Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Environnement


Grâce aux villageois de Mtsamoudou, Saziley a retrouvé sa sérénité

Publié le mardi 22 août 2017 à 18:04
Aucun commentaire

Une association de Mtsamoudou œuvre pour le nettoyage du village et de la réserve de Saziley. Avec sa soixantaine de membres, elle a également contribué à mettre presque fin au braconnage et à la délinquance qui s’étaient emparés de ces lieux magiques. Désormais, elle associe son action à celle de l'ONG Sea Shepherd.

Les membres de l'association de Mtsamoudou après une opération de nettoyage

Les membres de l’association de Mtsamoudou après une opération de nettoyage

Ali Mohamed aime son île et il s’investit sans compter, à son échelle, pour qu’elle se débarrasse de quelques-uns de ses nombreux problèmes. Son terrain d’action privilégié, c’est toute la zone qui entoure son village de Mtsamoudou, dans le sud, et donc la réserve de Saziley.
«Là-bas, il fallait vraiment changer les choses. Il y avait beaucoup de braconnage de tortues, c’était terrible», se rappelle-t-il. Le sujet lui tient à cœur : Ali est garde nature, depuis plus de 25 ans.

Ce n’est pourtant plus à Saziley qu’il exerce son métier et depuis longtemps. «Au début, les gardes nature étaient à Saziley. Et puis on a exercé notre droit de retrait pour obtenir des équipements pour la sécurité ou de l’eau potable. Personne n’a réagi. Alors, on est parti ailleurs». Pourtant, à Saziley, le braconnage ne s’est pas arrêté. Alors, c’est avec son association qu’il a décidé d’agir. «On fait de la surveillance, on reste parfois toute la nuit et le braconnage est terminé à Saziley. La dernière fois qu’on a trouvé trois tortues attachées sur la grande plage, c’était fin 2016. Maintenant, c’est plutôt du côté de la première plage qu’on trouve parfois quelques carapaces, mais bien moins qu’avant.»

Son association s’appelle ASVM, association pour la sécurité des villageois de Mtsamoudou. Elle compte aujourd’hui une soixantaine de membres. «On est nombreux, c’est pour ça que les braconniers ne viennent plus. Ils savent maintenant qu’on peut agir. Quand on en a vu, on les a attrapés et puis on les a remis à la gendarmerie. Maintenant, c’est fini !»

Agir pour la sécurité et l’environnement

Ils sont une soixantaine à œuvrer contre le braconnage et pour leur environnement

Ils sont une soixantaine dans l’association à œuvrer contre le braconnage et pour leur environnement

Cette force de frappe, l’association ne l’a pas mis qu’au service de la préservation des tortues mais de l’environnement au sens large. Durant le mois de juillet par exemple, ses membres ont nettoyé le village. Méthodiquement, jour après jour, ils sont passés dans toutes les rues, ils ont longé les côtes, arpenté les chemins de randonnées. D’avis d’observateur attentif, jamais l’endroit n’avait été aussi propre !

Ils sensibilisent aussi les cultivateurs pour mettre un terme aux brûlis qui sont interdits. «On leur a expliqué qu’il faut que ça s’arrête parce que ça détruit la forêt. Et les gens commencent à comprendre», explique Ali Mohamed. Il a réussi à faire passer son message après avoir noué un rapport de confiance avec les cultivateurs, car l’association a aussi changé la donne sur le terrain de la délinquance.

«Avant, on leur volait les bananes, les mangues… tout ! Maintenant, il n’y a plus de voleurs. Ils peuvent vendre leurs fruits et leurs légumes. Alors, ils nous disent merci!» L’association a chassé ceux qui avaient transformé ce petit paradis en zone de non-droit.

L'association travaille désormais avec l'ONG Sea Shepherd

L’association travaille désormais avec l’ONG Sea Shepherd

«Il y avait des jeunes violents. Ils volaient et ils se cachaient pour agresser les gens, les touristes. Comme pour les braconniers, on en a attrapé quelques-uns et on les remis à la gendarmerie. Maintenant, ils savent qu’on les connaît. Quand on les voit, ils ne restent plus. Aujourd’hui, c’est tranquille. Tu peux venir, même tout seul, pour marcher, pour camper, il n’y a plus de problème».

Des gardes nature toujours absents de Saziley

L’action de l’association a aussi permis que les kwassas qui arrivent des Comores n’accostent plus dans la zone. «Ils vont ailleurs maintenant. Ils savent qu’il y a une association qui veille».

Si Ali Mohamed agit à Saziley avec son association, il ne comprend pas pourquoi il ne peut pas retourner travailler dans cet endroit qu’il aime tant. «Il n’y a plus de gardes nature à Saziley. Pour moi, ce n’est pas normal. Maintenant que l’endroit est sécurisé, tous les gardes sont prêts à y retourner. Mais on nous dit non. Je ne sais pas pourquoi. En tout cas, maintenant, à Saziley, tout est normal et avec l’association, on va continuer à se mobiliser pour que ça reste comme ça !»

Dernière satisfaction en date pour Ali, l’arrivée de Sea Shepherd à Mayotte. «On est très contents parce qu’ils sont là pour nous aider. On a besoin de matériel et de savoir comment faire certaines choses. Maintenant, on apprend à travailler avec eux parce qu’il faut que Mayotte change. Notre lagon, c’est un trésor connu dans le monde entier. Si on ne fait rien, on est foutus !»

PM
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Contrôle de transporteurs de personnes et de marchandises : plusieurs irrégularités
HIER La mairie de Mamoudzou communique sur la perquisition en cours
HIER Opération de contrôles des vendeurs de poissons : 92 kilos de poissons et de poulpes saisis
HIER Port de Longoni : la Fédération CGT Ports et docks maintient la pression
HIER Colloque sur « Les violences faites aux femmes en milieux professionnel » ce vendredi
HIER Mayco: rencontre entre direction et grévistes
HIER Droit de retrait au lycée du Nord après l’agression d’un élève
HIER Fermeture de routes départementales pour travaux
2 jours Coupure d’eau au village Moinatrindri Bas ce vendredi 24 novembre

MAGAZINE
L'économie circulaire expliquée en un schéma
« Jeter ses déchets c’est déjà un choix »


CARNET DE JUSTICE
Entre décasages et solidarité active, le « paradoxe Bouéni »
Perquisition à la mairie de Mamoudzou
Fausses procurations, les trois condamnés font appel
Une fillette martyrisée chez sa tante
14 000€ détournés d’une association de parents d’élèves
Le trentenaire poursuivi pour atteinte sexuelle sur mineur prend un an avec sursis
Issouf Madi Moula, numéro 1 du PS de Mayotte condamné à deux ans ferme
Un trentenaire abuse d’une fillette de 13 ans et risque une amende


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL