Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Océan Indien


Aérien: l’incompréhensible stratégie des autorités comoriennes casse les ambitions d’Int’Air Îles

Publié le mercredi 26 juillet 2017 à 12:32
Aucun commentaire

Alors que la saga de l’airbus A320 loué par Int’Air Iles continue, l’aviation comorienne impose de nouveaux schémas de vols qui pénalisent la compagnie. Un choix étonnant au moment où le ciel comorien s’ouvre à des compagnies africaines.

L'A320 d'Int'Air Îles

L’A320 d’Int’Air Îles

Il y a eu La Réunion et Maurice où il n’a jamais été autorisé à se poser. Il y a Madagascar, qualifié de «calvaire». Mais le coup de grâce vient des Comores. L’Airbus A320 loué par Int’Air Île a vécu une saga aérienne hors norme qui devrait probablement s’achever rapidement… à moins d’un nouveau rebondissement.

Le dernier épisode est venu de l’Anacm (Agence comorienne de l’aviation civile), qui a déjà démontré sa grande capacité à nuire aux compagnies aériennes de son pays, par exemple avec AB Aviation. Cette fois-ci, c’est donc Int’Air îles qui est dans son viseur. L’autorité comorienne a dégainé deux réglementations qui représentent un véritable coup de massue pour la petite compagnie.

La première est un règlement ancien, connu de tous et rappelé à Int’Air Île le 5 juin dernier par courrier. Le texte prévoit que les compagnies nationales comoriennes ne peuvent exploiter un avion en location que durant une durée maximale de 6 mois. Dans les conditions actuelles, l’Airbus d’Int’Air Île ne peut donc plus être utilisé, alors qu’il est loué 340.000 dollars par mois à une société sud-africaine.

L'Airbus d'Int'Air Îles

L’Airbus d’Int’Air Îles

Deux choix s’imposent à la compagnie: le rendre ou l’immatriculer aux Comores. Quel que soit le regard que l’on peut porter sur cette réglementation étrange, le blocage pour Int’Air Îles est réel : l’appareil, basé à Pamandzi, assurait des liaisons avec Moroni, Dar-Es-Salam, Madagascar et Dubaï depuis fin juin : «Nous proposons 6 heures 30 de vol de Moroni à Dubaï. Aucune compagnie ne propose mieux. Nous sommes compétitifs en termes de prix et de bagages. On offre 46kg de bagages en soute et 10kg de bagages en cabine», indiquait alors Seffoudine Inzoudine. Un mois après, c’en est donc terminé.

Des bâtons dans les ailes

La compagnie Int’Air Iles annonce tout de même qu’elle continue ses liaisons dans l’archipel avec ses propres petits avions… Mais cette fois, ce sont d’autres dispositions que l’Anacm demande d’appliquer sur les conditions de vol. Le motif : «veiller à la sécurité et à la sûreté des comoriens».

Ainsi, depuis le 15 juillet dernier, une note explique qu’il est interdit aux compagnies aériennes de faire des vols dont les conditions météorologiques ne permettent pas de voir le sol. Les avions monomoteur (classés en transport public) n’ont également plus le droit de voler la nuit en Union des Comores, «sauf autorisation spéciale ou cas de force majeure sous condition préalable».

L'aéroport d'Ouani à Anjouan

L’aéroport d’Ouani à Anjouan

Ces avions ne peuvent plus non plus assurer des vols directs entre l’Aéroport de Moroni et celui d’Anjouan. Désormais, ils doivent longer les côtes de Grande-Comore, se diriger vers Mohéli et enfin prendre la direction d’Anjouan après avoir établi un contact radio…
L’Anacm parle d’un schéma de vol qui permet un «dégagement en cas de problème» vers une piste d’aéroport. Int’Air Îles dénonce une «aberration supplémentaire», un allongement des temps de vol et des surcoûts.

La Tanzanie et le Kenya aux Comores

Avec son Airbus A320, Int’Air îles aura donc connu bien des péripéties, dont un homérique bras de fer avec la Direction générale de l’aviation civile française (DGAC) pour la desserte de Mayotte et La Réunion. Du côté comorien, on dénonçait alors l’attitude française vécue comme une volonté de protéger Air Austral et sa filiale mahoraise Ewa. Mais cette fois-ci, c’est bien une compagnie locale que les autorités comoriennes décident de plomber au moment où le ciel de l’Union des Comores s’ouvre à de nouveaux opérateurs.

En effet, l’Anacm a annoncé qu’à partir du 1er août, Air Tanzania desservira Grande-Comore et Anjouan à partir de Dar Es Salam. La compagnie des «ailes du Kilimandjaro» opèrera deux fois par semaine, avec un avion Bombardier Dash 8-Q400 de 76 places et elle desservira également Mohéli rapidement.

Et ce n’est pas tout. Ce «cabotage» entre les îles comoriennes devrait également être assuré par une compagnie kényane, Blue Sky, «très prochainement», selon le ministère des transports.

Alors que le patron d’Int’Air Îles accuse l’aviation civile comorienne de vouloir «le saigner», la stratégie des autorités comoriennes vis-à-vis des compagnies nationales reste en effet bien difficile à comprendre.

PM
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Un appel à projet sur l’alimentation-nutrition-sport-santé : « Bien manger et bouger à Mayotte »
HIER Changement d’adresse mail à la Caisse de Sécurité sociale
HIER Hommage solennel aux militaires de la gendarmerie décédés dans l’exercice de leurs fonctions en 2017
HIER Avec une nouvelle intersyndicale de l’Education, trois dates de mobilisation contre les violences
HIER Kahani : Petite réunion pour une grande décision attendue ce vendredi
HIER Suspectée de surfacturer les billets de continuité territoriale, Air Austral tente de se défendre
HIER Le dispositif de sécurité de Kawéni visité par le préfet
2 jours Coupure d’eau dans la commune de Bandrélé ce 15 février
2 jours Appel à témoins : la gendarmerie cherche à identifier la victime d’un vol

MAGAZINE
... Les moins jeunes aussi mais... Monsieur le maire ça c'est pour les enfants !
A Passamainty, la première aire de jeux de Mayotte plébiscitée par la population


CARNET DE JUSTICE
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »
Devant les juges, il se touche le sexe et part en prison


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL