Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Energie


Du pétrole aux Éparses: Mayotte aux premières loges de la bataille de l’or noir qui s’annonce

Publié le lundi 1 août 2016 à 11:50
Aucun commentaire

A Juan de Nova, à 600km au sud de Mayotte, deux sociétés pétrolières ont obtenu le renouvellement de leur permis d’exploration. Experts, diplomates et scientifiques ferraillent dans les Éparses, prémices d'une future bataille de l'or noir qui intéresse très près Mayotte, avec des centres opérationnels et administratifs à la clé.

Juan de Nova: La première prospection pétrolière a été lancée en 2008 sur cette île française (Crédits photo : DR/Le JIR)

Juan de Nova: La première prospection pétrolière a été lancée en 2008 sur cette île française (Crédits photo : DR/Le JIR)

Y a-t-il du pétrole dans les îles éparses françaises? Il y a un peu plus de 6 mois, à quelques jours de la COP 21, Ségolène Royal, la ministre de l’environnement, avait été contrainte de signer deux permis de prospection pétrolières à deux sociétés, l’Américaine Marex Petroleum Corporation et la Nigériane Sapetro.

Ces deux permis d’explorer dans les eaux françaises de l’océan Indien visent les eaux de Juan de Nova, la petite île éparse à 600km au sud de Mayotte. 5km2 de terres immergées, 200km2 de lagon et un sous-sol qui attise les convoitises.

«N’ayant pas eu de réponse pendant deux années, nous avons porté l’affaire devant le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion qui a la juridiction sur Juan de Nova», indique Robert Bertagne, le président de la société américaine qui travaille sur ce territoire depuis 2008, à nos confrères du JIR. «Le juge a prononcé un jugement en notre faveur et accordé que le permis soit renouvelé».

Si ses calculs se confirment, le réservoir qui dort à Juan de Nova s’étend sur 23.000km2. La poche serait située à quelque 3.000 mètres de fond. Pour autant, Robert Bertagne, refuse de parler du Canal du Mozambique comme un nouvel Eldorado. «Il faudra attendre les résultats du premier forage», indique-t-il simplement, mais il semble que des scénarios soient prêts en cas de découverte.

Mayotte concernée très directement

Robert Bertagne précise ainsi: «Lorsque nous forerons, nous aurons des points d’attache administratifs et opérationnels à Mayotte et à la Réunion. Mais pour le moment, il n’y a aucune découverte en dehors de l’offshore du Mozambique et des forages de Manambolo à Madagascar.»

Sur cette carte datant de février 2016, les permis de Marex Petroleum Corporation sont en jaune. La carte montre les permis de la Zone qui ont un intérêt pétrolier pour Marex

Sur cette carte datant de février 2016, les permis de Marex Petroleum Corporation sont en jaune. La carte montre les permis de la Zone qui ont un intérêt pétrolier pour Marex (Image: JIR)

Les choses pourraient évoluer dans un avenir assez proche. «Nous sommes dans la Canal de Mozambique parce que nous en connaissons bien la géologie. On reconnaît 300 bassins sédimentaires dans le monde dont seulement 150 ont été explorés. Marex a explorée 77 bassins sédimentaires situés dans 44 pays où nous avons eu certaines découvertes. Pour le moment notre seul intérêt est dans le Canal de Mozambique… Vous pouvez en tirer vos propres conclusions».

Dans le Canal du Mozambique, entre les eaux malgaches, mozambicaines, tanzaniennes et françaises, 21 compagnies pétrolières ont acquis des droits de prospection depuis une dizaine d’années. À ce jour, aucun forage n’a encore été réalisé dans les eaux des TAAF.

La question de la souveraineté

Des campagnes de recherches sismiques ont été faites en 2012, 2013 et 2014, souligne Cécile Pozzo de Borgo, préfet des TAAF, qui reconnaît que «le contexte géologique identifié constitue un indice de ‘piège’ à hydrocarbures, justifiant la poursuite des recherches»… et l’intensification des manœuvres diplomatiques.

«En cas de découverte majeure, oui il y a un véritable enjeu économique pour la France», précise Benjamin Augé, chercheur à l’IFRI (Institut français des relations internationales), spécialiste de l’Afrique*. «Concernant la souveraineté, Madagascar revendique celle sur Juan de Nova. Il semble alors en cas de découverte, très difficile de ne pas ouvrir le processus politique de concertation.»

Robert Bertagne PDG de Marex Petroleum Corporation

Robert Bertagne PDG de Marex Petroleum Corporation

Ce que confirme Cécile Pozzo di Borgo. «Seule la réalisation de forages exploratoires permet de définir s’il y a un véritable potentiel dans cette zone. L’enjeu économique pour la France est impossible à déterminer à ce jour», précise-t-elle.

Des discussions avec Madagascar au plus haut niveau

«Les îles Éparses font partie des Terres australes et antarctiques françaises. Elles sont aussi depuis les années 1970, l’objet de contestations de souveraineté de la part de Madagascar. Le sujet est abordé lors des entretiens de haut niveau avec les autorités malgaches en place depuis 2014. La question d’ouvrir un processus politique de concertation en cas de découverte de pétrole dans cette zone relève de la compétence du Ministère des affaires étrangères», indique la préfet des TAAF.

Comme ce fut le cas lors de la visite de Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l’ONU à Madagascar il y a quelques semaines, la France pourrait donc être rappelée à ses souvenirs historiques. En effet, le Général de Gaule avait séparé les îles éparses de la Grande Île, quelques mois avant l’indépendance malgache. Une intervention sur les frontières, a priori contraire aux conventions internationales… C’était il y a 56 ans mais les enjeux pourraient faire de ces pages des livres d’histoire, une question d’actualité sensible.

RR, le JDM
avec le JIR.

* Benjamin Augé a mené l’an dernier une étude intitulée «Pétrole et gaz en Afrique de l’Est : quels enjeux et quel périmètre».

Tagged under , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Labattoir pleure la chatouilleuse Feda Attoumani, décédée dans la nuit.
2 jours Coupures d’eau cette nuit à Mandzarisoa et Cavani
2 jours Mamoudzou, aidez à choisir le logo des futurs bus
3 jours Perturbation de la distribution d’eau à Kahani ce jeudi
3 jours Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
3 jours Journée de la trottinette le 24 octobre
3 jours La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni
3 jours 4 millions d’euros pour la recherche et l’innovation dans les Outremers
4 jours Table ronde sur le mécénat et dons aux associations le 4 novembre

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Cavani : Prison ferme après une vengeance extra judiciaire
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL