Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


« Dysfonctionnements » dans une affaire de kwassa

Publié le mercredi 29 novembre 2017 à 16:00
Aucun commentaire

Plusieurs mois d'enquête, des dizaines de personnes impliquées. Ce dossier de kwassa a néanmoins rencontré des difficultés à l'audience de ce mercredi, nécessitant son renvoi à janvier.

Le substitut Rieu

Le substitut Rieu

Une belle enquête n’a pu être jugée ce mercredi en raison de « dysfonctionnements » soulevés par les magistrats et avocats. Elle sera jugée le 17 janvier prochain.
Tout part d’une intervention de la gendarmerie maritime en août 2015. Alertés par un écho radar qui signale un possible kwassa au large de Mayotte, les gendarmes partent en mer. Au moment de lever l’ancre, ils remarquent un homme au téléphone dans sa voiture non loin du ponton. Quelques minutes plus tard, le bateau est averti que l’écho radar « a fait demi-tour ». Le kwassa n’est donc pas interpellé. Soupçonneux, les gendarmes décident alors de contrôler l’individu dans sa voiture. L’exploitation de son téléphone ouvre la voie à une enquête plus large.

Confiée à un juge d’instruction, l’enquête se poursuit jusqu’en mars 2016. A cette date, deux réseaux distincts sont démantelés, impliquant des dizaines de personnes, dont certaines étaient à cheval sur les deux réseaux concurrents. Parmi les personnes arrêtées, un chef de réseau présumé détenait pas moins de 24 lignes téléphoniques à son nom. Au moins une dizaine de contacts n’ont pu être identifiés. Pour le ministère public, il y avait là une « organisation » avec des pilotes, des guetteurs et des chefs qui chapeautaient tout ce petit monde. L’un d’eux a affirmé avoir 10 salariés sous ses ordres. Plus des transporteurs qui faisaient la navette à l’arrivée à Mayotte.

Des dysfonctionnements empêchent le procès
Selon l’enquête, 34 traversées en kwassa ont été recensées entre août 2015 et mars 2016. L’instruction a aussi permis d’établir des tarifs de traversées, variables selon les déclarations. Généralement 2000€ pour une personne malade, 1000€ pour un passager en bonne santé. Le pilote encaissait 200€ par traversée de 6 à 8 passagers. Rien s’il était pris.
Pour Fatih Rahmani, avocat de deux des prévenus, « le dossier n’est gros que parce qu’il implique plein de personnes ». Pour lui, « ce n’est pas vraiment un réseau à proprement parler, c’est plus de la débrouillardise ». La défense aura en effet tout intérêt à contester la notion de bande organisée qui fait encourir à chaque mis en cause une peine allant jusqu’à 10 ans ferme.
Reste que cette affaire, que Me Rahmani était prêt à plaider, n’a pu être traitée ce jour. D’abord car il s’agissait pour les magistrats d’une « audience relais » destinée à fixer une date d’audience à proprement parler. Ni le président, ni le procureur, n’avaient donc préparé le dossier en profondeur.  Restait à savoir si les prévenus détenus resteraient à Majicavo jusqu’en janvier. Le procureur évoquant un « réseau » de personnes ayant « fait leur métier » du « trafic d’êtres humains » a requis le maintien en détention provisoire en raison d’un « risque de fuite ». Les avocats ont argué de la présence des familles à Mayotte pour garantir que leurs clients ne quitteraient pas le département.

L'avocat Fatih Rahmani

L’avocat Fatih Rahmani

Mais le président a réalisé qu’il avait été Juge des libertés et de la détention (JLD) pour plusieurs des 9 prévenus, dont 6 sont en détention provisoire depuis près de 18 mois. Cette implication dans le dossier lui interdit de rendre un quelconque jugement, ce qui nécessite un autre président d’audience. « Nous sommes désolés pour ce dysfonctionnement » a glissé le président expliquant que « la côte des compatibilités n’était pas à jour ».
Le maintien ou non en détention des prévenus, et les termes du contrôle judiciaire des 3 autres sont confiés à une autre composition de magistrats.
Une série de rebondissements qui a causé l’hilarité nerveuse de plusieurs proches des prévenus venus les soutenir en nombre.

Y.D.

Tagged under , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
16:42 Levée de la vigilance-Orage ce mardi à 16h30
15:03 Grève : La FSU assume son mouvement du 22 février
12:44 Plus de 1000 personnes à la manifestation intersyndicale
10:08 Mayotte en vigilance-Orage ce mardi à 10h
4:45 Grève Education: un choc d’investissement, dans le primaire aussi
HIER Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile
HIER Entretien des routes: Mamoudzou a investi 5,7 M€ en 3 ans
HIER Malgré l’absence de ramassage scolaire, le lycée du Nord est ouvert, rappelle son proviseur
HIER Le collectif des citoyens de Mayotte s’associe à la grève du 20 février sur fond de guerre syndicale

MAGAZINE
Les bénévoles décidés à s'investir pour leurs quartiers respectifs
Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile


CARNET DE JUSTICE
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »
Devant les juges, il se touche le sexe et part en prison


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL