Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


Condamnation d’un passeur récidiviste : « En prison, pour lui éviter le lagon »

Publié le jeudi 4 mai 2017 à 4:50
Aucun commentaire

Ce n’est pas un passeur de kwassas de plus qui était jugé à la barre ce mercredi matin, mais c’est une fois de plus que Z.A. assurait ce rôle de passeur. Il repartait comme il était arrivé, entre deux gendarmes.

Les dossiers de la correctionnelle du jour

Les dossiers de la correctionnelle du jour

Z.A. réussissait l’exploit d’être jugé dans deux affaires différentes pour des faits similaires lors de la même audience correctionnelle de ce mercredi 3 mai. La substitut du procureur Laurence Prampart demandait d’ailleurs de joindre les deux dossiers.

Ce qui nous valut une nouvelle passe d’armes entre l’avocat du prévenu Me Andjilani, et le président Sabatier, le premier reprochant au second de ne pas le laisser s’exprimer sur cette fongibilité des deux dossiers, lançant un « je peux aussi m’en aller ! », et qui reçut une réponse cinglante, « vous pouvez le faire en effet, mais votre client est quand même condamné à deux ans d’emprisonnement ! » L’audience s’est poursuivie en présence de Me Andjilani.

Z.A arrive menotté, ente deux gendarmes, que le président du TGI interpelle afin que l’un d’entre eux garde la porte du tribunal, restée ouverte pour ces audiences publiques.

Récidiviste dans la négligence

La salle d'audience

La salle d’audience

Pour avoir piloté un kwassa où avaient embarqué 22 personnes, arraisonné le 25 décembre 2015 à Bouéni, ce natif de Foumbouni (Anjouan), en situation irrégulière sur le territoire, a déjà été condamné à de la prison ferme, avec mandat d’arrêt. Il a fait opposition. Il réitère le 17 avril 2017 à Acoua, cette fois, avec 14 passagers à bord.

La vice-procureur faisait remarquer que le Fichier automatisé des empreintes digitales (FAED) mettait en évidence d’anciennes affaires remontant à 2008 et 2010, pour les mêmes faits, portant les condamnations à 8 mois, puis deux ans, puis une condamnation par défaut avec mandat d’arrêt, et enfin, les deux affaires de ce jour.

Refusant de répondre aux questions dans un premier temps, il demande ensuite à s’exprimer, par le biais de l’interprète, pour tenter de s’exonérer avec des arguments maladroits et peu convaincants : « Je reconnais les faits, mais j’appelle à la clémence du tribunal. Je l’ai fait par méconnaissance, par négligence. Si je le refais, vous aurez la possibilité de m’arrêter. » Une alternative que la justice avait déjà intégrée…

Une somme de « petites mains »

La substitut Laurence Prampart

La substitut Laurence Prampart

Pour le parquet, Z.A. est bien un cas particulier : « Nous compilons habituellement les affaires de kwassas au sein d’une même audience, mais là, même s’il n’y a pas eu de condamnation pendant 5 ans, écartant la récidive, les mois de prison ferme se succèdent. » Laurence Prampart répète la même litanie, celle « d’un cimetière entre Anjouan et Mayotte, où se noient des enfants qui n’ont pas choisi. Leurs parents espèrent une vie, meilleure, l’est-elle ? »

Elle reste convaincue de l’utilité de la prison pour les passeurs, « sans ces ‘petites mains’, les réseaux n’existeraient pas. J’ai bien conscience que tout cela est la conséquence d’une absence de politique de coopération régionale dont ne veulent pas les Comores. » Trois ans d’emprisonnement avec maintien en détention, sont requis, ainsi que 3.000 euros d’amende, et l’interdiction de séjourner sur le territoire français, « au moins, quand il est en prison, il n’est pas sur le lagon. »

« Ça va mal finir pour lui ! »

Des réquisitions que Me Andjilani juge « exagérées », « je n’ai jamais entendu ça pour un passeur ! » Et dédouane son client : « Il n’est pas responsable de la présence de ces gens à bord, ce sont eux qui ont choisi de mettre leurs vies et celles de leurs enfants en danger. » Il demande du sursis simple.

Z.A sera condamné à 2 ans d’emprisonnement, et à une amende de 800 euros. Le président Sabatier rappelle que pour les peines d’une certaines durée, les prisonniers bénéficient « d’un petit pécule ». Il est interdit de pénétrer sur le territoire français tout en repartant en détention à Majicavo… « Le tribunal a tenu compte de son casier judiciaire pour prononcer sa peine », indique le juge à l’attention de l’avocat. En rajoutant, « qu’on ne le revoie pas, ça va mal finir pour lui sinon ! »

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Distribution de cadeaux de Noël aux enfants hospitalisés
HIER Un peu de discipline dans la pêche à pied professionelle
HIER Code du travail : les 1ers bug
HIER Plateau sportif ou nom des rues, le maire d’Acoua consulte à tout-va
2 jours Air Austral : Retour à la normal du programme des vols
2 jours La sécu de Mayotte sur la toile
2 jours Perturbations sur la distribution d’eau potable à Chiconi ce mercredi
2 jours Recensement : les chiffres divulgués jeudi
2 jours Fermeture exceptionnelle des stations de Longoni et Chirongui

MAGAZINE
Gandhi
Initiation à la non-violence au CUFR


CARNET DE JUSTICE
Le voleur de Bouéni « réalise que la prison, c’est difficile »
Séquestré pour une dette de 300€
Confondu par son ADN, le voleur récidiviste repart à Majicavo
Kwassas : 40 affaires pénales prennent un tour diplomatique
Affaire de kwassa : tous les détenus remis en liberté dans l’attente du procès
« Dysfonctionnements » dans une affaire de kwassa
Entre décasages et solidarité active, le « paradoxe Bouéni »
Perquisition à la mairie de Mamoudzou


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL