Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Faits divers


Assassinat ou accident, l’énigme du cadavre assis de Petit Moya

Publié le mardi 28 avril 2015 à 16:40
Aucun commentaire

Le corps sans vie d’un homme a été découvert ce dimanche matin sur la plage de Petit Moya, sur Petite-Terre. L’homme était assis contre des rochers avec d’importantes plaies au crâne. L’autopsie est prévue pour demain mercredi pour lever une partie du mystère.

Gendarmerie gendarme de dosLa balade du week-end a tourné court pour un couple ce dimanche matin à Petit Moya. Les promeneurs ont fait une macabre découverte, le cadavre d’un homme dont le crâne portait de nombreuses blessures. Sur la dépouille, on pouvait également distinguer des traces de saignement au niveau des yeux et des oreilles.
«Les premières constatations du médecin qui s’est rendu sur place font état de plaies profondes et longilignes au niveau de la tête», indique Joël Garrigue, le procureur de la République au JDM. Elles semblent être à l’origine de la mort.

Mais impossible de s’en tenir là. Trop d’éléments intriguent, à commencer par la position du corps : l’homme était assis, adossé à des rochers.

Sur lui, les gendarmes ont retrouvé l’équipement traditionnel de celui qui fait une traversée en kwassa depuis Anjouan : un double short, des affaires stockées dans une succession de sacs plastiques… Petit Moya est une plage connue pour servir de lieu d’accostage des embarcations qui font la périlleuse traversée.

La date du décès est déterminante

Les plages de Moya avec des beachages réguliers de kwassas

Les plages de Moya avec des beachages réguliers de kwassas

Le voyage d’Anjouan a d’ailleurs été confirmé par sa famille, car la question de l’identité du corps a été réglée très rapidement.
Ses proches étaient inquiets. Ils attendaient l’homme dont le retour d’Anjouan était prévu pour vendredi ou samedi. Ils avaient alerté des associations de Petite Terre. L’homme, âgé de 48 ans, vivait à Mayotte depuis de nombreuses années. Il y partageait sa vie avec sa femme avec laquelle il a eu au moins un fils. Ce sont eux qui ont signalé son absence.

Alors, que s’est-il passé ? Le travail des enquêteurs pour déterminer les causes du décès devrait être grandement facilité par l’autopsie. Elle doit être réalisée demain mercredi. Elle permettra peut-être de livrer une première information déterminante : la date du décès.

Hypothèses

Accident ou chute, bagarre ou violences jusqu’au meurtre, aucune hypothèse ne peut à l’heure actuelle être privilégiée par les enquêteurs. Mais la date de la mort devrait permettre d’affiner des scénarios.
L’homme était-il vivant lorsque son kwassa a beaché à Petit Moya ou a-t-il été installé contre le rocher après son décès ?
Les événements tragiques ont-ils eu lieu sur la plage de Petite Terre ou durant la traversée ? A moins que l’homme ait eu des problèmes à Anjouan auquel cas ce voyage était pour lui celui d’un kwassa sanitaire qui l’amenait vers des soins ?

Joel GarrigueL’autopsie pourrait aussi livrer les causes exactes de la mort car, autre fait marquant, aucune trace n’a été relevée sur les bras ou les jambes de la victime, des marques que l’on trouve habituellement après des échanges de coups.

Justice française ou comorienne ?

Si l’autopsie est donc attendue, la clé de l’énigme du cadavre assis de Petit Moya est peut-être ailleurs. Ce sont quelques personnes qui pourraient résoudre ce qui est, à l’heure actuelle, un mystère. Les enquêteurs aimeraient retrouver les autres passagers du kwassa à bord duquel l’homme a voyagé. Ils connaissent, sans nul doute, les moments tragiques qui ont conduit à la mort de cet homme.

Leur témoignage permettrait de savoir quel tour va prendre cette affaire. Car au-delà du travail d’enquête, une question ne manquera pas de surgir : la justice française est-elle compétente pour se pencher sur ce dossier ? La réponse est oui, si l’homme, de nationalité comorienne, est décédé en France. Mais s’il s’avère que son décès est antérieur à son arrivée dans nos eaux territoriales, le procureur de la République à Mayotte n’aurait alors pas d’autres choix que de remettre son dossier à son homologue à Mustamudu (Anjouan/Comores) pour boucler l’affaire.

La famille, les enquêteurs comme le procureur attendent avec impatience les premiers éléments issus de l’autopsie.
RR
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
13:00 Un policier blessé par un parpaing, ses collègues se mobilisent
11:39 La ministre des Outre-mer Annick Girardin célèbre la mémoire des esclaves devenus citoyens
9:48 Grève au CHM: les déclarations de naissance doivent se faire à la mairie
8:50 Le lycée Bamana sous protection policière
8:31 « Les prud’hommes en 2018 à Mayotte, c’est possible ! », lance le Medef
5:16 Matis lance un concours, bien doté, de projets en développement durable
4:59 CHM : les grévistes divisés entre la rue et les plages
HIER Le personnel gréviste de Colas s’est rendu au tribunal ce lundi
HIER Jour férié ce jeudi: la préfecture fait le pont

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
L’affaire de la prise des 67 kilos d’or pourrait se conclure par une relaxe
Énervé par un barrage, l’ancien militaire tire, et blesse une jeune fille
Tribunal: Plaidoyer contre les petits boulots non déclarés
Rab de prison pour un incendiaire de cellule
Condamnation d’un passeur récidiviste : « En prison, pour lui éviter le lagon »
Relaxe TV Mafoumbouni : Jacques-Martial Henry renonce à faire appel
Relaxe de TV Mafoumbouni : Jacques-Martial Henry va faire appel
Procès TV Mafoumbouni/ J. Martial-Henry : relaxe pour les auteurs du sketch


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL