Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie

Publié le jeudi 16 mars 2017 à 4:30
Aucun commentaire

« Il n’y a plus de limite aux cambrioleurs ! », lançait la substitut du procureur Laurence Prampart. Des papiers et des biens avaient été dérobés au domicile d’un gendarme… Mais ce n’était pas l’objectif de l’opération.

Salle audience tribunalIl est seul à avoir été interpellé parmi les 7 individus qui avaient sévi ce soir de juin 2016. Et même pas peur, puisqu’ils avaient pénétré dans l’enceinte de la brigade de gendarmerie de Mtsamboro. Pendant sa garde à vue, et face aux enquêteurs, B.A. n’avait pas été très loquace. Il faut dire que, même à la barre, on proposait à ce congolais qui ne parle pas très bien français, une traduction… en shimaoré.

C’est le président du tribunal de Grande Instance Laurent Sabatier qui préside l’audience : « Vous cherchiez quoi en entrant au sein d’une brigade où tous vos gestes ont été enregistrés par les caméras ? » Le prévenu explique en peu de mots, avoir voulu jeter un coup d’œil. « Mais pour voler des documents d’identité, une montre, une télécommande, une carte bleue, un chéquier, un porte-monnaie, un sac à main Longchamp, des lunettes de soleil ou une caméra Toshiba, pas la peine de prendre ce risque insensé de cambrioler des gendarmes ?! Et à 7 ! ».

Focus sur les moteursSalle d'audience tribunal

Le juge poursuit un interrogatoire serré, « on vous a vu tenter d’entrer dans le garage. Ce n’était pas pour voler les moteurs saisis qui s’y trouvaient plutôt ? » B.A. finit par reconnaître, « oui, nous voulions les moteurs ». Quant à leur destination, « pour aller pêcher », le tribunal n’en croit pas un mot, « c’était forcément pour les revendre. »

L’homme n’a pas de casier judiciaire, mais est arrivé dans la salle d’audience menottes aux poignets. Il est en détention provisoire dans une autre affaire, de vol avec violence sur personne représentant l’autorité publique. « C’est ma vie, je suis en souffrance », tente d’expliquer l’homme qui est en situation irrégulière sur le territoire.

Le couple victime du cambriolage vient à la barre, pour évoquer la peur qui règne désormais au domicile le soir, « surtout que je suis en service de nuit », précise le gendarme, qui rajoute que ses deux enfants sont marqués. Ils ne comptent pas demander de réparation du préjudice, « pour les biens, l’assurance a fonctionné, pour le préjudice moral, il ne paiera pas de toute façon ! »…

B.A. demande à repartir au Congo

« Vous ne pouvez pas dire ‘c’est la vie’, là, vous avez fait d’eux des victimes », lance le juge qui tente la pédagogie. « Nous ne sommes jamais revenus », répond-il sobrement.

Pour la substitut du procureur Laurence Prampart, c’est presque la chronique ordinaire des cambriolages à Mayotte, « à ceci prés, que les limites sont repoussées par les cambrioleurs en s’attaquant à une brigade de gendarmerie. Quelle est la prochaine étape ? »

Bien que son casier soit vierge, étant en attente de jugement, le parquet requiert de la prison ferme, « un an avec mandat de dépôt parce que la population n’en peut plus de ces cambriolages. »

A la barre, il explique vouloir repartir au Congo Kinshasa. Il sera condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, « une peine qui tient compte de votre reconnaissance des faits. »

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Tagged under ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
11:50 Un surfeur décède à La Réunion après une nouvelle attaque de requin
6:32 Coups de folie dans deux familles : la police procède à 2 arrestations
5:00 Passamainty et Mtsapéré : la ruse des voleurs
HIER Agression violente par 5 très jeunes mineurs à Cavani: un des auteurs présumés interpellé
HIER Prix du carburant et du gaz au 1er mai: ça augmente !
HIER Mouvement de grogne des préparateurs en pharmacie de Jacaranda
HIER Catherine Barbezieux prend la direction du CHM
2 jours Sortie de grève à l’aéroport de La Réunion: un protocole d’accord signé
2 jours Bagarres, caillassages et gaz lacrymogènes: soirée tendue à Koungou et sur Petite Terre

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Affaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment des faits»
Jugement de travail au noir « par négligence »
Quand le sommeil tue au volant : 2 mois de prison avec sursis pour le conducteur
Guito Narayanin sortira de prison demain
Report du délibéré de la 1ère affaire de décasage
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
31°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL