Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Politique


Annick Girardin à Mayotte: de la séduction et 120 millions pour les PMI

Publié le vendredi 1 septembre 2017 à 5:30
Aucun commentaire

La ministre des outre-mer a passé une 1ère journée très dense dans le département. Souriante, c'est d'un pas déterminé qu’Annick Girardin a enchaîné les échanges et les poignées de main. Des lycéens en passant par les syndicalistes, tous ont eu le temps d'exprimer leurs craintes, doléances et autres réflexions... Il devrait en être de même pendant encore 3 jours.

Annick Girardin rencontre avec les élèves de la section sécurité et prévention de Petite Terre

Annick Girardin rencontre avec les élèves de la section sécurité et prévention de Petite Terre

À peine sortie de l’avion ce jeudi, que la voilà partie à la rencontre des syndicalistes qui l’attendaient depuis un petit moment. Annick Girardin a fait face aux enseignants. Autour d’eux, un important dispositif de sécurité, mais surtout des banderoles aux messages explicites: «élèves sans profs, profs sans emplois», «rectorat dans l’illégalité» ou encore «contractuels non renouvelés pour avoir manifesté». Le ton est ferme, franc… L’échange a duré une dizaine de minutes.

Parmi les préoccupations des syndicalistes venus la voir: les constructions scolaires qui ne suivent pas le nombre toujours plus grand d’enfants scolarisés, le dossier des dégrèvements fiscaux qui n’avance pas, le taux d’indexation trop faible pour rehausser l’attractivité de l’île afin de faire revenir les titulaires ou encore l’insécurité et les conditions de travail dans de nombreux secteurs du territoire. «Merci pour ce plaidoyer, sur l’ensemble de Mayotte», répond la ministre.

Le SNUipp interpelle la ministre sur ses nombreux sujets de préocupation

Le SNUipp interpelle la ministre sur ses nombreux sujets de préoccupation

Elle est revenue sur tous les points soulevés par les enseignants, notamment sur la question de l’indexation. «Pour moi, il ne suffit pas de dire que l’on veut la même chose que La Réunion… On a à repenser les systèmes, mais attention, quand on repense les systèmes, quelquefois on n’a pas toujours ce que l’on veut!» a-t-elle prévenu. Un avertissement qu’elle répétera un peu plus tard: «Attention à l’ouverture de la question. Je ne suis pas sûre que lorsqu’on va recalculer le tout, tout le monde aura le même taux qu’aujourd’hui. Je viens de l’Outre-mer, et je sais quels risques nous allons prendre, en tant qu’ultramarine, selon où l’on va et ce que l’on demande».

«Toi aussi tu veux poser une question?»

Passage obligé par une série de selfies avec les Petits-terriens

Passage obligé par une série de selfies avec les Petits-terriens

Au fil de la journée, le retard sur le programme s’accumule. Il faut dire qu’Annick Girardin a pris le temps de se renseigner sur toutes les personnes qu’elle a croisé. Après avoir déposé une gerbe de fleurs sur le monument aux morts de la Place de France, à Dzaoudzi, elle a échangé quelques minutes avec les jeunes du BSMA. À quelques mètres de là, un autre comité l’attendait. Ont été évoqués, d’autres sujets tels que la prise en compte de l’ancienneté, les rotations et rythmes scolaires… Ils étaient tous là: représentants syndicaux, mais surtout parents d’élèves… Tour à tour, ils ont pris la parole.

«En tant que parents d’élèves de la commune de Chiconi, nous sommes inquiets. Depuis 3 ans, les rythmes scolaires sont mis en place, sans aucun moyen», clame cette mère. «Aujourd’hui, toutes les mairies ont la liberté avec l’éducation nationale, de choisir leur rythme d’aménagement», a rétorqué la ministre des Outre-mer. «Notre vice-rectrice impose. Il y a un gros conflit entre les maires et la vice-rectrice», a aussitôt répliqué le secrétaire Départemental SNUIPP, Rivomalala Rakotondravelo. «Je vais y aller, à Chiconi. Ils m’en parleront», a conclu la ministre.

Annick Girardin échange avec les lycéens et les équipes éducatives de Petite Terre

Annick Girardin échange avec les lycéens et les équipes éducatives de Petite Terre

Certains maires étaient déjà sur place, espérant faire entendre leur voix, à l’instar de la maire de Chirongui qui a suivi le cortège jusqu’au lycée de Petite Terre: «Nous avons besoin d’un plan Marshall au niveau de l’éducation. Il est temps qu’il y ait une véritable politique publique répondant aux questions de l’éducation, de la santé et de l’emploi. Nous attendons des annonces».

À quoi faut-il s’attendre ?

Si de grandes annonces doivent être faites, ce ne sera pas pour maintenant. La ministre des outre-mer a été claire: pour ce premier déplacement à Mayotte, il s’agit pour elle d’être à l’écoute, de comprendre et de mettre des visages sur des situations.

Pose de la 1ère pierre de la PMI de Vahibé avec les élus

Pose de la 1ère pierre de la PMI de Vahibé avec les élus

«J’ai beaucoup entendu parler de Mayotte. Il était temps pour moi de venir. C’était une priorité pour moi. C’est important d’aller au contact des gens. Oui, il y a la nécessité de faire des annonces. Un certain nombre de réponses seront données. Vous attendrez pour certaines. Oui, il y a aussi une nécessité de prendre quelques mois (c’est le cadre des assises de l’outre-mer) afin de mieux construire la réponse qui devra être apportée avant fin 2018, dans chaque territoire d’outre-mer et plus particulièrement sur Mayotte. Je prends toujours le temps, c’est ma méthode de travail.»

Après avoir échangé avec une quarantaine de lycéens, loin des caméras et des micros, Annick Girardin a pris la direction de Vahibé en début d’après-midi où elle a posé la première pierre du centre de protection maternelle et infantile du village. Elle a dans la foulée signé la convention de compensation du transfert de compétences de la PMI de l’État vers le département. Le montant de cette compensation s’élève à 120 millions d’euros.

Abby Saïd Adinani
www.lejournaldemayotte.com

Annick Girardin rencontre des jeunes en formation au BSMA

Annick Girardin rencontre des jeunes en formation au BSMA

Photo de groupe au lycée de Petite Terre

Photo de groupe au lycée de Petite Terre

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
8:40 Issouf Madi Moula, numéro 1 du PS de Mayotte condamné à deux ans ferme
HIER La retenue de Dzoumogné reprend des couleurs
HIER « Jeter ses déchets c’est déjà un choix »
HIER Déblocage de l’accès du port de Longoni
HIER 2ème Journée départementale des familles à Mtsangabeach samedi
HIER Un nouveau conseil d’administration à Air Mad en vue du mariage avec Air Austral
HIER La CSSM accompagne les retraités pour l’accès à leurs droits
HIER Un robot pour le lagon de Mayotte présenté vendredi au CUFR
HIER Les arts contemporains investissent la Maison du Projet à Kawéni

MAGAZINE
L'économie circulaire expliquée en un schéma
« Jeter ses déchets c’est déjà un choix »


CARNET DE JUSTICE
Un trentenaire abuse d’une fillette de 13 ans et risque une amende
Des témoignages d’attouchements sexuels au collège de Doujani étouffés par le vice-rectorat
14 mois ferme requis dans l’affaire des fausses procurations à M’Tsangamouji
Le procès pour outrages présumés sur Facebook renvoyé au 17 janvier
Trois pilotes de kwassa condamnés ce lundi
Petite Terre : un jeune brûlé vif dans des règlements de compte, enquête ouverte pour tentative d’assassinat
Décasage de Bouéni : peine confirmée en appel, la défense se pourvoit en Cassation
Il oublie sa carte d’identité sur le lieu de l’agression et finit au tribunal


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL