Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Agriculture


Alors que les œufs sont de retour dans les rayons, il manque des dizaines de milliers de poules-pondeuses à Mayotte

Publié le lundi 20 mars 2017 à 4:30
Aucun commentaire

Les pénuries d’œufs vont-elles continuer à se succéder? Non, espère la Daaf qui fait le point sur une production qui ne parvient plus à suivre notre rythme de consommation… Avant même la généralisation des cantines scolaires.

OeufsMais que se passe-t-il avec les œufs? Alors qu’ils commencent à revenir dans les rayons de nos supermarchés après des semaines de pénurie, la Direction de l’alimentation (Daaf) fait le constat qu’un «déficit chronique d’œufs s’installe maintenant à Mayotte». Dans sa dernière lettre mensuelle, elle rappelle que nous étions pourtant autosuffisants jusqu’en 2014. Les importations n’intervenaient alors qu’au moment du Ramadan. Les choses ont changé très rapidement. L’an dernier, les grandes surfaces ne parvenaient plus à couvrir que 70% de leur demande avec des œufs produits localement. Depuis début janvier, on est même tombé sous les 50%.

Conséquence, la grande distribution est contrainte de commander entre 200.000 et 300.000 œufs chaque mois à l’extérieur. Et notre balance commerciale en matière d’œufs n’est pas prête de s’améliorer. «Indépendamment de l’évolution des habitudes de consommation, la mise en place des cantines scolaires et le besoin en collations chaudes va induire une demande nouvelle et forte», explique la Daaf. Car introduire des œufs dans l’alimentation des scolaires représente un grand avantage: cela permet de proposer des repas à des prix raisonnables.

Mais cela ne va-t-il provoquer de nouvelles tensions dans nos approvisionnements, cette nouvelle demande pour les collations scolaires étant estimée à 3,3 millions d’œufs par an dès 2017?

Un déficit de 18 millions d’œufs en 2020

La Daaf a travaillé sur des scénarios pour les 3 prochaines années. En conservant les capacités actuelles de production, le déficit global serait, en 2020, de 11 millions d’œufs dans l’hypothèse d’une évolution basse de la consommation, de l’ordre de +5%. Ce déficit monterait à 18 millions d’œufs par an dans le cas d’une évolution deux fois plus importante des besoins (+10%).

La boite de 18 œufs vendue 6,50€ actuellement en grande surface

Les grandes surfaces ne peuvent compter sur les oeufs locaux que pour 50% de leurs besoins

Le défi de Mayotte est résumé en une phrase par la Daaf: «Il faut donc mettre en place une politique d’augmentation raisonnée des capacités de production locale et d’alternative à la vente en frais pour répondre à la demande de la restauration collective et aux pics de consommation dans l’année, en évitant l’apparition de périodes de surproduction»… Y a plus qu’à !

Doubler le nombre de pondeuses

Pour commencer, il faudrait beaucoup plus de poules pondeuses. Les estimations varient entre +43.000 et +80.000, à l’horizon 2021. Pour mémoire, Mayotte compte actuellement 76.000 poules pondeuses actuellement.

Pour aller au-delà, Mayotte devrait se doter d’une casserie pour éliminer la production non-écoulée. Il faudra en effet pouvoir détruire les invendus (ou les exporter, mais c’est plus difficile), particulièrement pendant les vacances scolaires ou après le Ramadan. «Il faut toutefois rappeler qu’une casserie ne se rentabilise pas qu’en gérant les excédents momentanés»… En clair, l’idée d’un tel équipement à Mayotte est loin d’être acquise.

Susciter des projets

Nos producteurs mettent actuellement sur le marché entre 16 et 18 millions d’œufs chaque année, pour une consommation qui flirte avec la vingtaine de millions. Mais, en dehors des écoles, notre consommation évolue elle aussi, car nous sommes encore loin de ce qui existe ailleurs en France. La Daaf estime* que nous consommons 67 œufs par habitant et par an, bien loin de 120 œufs annuels pour chaque Réunionnais ou 250 pour les Métropolitains. «Or, les habitudes alimentaires évoluent», note la Daaf. Moralité, soit on produit beaucoup plus et rapidement, soir on va importer des quantités toujours plus importantes.

Poules à MayotteLes producteurs, les utilisateurs industriels d’œufs et la distribution réfléchissent à des solutions pour répondre aux besoins futurs. «Un industriel a planifié un projet d’élevage de poules pondeuses», dont 50% irait vers de la pâtisserie standardisés, «les 50% restant pouvant contribuer à réduire le déficit sur le marché de la consommation courante», annonce la Daaf.

S’organiser

Par ailleurs, la production d’œufs dégage des marges qui attirent de nouveaux producteurs, certains se détournant de la production de poulets de chair pour s’orienter vers la ponte. Les producteurs actuels imaginent aussi augmenter leur production.

La perspective d’assister à l’arrivée de 70.000 pondeuses de plus dans les années à venir réjouit la Daaf, qui espère voir «le développement de projets à la fois individuels et collectifs de tous les types d’acteurs de la filière». Mais les difficultés à surmonter sont connues: l’importation des poussins par avion, l’absence d’abattoir industriel et le respect des contrats. Les producteurs, les coopératives et les distributeurs doivent aussi apprendre à se coordonner pour planifier les commandes extérieures en cas de baisse de régime de la production mahoraise et éviter les pénuries. Bref, il faut encore s’organiser.

RR
www.lejournaldemayotte.com

*Pour établir cette projection, la Daaf s’appuie, de façon très étonnante, sur une population mahoraise qu’elle estime à 300.000 habitants, sans la justifier. Pour mémoire, le seul chiffre officiel est une estimation de l’Insee faisant état de 235.132 habitants à Mayotte en 2016.

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
HIER Vol à l’arraché dans la rue et en terrasse à Mamoudzou: deux interpellations
HIER Ivre, il frappe sa compagne enceinte pour faire sortir le bébé
HIER Deux joueurs blessés par la chute d’un panier de basket lors de la demi-finale retour des play-offs
2 jours La Grande mosquée de Paris appelle les musulmans à voter « massivement » Macron
2 jours Un cyclomotoriste roué de coups à Kawéni pour un téléphone portable: un individu interpellé
2 jours Une minute de silence pour le gardien de la paix assassiné à Paris
2 jours Magasin Tati: aussitôt inauguré, aussitôt cambriolé… mais la police veillait
2 jours Championnat académique de danse scolaire: 20 troupes de collégiens et lycéens en compétition
2 jours Présidentielles: les résultats nationaux à 97% de bulletins dépouillés

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Affaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment des faits»
Jugement de travail au noir « par négligence »
Quand le sommeil tue au volant : 2 mois de prison avec sursis pour le conducteur
Guito Narayanin sortira de prison demain
Report du délibéré de la 1ère affaire de décasage
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL