discrimination par un agent administratif installée à La Réunion

Publié le jeudi 2 novembre 2017 à 5:00
Aucun commentaire

Une ancienne employée du Lycée Bamana, a été en 2016 agressée sur le chemin du travail. Le détachement qui lui permettait d'être affectée à Mayotte lui a été retiré alors qu'elle est encore en arrêt maladie. Elle conteste cette décision au tribunal administratif.

L'employée a été agressée en 2016 sur la route du lycée. Elle est depuis en arrêt.

L’employée a été agressée en 2016 sur la route du lycée. Elle est depuis en arrêt.

Une fonctionnaire de l’Education Nationale, affectée à Mayotte en 2015, accuse le vice-rectorat de discrimination.
C’est le Quotidien de la Réunion qui révèle l’histoire de cette agent administratif, installée à la Réunion en 2011 avec sa famille. N’y trouvant pas de poste, elle a postulé au vice-rectorat de Mayotte où elle a été affectée en 2015 au lycée Bamana de Mamoudzou.

Mais pour cette mère de famille, l’aventure mahoraise a viré au drame. Le 5 juillet 2016, alors qu’elle se rend sur son lieu de travail, des agresseurs tentent de lui soutirer de l’argent, avant de l’asperger d’essence, menaçant de l’immoler. Elle reçoit également un coup de chombo au bras, dont elle garde la cicatrice.
L’agression est classée comme accident de travail, et la fonctionnaire est depuis lors en arrêt maladie. Elle a rejoint ses enfants à la Réunion.
Ce qui a pour elle retourné le chombo dans la plaie, c’est quand, en juin dernier, le Vice-rectorat lui a signifié la fin de son détachement à Mayotte. Défendue par l’avocat Jérôme Maillot, elle a déposé un recours au tribunal administratif pour contester cette décision que son conseil juge discriminatoire  » en raison de son état de santé ». L’avocat précise que sa cliente « a peur » et ne peut « de toute façon pas y retourner ».

« Sur le plan humain c’est dégueulasse »

« J’ai vécu quelque-chose de grave, j’ai l’impression que ce n’est pas reconnu et humainement, c’est difficile » exprime-t-elle auprès de nos confrères du Quotidien.

« Sur le plan humain c’est dégueulasse » poursuit-elle, admettant que la loi ne joue pas en sa faveur. En effet, l’administration a pour elle un poste à Paris, alors qu’elle a depuis 6 ans sa maison et sa famille à la Réunion. « J’ai besoin de travailler et de tourner la page. Que le Rectorat de la Réunion fasse quelque-chose pour moi » conclut-elle.

Du côté du Vice-rectorat de Mayotte, c’est l’incompréhension. « On ne comprend pas d’être attaqué sur la base d’une mesure discriminatoire, ce n’est pas une personne qu’on licencie. Elle a travaillé chez nous un an, dans le cadre d’un détachement, puisqu’elle relève du ministère des Finances publiques, et non de l’Education Nationale. Elle a été en arrêt maladie suite à une agression, et on comprend qu’elle ne veuille pas revenir, c’est traumatisant. Pour nous, elle est donc absente depuis septembre 2016, un titulaire a été nommé sur le poste laissé vacant et décision a été prise de ne pas laisser ouvert ce détachement. Ce n’est pas quelqu’un qu’on laisse sur le côté de la route, mais qui rejoint son ministère de tutelle. On ne peut pas être taxés de discrimination sur ce sujet-là ».

Y.D.

Tagged under , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
11:35 La manif des transporteurs scolaires converge vers Mamoudzou
4:30 Grève de l’intersyndicale de l’Education ce jeudi : UNSA rejoint la FSU
4:15 La France Insoumise : des mesures pour la jeunesse de Mayotte
4:00 Le patrouilleur Le Malin intercepte un palangrier en infraction de pêche
HIER Perturbation de la distribution d’eau potable ce mercredi soir à Ouangani
HIER Législatives partielles : La France Insoumise investit Abdullah Mikidadi et Christine Raharijaona
HIER Enquête porte à porte sur la gestion des déchets verts en Petite Terre
2 jours Levée de la vigilance-Orage ce mardi à 16h30
2 jours Grève : La FSU assume son mouvement du 22 février

MAGAZINE
Les bénévoles décidés à s'investir pour leurs quartiers respectifs
Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile


CARNET DE JUSTICE
Le président du tribunal salue « des résultats satisfaisants »
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL