Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Social


Après un mois de grève, l’échec d’une nouvelle conciliation chez Ballou

Publié le jeudi 5 janvier 2017 à 5:30
Aucun commentaire

Près d’un mois de grève et un mouvement qui continue après l’échec d’une nouvelle conciliation à la DIECCTE. Les salariés de Ballou doivent retrouver la direction lundi prochain.

Stores fermés, à nouveau ce jeudi, après un mois de grève chez BAllou

Stores fermés, à nouveau ce jeudi, après un mois de grève chez BAllou

La grève a débuté le 6 décembre dernier. Il a donc fallu attendre un mois pour les salariés et la direction de Ballou se donne rendez-vous à la Dieccte (direction du travail). La première commission de conciliation s’est déroulée mardi, elle a obligé l’entreprise à céder à certaines revendications des salariés. Celles-ci relevaient en fait de la simple application du droit du travail. La commission de ce mercredi matin s’est en revanche soldée par un échec.

«Le PDG de Ballou a refusé toutes nos revendications, exceptée celle portant sur la grille salariale», indique Salim Naouda, le secrétaire départemental de la CGT. Une affirmation confirmée par Ousséni Balahachi, secrétaire de la CFDT qui déplore en outre «des réponses méprisantes» de la part de la direction de Ballou au cours des négociations.

Un non-respect du droit du travail

Suite aux échecs des nombreuses tentatives de négociations entre les salariés grévistes et la direction, le préfet Frédéric Veau avait demandé la mise en place de commissions de conciliation à la Dieccte. La première a permis à l’entreprise de se conformer au droit du travail. Neuf des 14 revendications des grévistes ont donc eu gain de cause puisqu’il s’agissait simplement de respecter la loi. La deuxième conciliation s’est quant à elle soldée par un échec: l’entreprise n’entendrait rien lâcher de plus que le strictement obligatoire.

La société se plie au droit du travail

La société se plie au droit du travail

Ballou devra cependant se plier à certaines règles concernant notamment la sécurité des équipements de travail, les heures supplémentaires et le respect de ses salariés. La quasi totalité des employés déplorait en effet une forme de «harcèlement moral» au sein de la société. «La direction se livrait à une dévalorisation constante de ses employés. Il y a eu des insultes et des propos racistes. Certains d’entre eux ont été enregistré par les employés visés. Ils comptent d’ailleurs porter plainte dès que possible», explique Salim Naouda.

Nouvelles discussions lundi

Si ces manquements à la loi devront obligatoirement être corrigés par la direction, les syndicats affirment que les revendications relevant du bon vouloir de l’entreprise sont systématiquement refusées. Pas de chèques déjeuner, pas de prime de fin d’année. Visiblement très remontés contre la direction, ceux-ci ont décidé de «ne rien lâcher». Le mouvement de grève se poursuit donc et les magasins Ballou resteront fermés jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé.

«Le PDG de l’entreprise ne s’est même pas déplacé pour prendre part aux négociations», déplore Ousseni Balahachi. «Ce serait quand même la moindre des choses», s’indigne-t-il. Safdar Ballou a envoyé son DRH, Azad Mamodaly pour mener les négociations lors des différentes commissions de conciliation, ce que Ousseni Balahashi considère comme un manque de respect.

Le conflit est donc encore bien loin de trouver la voie de l’apaisement. Une prochaine réunion est prévue lundi, le 9 janvier, pour essayer de trouver un compromis. «Nous espérons que cette fois-ci le directeur sera présent», conclut le représentant de la CFDT.

NG
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER La gendarmerie débloque le dépôt Total de Longoni, 10 camions-citernes quittent les lieux
2 jours Mise en place de la retraite complémentaire à Mayotte : partenaires sociaux et parlementaires au travail
2 jours Bourse aux vêtements à Bandraboua: après la collecte, la revente le mardi 22 août
2 jours Grève chez Total : le coordinateur national FO écrit à la direction du groupe
2 jours Grève à Total : le MEDEF demande des mesures pour les entreprises au préfet
3 jours Grève à Total : toujours l’impasse
3 jours Une assemblée plénière du Conseil département lundi prochain
3 jours Le conflit Total entre dans sa 2e semaine : le point sur les arrêtés préfectoraux
3 jours Le Département défend le recrutement du directeur de la MDPH

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Peines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation du Collectif
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL