Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Environnement


A la recherche d’un projet pour un petit bout de paradis

Publié le dimanche 25 décembre 2016 à 9:00
Aucun commentaire

Au sud-est de Mayotte, les pointes et les plages de Saziley et Charifou forment un pays des merveilles qui attend celui qui le fera vivre. Les autorités sont prêtes à accompagner «par tous les moyens» celui qui transformera les atouts -et les contraintes- de cet endroit unique, en projet viable.

Saziley: Le crocodile volcanique vieux de 3 millions d'année

Saziley: Le crocodile volcanique vieux de 3 millions d’année

En ce jour de Noël, le conservatoire du littoral de Mayotte espère un cadeau au pied de ses baobabs… Car l’institution croit dur comme fer au Père Noël et elle l’attend fermement. Ce personnage providentiel, c’est celui qui répondra à l’appel à projets, une ouverture à concession valable pour encore un mois.

L’objectif est de trouver un exploitant* qui fasse vivre un lieu réellement exceptionnel: les Pointes et les plages de Saziley. Ici, à proximité de la tête de crocodile, ce dôme volcanique vieux de près de 3 millions d’années, se trouvent 480 hectares d’un paysage très particulier, caractéristique et protégé. Sur la terre, des padzas aux teintes rougeâtres, une forêt sèche aux espèces emblématiques, et des baobabs par centaines, africains et malgaches. Au total, sur Saziley et Charifou, ce sont près de 700 baobabs qui imposent leur majesté aux hommes et servent de bases aux oiseaux endémiques, comme le Souïmanga, aux makis et roussettes.

Saziley, c’est aussi, bien entendu, le paradis des tortues marines. Dans la zone, à la nuit tombée et lors des marées hautes, dix plages accueillent les tortues qui viennent pondre dans le sable entre 100 et 150 œufs qui écloront après 2 mois d’incubation. On estime à 1.500 le nombre de pontes annuelles sur ces plages.

Acquérir pour protéger

Vivre et développer un projet dans ce cadre magique ? C’est donc ce que propose le conservatoire du littoral. L’idée est d’assurer une présence dissuasive face à ceux qui pourraient porter atteinte à l’environnement. Il s’agirait aussi d’encadrer la zone de bivouac, l’observation et la protection de la ponte des tortues, mais aussi développer des prestations à partir de la maison des gardiens, le fameux bâtiment entouré de grillage, l’unique construction plantée au milieu du site.

Une émergence de tortues comme on en voit beaucoup à Saziley

Une émergence de tortues comme on en voit beaucoup à Saziley

La maison de Saziley est une réalisation déjà ancienne de la DAAF, au moment où le site était imaginé comme un parc naturel. En 1995, le conservatoire du littoral est mis en place à Mayotte et il s’intéresse immédiatement au lieu. Sa mission principale: acquérir du foncier pour le protéger.

A l’intérieur de Saziley, 230 hectares de terrains sont achetés à la collectivité départementale. Le bâtiment sert alors d’abris pour la surveillance des tortues et un offre un camp de base pour des recherches scientifiques, puis finalement un abri aux gardes avant d’être livrée à elle-même.

Une activité pour éviter la démolition

Abandonnée depuis trois ans, la maison est maintenant délabrée -même si sa structure reste solide- et son accès est fermé. A deux reprises, ses portes se sont à nouveau ouvertes ces dernières semaines. Le conservatoire a en effet organisé deux visites dans le cadre du son appel à projets.

Le conservatoire espérait montrer les atouts du bâtiment pour qu’un éventuel concessionnaire imagine des idées à développer à l’intérieur… Mais les visiteurs n’ont pas été très nombreux. «On ne sait pas encore si on va trouver quelqu’un qui va se porter candidat», confie Cris Cordjee, du conservatoire du littoral à Mayotte.

La carte des pointes et des plages de Saziley et Charifou par le conservatoire du littoral

La carte des pointes et des plages de Saziley et Charifou par le conservatoire du littoral

Il n’est pourtant pas difficile d’imaginer un avenir à la maison en bois. Au rez-de-chaussée, des activités de restauration ; à l’étage, des chambres aménagées pour ceux qui voudraient profiter de la magie du lieu autrement que sous une tente ou dans un hamac… «Soit une activité et possible, soit il va falloir la démolir. Si personne ne soumissionne, ce n’est pas exclu», précise Cris Kordjee. «Pourtant, on peut en faire quelque chose de bien, qui profiterait pas seulement aux touristes extérieurs mais aussi aux personnes de Mayotte.»

Prêt à y mettre du sien

Pour réussir ce marché de concession, le conservatoire est pourtant très ouvert. Car ce n’est pas un marché public comme les autres, avec d’emblée, une phase de négociation. Il ne s’agit pas d’un dossier à prendre ou à laisser, mais bien un projet à construire avec les différents acteurs pour que chacun y trouve son compte. «Le conservatoire n’est pas là pour s’enrichir mais pour aider à monter un projet viable avec quelqu’un de motivé. On n’est pas dans une relation commerciale mais dans l’aboutissement de façon très apaisée d’une initiative qui nous tient à cœur…»

Face aux problèmes, «le conservatoire est vraiment prêt à y mettre du sien». Par exemple, pour limiter le coût de la remise en état de la maison, le conservatoire est prêt à prendre en charge le gros œuvre, les aménagements restant à la charge du futur opérateur.

Une légende à faire vivre

L’institution a espéré, un temps, que les opérateurs de Sakouli ou Ngouja voient dans ce lieu, une possible extension de leurs propres activités. Ils auraient pu proposer des prestations supplémentaires, et ajouter ce lieu magique à leur carte… Mais ils n’ont pas montré, jusqu’à aujourd’hui, une volonté de s’engager.

Près de 700 baobabs à Saziley

Près de 700 baobabs à Saziley

Certes, le cahier des charges comporte des contraintes. L’idée est de faire vivre un endroit qui abrite des tortues et des baobabs, desservi par la mer ou par 21km de sentiers de randonnées (dont un GR), avec la question sécuritaire à prendre en compte. Il faut donc à la fois vouloir faire des affaires et avoir une véritable fibre environnementale pour s’adapter à la configuration des lieux.
«Ce qu’il faut retenir, c’est que notre but est de trouver quelqu’un de motivé que nous allons soutenir par tous les moyens, nous et l’ensemble des institutions concernées», souligne Cris Kordjee.

Il reste encore quatre semaines pour trouver un futur opérateur, trouver celui qui veillera aussi sur le «cœur du ziara», ce «territoire fady» où les croyances font vivre les esprits de la pointe. Saziley est aussi une légende à faire vivre.

RR
www.lejournaldemayotte.com

*Voir la cdc_convention_sazileyvf

.

.

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
7:30 Coupure d’eau non prévue à Labattoir ce mercredi
5:18 Collecte Corépile: les élèves de Chiconi 5, grands gagnants 2017, vont recevoir leur prix
4:45 Pas de Journées Portes Ouvertes au BSMA cette année
4:27 Pompiers de l’aéroport: le mouvement se poursuit avec une marche en Petite Terre ce mercredi matin
4:00 Coupures d’eau à Mtsahara ce mercredi et Kani-Bé ce jeudi
HIER Assemblée nationale : François de Rugy élu président
HIER Donnez votre avis sur le plan de prévention et de gestion des déchets dangereux
HIER Contrôle de taxis en Petite Terre: plusieurs infractions relevées
HIER Conflit Colas : En l’absence de blocage, la CGT Ma attend l’ouverture des négociations

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès
Jugement de fraude aux passeports : « Il faut mettre les points sur les ‘i’ et les barres aux ‘t’


PORTRAITS
Goula Goula: les vainqueurs de la WebCup 2017
WebCup : pas de doute, Mayotte dispose d’un vivier de geeks et de créateurs internet



Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL