Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


Affrontements Tsimkoura-Chirongui de 2014: Des mineurs condamnés

Publié le vendredi 5 février 2016 à 16:20
Aucun commentaire

Après la condamnation de 3 jeunes adultes au mois de septembre, c’était au tour de 10 mineurs mis en cause dans ces bagarres et tabassages d’être jugés et condamnés. Le tribunal a décidé de peines mesurées.

Le tribunal de Mamoudzou

Le tribunal de Mamoudzou

Lorsqu’ils arrivent ce jeudi matin au tribunal pour enfants de Mayotte, les 10 jeunes mis en cause dans les affrontements qui avaient très violemment opposés des gamins de Tsimkoura à d’autres de Chirongui, au début du mois de juin 2014, savent qu’ils risquent gros. Dans cette affaire, 3 jeunes adultes, avec eux au moment des faits, sont déjà passés devant le tribunal correctionnel et les peines ont été lourdes.

D’un à trois ans de prison ferme pour chacun d’eux, auxquels s’ajoutent de 5 mois à un an de prison avec sursis et de multiples obligations: la justice avait voulu faire passer un message clair, celui de la fermeté pour tenter de briser la chronique sans fin de ces affrontements qui puisent leur origine dans des rivalités de villages dont plus personne ne connaît la cause.

Cette fois-là, les jeunes étaient impliqués dans 3 séries de faits, 3 soirées particulièrement violentes. La première remonte au 31 mai 2014 avec une bagarre générale sur le plateau de Tsimkoura.
Certains jeunes sont blessés et trois d’entre eux portent plainte, décrivant des scènes d’hystérie, parlant de coups de poings et de couteau. Le plus sérieusement blessé a une plaie de 14cm à la fesse gauche.
Les tensions se poursuivent ensuite et durant la nuit du 3 juin, des jeunes veulent à nouveau en découdre. Mais l’un d’eux est «capturé» par ses adversaires et quasiment torturé. Avec 90 jours d’ITT, il est très grièvement blessé à coups de marteau, entre autres.

Au tribunal de MamoudzouDans cette logique infernale, une autre nuit de violence agitera la commune, les revanches succédant aux représailles, avant que finalement, la situation ne s’apaise.

Une journée de justice

Le TPE a passé la journée de jeudi sur cette affaire. Il faut dire qu’avec 10 jeunes mis en cause, il fallait prendre le temps de trouver les réponses adaptées à chacun d’eux. Sur les faits, il n’y a quasiment pas eu de débat. Le participation de chacun a été peu ou prou reconnue. C’est sur leur personnalité et leur parcours individuel que l’essentiel des discussions ont porté. Car si la plupart d’entre eux étaient des «primo-délinquants», jamais impliqués dans d’autres faits répréhensibles à l’époque, depuis, certains ont fait parler d’eux.

Quatre agents de la PJJ, la protection judiciaire de la jeunesse, sont venus apporter leur perception de la vie de ces jeunes et les conclusions des suivis déjà imposés par la justice. Et pas moins de 7 avocats étaient présents pour défendre ces jeunes.

Des jeunes étroitement suivis

Un seul a été relaxé et les 9 autres condamnés à des peines de prison avec sursis. Pour celui présenté comme le meneur, la peine va jusqu’à un an. Trois autres ont écopé de 6 mois de sursis et les autres 2 ou 3 mois. Pour tous, s’impose une «mise à l’épreuve» de 3 mois à 2 ans avec des obligations de soin et de formation et une interdiction de port d’armes.
Tribunal TGI Mamoudzou«La philosophie de peine est de ne pas les envoyer en prison pour leur permettre de rester insérés mais avec un suivi nettement plus resserré qu’aujourd’hui. Ils vont être plus étroitement cadrés», explique Me Olivier Gonfrier, l’un des 7 avocats qui plaidaient dans cette affaire.

Trois des condamnés devront également solidairement réparer les dommages causés aux victimes de ces violences. Deux jeunes blessés ont déjà obtenu 500 euros de dommages et intérêts chacun. Mais les dédommagements les plus lourds sont à venir. La victime qui avait obtenu un certificat d’ITT de 90 jours a demandé une expertise médicale pour faire un point précis des séquelles qu’elle subit encore plus d’un an et demi après les faits. Une audience civile tranchera dans quelques mois. Les montants pourraient s’élever à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

RR
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Perturbation de la distribution d’eau potable ce mercredi soir à Ouangani
HIER Législatives partielles : La France Insoumise investit Abdullah Mikidadi et Christine Raharijaona
HIER Enquête porte à porte sur la gestion des déchets verts en Petite Terre
2 jours Levée de la vigilance-Orage ce mardi à 16h30
2 jours Grève : La FSU assume son mouvement du 22 février
2 jours Mayotte en vigilance-Orage ce mardi à 10h
2 jours Grève Education: un choc d’investissement, dans le primaire aussi
3 jours Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile
3 jours Entretien des routes: Mamoudzou a investi 5,7 M€ en 3 ans

MAGAZINE
Les bénévoles décidés à s'investir pour leurs quartiers respectifs
Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile


CARNET DE JUSTICE
Le président du tribunal salue « des résultats satisfaisants »
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL