Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


Énervé par un barrage, l’ancien militaire tire, et blesse une jeune fille

Publié le jeudi 18 mai 2017 à 4:30
Aucun commentaire

Nous sommes le 23 mars 2014, tard dans la nuit, vers 2h du matin, à l’entrée du village de Combani. Plusieurs jeunes sont au milieu de la chaussée, en bloquent le passage. Moinahecha* elle, a 16 ans au moment des faits, et revient d’une soirée au Café Room avec des amis. Elle raconte avoir vu un 4x4 forcer le passage, puis s’arrêter plus loin, et en descendre avec quelque chose à la main.

La salle d'audience

La salle d’audience

Moinaecha est venue au procès, elle veut endiguer les cauchemars qui ne la quittent plus. « Vous avez entendu un coup de feu ? », l’interroge à la barre le juge Laurent Sabatier. Non, elle n’a rien entendu, mais, alors qu’elle quittait les lieux, a ressenti une douleur à la nuque et s’est effondrée sur le sol. Elle se souvient de s’être réveillée à l’hôpital. Une incapacité totale de travail de 10 jours lui est délivrée, « j’ai des morceaux de plomb partout dans la tête et dans les reins », explique-t-elle.

Ahmed*, lui, explique que lorsqu’il est passé en force, sa compagne assise à côté de lui, des jeunes ont donné des coups de poing sur le capot de la voiture. « J’ai eu peur, j’ai sorti mon arme. » Mais Laurent Sabatier va montrer que le geste n’a rien de spontané, puisqu’il va prendre le temps d’aller chercher une cartouche dans sa glacière, de l’insérer dans son fusil tout en le dépliant, d’enlever le cran de sureté et de tirer. Fait aggravant, il n’a pas de permis de port d’arme.

Il part cacher l’armeSalle d'audience code pénal

« L’accusé dit que le coup est parti tout seul, mais des témoins l’ont vu brandir son fusil en direction de la foule », déclare l’avocat de la jeune fille, « elle est handicapée à vie ». Il demande 37.000 euros pour l’ensemble des préjudices, physique et moraux.

« Vous n’avez pas maîtrisé votre comportement », reprend Laurent Sabatier. Car on aurait été en droit de s’y attendre, Ahmed est un ancien militaire. « Oui, aux fusiliers marins, pendant 6 ans à Brest et à l’île Longue », confirme-t-il. Des faits qui inciteront sa hiérarchie à la mairie de Chiconi à le transférer de son poste de policier municipal vers le service des contentieux lié au foncier.

La substitut du procureur sera plus incisive sur cette question : « Si vous maintenez un tir involontaire, comment vous expliquez votre comportement d’être allé cacher l’arme de suite chez un ami, plutôt que de vous préoccuper de la victime ou de prévenir les secours ? » «J’ai eu peur », répond-il.

Il s’exprime peu, entrevoit les enjeux de son geste pour son avenir- il est marié et a deux enfants-sans évaluer les dégâts chez sa victime, « vous n’avez jamais pris de ses nouvelles en 3 ans, vous ne parlez jamais des conséquences chez elle », lui reproche toujours le parquet. Car Moinaecha vit dans l’après-23 mars, « je fais beaucoup de cauchemars », glisse-t-elle.

Contexte de barrages

Me Soumetui Andjilani

Me Soumetui Andjilani

Dans sa réquisition, la substitut du procureur insiste sur l’absence de la graduation de la réponse, qui est un des éléments de la formation des militaires, et une mauvaise appréciation de la situation. Elle n’arrivera qu’à impliquer partiellement sa responsabilité, « vous dites que vous n’avez pas voulu blesser, mais vous avouez avoir voulu tirer. Ce n’est donc pas un tir accidentel. » Et insistera pour « un manque de compassion vis à vis de la victime. »

Me Andjilani plaidait le contexte, « un procureur qui venait d’annoncer une augmentation de 80% de la délinquance », « les multiples barrages de jeunes ». Un contexte qui a peu évolué puisque des adultes continuent actuellement à laisser les jeunes exprimer leur colère sous ce biais, à leur place. « Des femmes ont déjà été condamnées pour cela. » Hormis cet argument, il n’a fait qu’atténuer les faits en parlant d’erreurs, et demander une non-inscription du délit au casier judiciaire.

« Je demande pardon, je n’avais pas l’intention de faire de mal », murmurait Ahmed à la barre.

Le délibéré sera rendu la 7 juin.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

* Prénoms d’emprunt

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
13:00 Un policier blessé par un parpaing, ses collègues se mobilisent
11:39 La ministre des Outre-mer Annick Girardin célèbre la mémoire des esclaves devenus citoyens
9:48 Grève au CHM: les déclarations de naissance doivent se faire à la mairie
8:50 Le lycée Bamana sous protection policière
8:31 « Les prud’hommes en 2018 à Mayotte, c’est possible ! », lance le Medef
5:16 Matis lance un concours, bien doté, de projets en développement durable
4:59 CHM : les grévistes divisés entre la rue et les plages
HIER Le personnel gréviste de Colas s’est rendu au tribunal ce lundi
HIER Jour férié ce jeudi: la préfecture fait le pont

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
L’affaire de la prise des 67 kilos d’or pourrait se conclure par une relaxe
Énervé par un barrage, l’ancien militaire tire, et blesse une jeune fille
Tribunal: Plaidoyer contre les petits boulots non déclarés
Rab de prison pour un incendiaire de cellule
Condamnation d’un passeur récidiviste : « En prison, pour lui éviter le lagon »
Relaxe TV Mafoumbouni : Jacques-Martial Henry renonce à faire appel
Relaxe de TV Mafoumbouni : Jacques-Martial Henry va faire appel
Procès TV Mafoumbouni/ J. Martial-Henry : relaxe pour les auteurs du sketch


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL