Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


Deux mahorais condamnés à 10 et 15 ans de réclusion criminelle à La Réunion

Publié le mercredi 27 avril 2016 à 16:35
Aucun commentaire

Depuis hier, les jurés de la Cour d’assises de Saint-Denis jugeait une affaire qui a défrayé la chronique à La Réunion. Le 24 juin 2014, un homme de 33 ans était battu à mort en début de soirée sur le front de mer de Saint-Pierre. Deux jeunes, nés à Mayotte, ont été reconnus coupables.

Palais de justice de Saint Denis à La Réunion (Crédits photo : JIR)

Palais de justice de Saint Denis à La Réunion
(Crédits photo : JIR)

Ils ont 21 et 26 ans. Ils en avaient deux de moins lorsque Maoulida Bacar Amadi et Aycham Ahmed ont été arrêtés à Saint-Pierre, au sud de La Réunion. C’était le 24 juin 2014, en début de soirée, après une agression terrifiante commise devant un bar réputé de la ville.

Lorsque les policiers arrivent devant «le factory», ils découvrent le corps d’un homme, en position latérale de sécurité, torse nu et bloqué entre deux voitures. Malgré l’intervention rapide des secours, la victime décède peu de temps après son admission au CHU de Saint-Pierre. Il s’agit de Johan Stuppa, 33 ans, le père d’une petite fille de 3 mois.

Les témoins racontent que l’homme a été roué de coups de poings et de pieds par deux jeunes mahorais. Et grâce aux descriptions fournies, il faut moins d’une heure aux policiers pour interpeller les deux suspects. Maoulida Bacar Amadi et Aycham Ahmed sont placés en garde à vue. Sur le premier, les enquêteurs découvrent le téléphone portable de la victime. Les dépistages démontrent que les deux hommes étaient sous l’emprise de l’alcool et de stupéfiants.

Deux enfances «cauchemardesques» à Mayotte

Les témoins ne s’étaient pas trompés. Les deux jeunes gens sont bel et bien nés à Mayotte. Le premier a vécu à Koungou, le second à Mamoudzou. Au tribunal, ils sont présentés comme des jeunes déstructurés et paumés, avec plus de 20 demi-frères et sœurs chacun, abandonnés par le père, confiés à la mère, incapable de les élever. «Mon enfance a été cauchemardesque», raconte Aycham Ahmed à l’enquêtrice de personnalité.

Palais de justice de Saint-Denis de La Réunion (Crédits photo: JIR)

Palais de justice de Saint-Denis de La Réunion (Crédits photo: JIR)

Puis, globalement, ils suivent tous les deux le même parcours. On les «exfiltre», vers la Réunion, chez un vague cousin qu’ils ne connaissent pas ou mal. Rapidement, c’est le plongeon vers une semi-marginalisation, à peine retenue par des associations qui leur viennent en aide. Des jeunes décrits aussi comme globalement respectueux, gentils et ne cherchant de problèmes à personne. Mais ce 24 juin 2014, ils avaient bu. «Nous avons acheté plusieurs bières de 50 cl à 12 degrés», admet Maoulida Bacar.

Tué pour avoir photographié son voleur

L’enquête permet de retracer avec une certaine précision les circonstances du drame. Johan Stuppa avait pris ses deux agresseurs en stop vers 18 heures. Mais après les avoir déposés et être rentré chez lui, il se rend compte que sa sacoche a disparu. Il part alors à leur recherche et repère l’un d’eux vers 20h30, près d’un café du centre-ville de Saint-Pierre.

Très énervé, il descend de son véhicule et reproche aux deux garçons de l’avoir volé. Les deux accusés nient. Puis, avec son portable, la victime prend une photo de Maoulida Bacar Amadi pour la présenter aux policiers. C’est alors que le trentenaire est pris en chasse par les deux jeunes qui parviennent à le rejoindre. Il reçoit alors de nombreux coups. Il est déjà inconscient lorsque Maoulida Bacar Amadi s’empare de son portable.

Une honte trop tardive

Le corps de Johan Stuppa a été découvert devant le front de mer de Saint Pierre (Image: JIR)

Le corps de Johan Stuppa a été découvert devant le front de mer de Saint Pierre (Image: JIR)

Les agresseurs prennent la fuite, tandis que les témoins appellent les secours et les forces de l’ordre. Durant leur garde à vue, les accusés reconnaissent globalement les faits mais nient dans un premier temps le vol de la sacoche, avant d’avouer. Ils sont mis en examen pour vol avec violence en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner et complicité, et ils sont incarcérés. Ils risquent la réclusion criminelle à perpétuité.

A la barre, hier et aujourd’hui, les accusés présentent des excuses. «J’ai honte de vous regarder. Ce que je vous ai fait, c’est mal. Je pense toujours à ça. J’espère, qu’un jour, votre petite fille pourra me pardonner de lui avoir pris son père», lance Maoulida Bacar Amadi, à la famille assise sur le banc des parties civiles. «Tous les jours, j’y pense. Je ne voulais pas que ça se passe comme cela. Je suis vraiment désolé», affirme Aycham Ahmed à la barre.

Mais ces excuses n’ont pas vraiment convaincu l’avocat général qui a requis, ce mercredi matin, 15 et 20 ans de réclusion criminelle, des peines assortis d’une peine de sureté des deux tiers.

Le verdict est tombé en milieu de journée. Les jurés et les magistrats ont finalement condamné les deux hommes à 10 et 15 ans de réclusion criminelle.

RR, Le JDM
avec le JIR

Tagged under , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
18:54 Agression violente par 5 très jeunes mineurs à Cavani: un des auteurs présumés interpellé
17:40 Prix du carburant et du gaz au 1er mai: ça augmente !
13:00 Mouvement de grogne des préparateurs en pharmacie de Jacaranda
4:59 Catherine Barbezieux prend la direction du CHM
HIER Sortie de grève à l’aéroport de La Réunion: un protocole d’accord signé
HIER Bagarres, caillassages et gaz lacrymogènes: soirée tendue à Koungou et sur Petite Terre
HIER Le festival des arts traditionnels de Mayotte, c’est aujourd’hui !
HIER Eaux souillées : Baignade interdite à Ngouja
HIER Des coupures d’eau ce jeudi dans plusieurs quartiers de Petite Terre

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Affaire TV Mafoumbouni/ J.-M. Henry: «Pas de prise illégale d’intérêts au moment des faits»
Jugement de travail au noir « par négligence »
Quand le sommeil tue au volant : 2 mois de prison avec sursis pour le conducteur
Guito Narayanin sortira de prison demain
Report du délibéré de la 1ère affaire de décasage
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
30°
28°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL