Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Centenaire 1914-1918


Il y a 100 ans, la Première guerre mondiale dans l’océan Indien. Episode 5/5

Publié le jeudi 14 août 2014 à 16:52
Aucun commentaire

Alors que le monde entier commémore le centenaire de la Première guerre mondiale, le Journal de Mayotte vous propose de (re)découvrir le conflit comme l’ont vécu nos ancêtres de l’océan Indien. C’était chez nous, il y a 100 ans.

Dernier épisode : La mémoire

L'imposant monument aux morts de Tananarive (Crédits photo: Archives départementales de Mayotte/N. Iline. Tous droits réservés)

L’imposant monument aux morts de Tananarive
(Crédits photo: Archives départementales de Mayotte/N. Iline. Tous droits réservés)

La mémoire, c’est l’ultime bataille héritée de la Première Guerre mondiale. Dans notre région, dès 1919, les monuments aux morts se multiplient sur l’île de La Réunion. A l’image des communes métropolitaines qui rendent hommage à leur très nombreux morts, Saint-Denis, Saint-Pierre, Saint-Louis ou encore Sainte-Suzanne érigent ces stèles monumentales, permettant aux forces militaires et à la population de se recueillir sur un lieu de mémoire. Mais cette situation est une exception dans la région.

Comme la plupart des troupes coloniales françaises, les soldats de l’océan Indien n’ont pas tous reçu la reconnaissance qu’ils méritaient. Aujourd’hui, il est bien difficile de retrouver l’identité des soldats malgaches, comoriens et mahorais et leur village d’origine.

Le travail de recherche effectué par des historiens ou par les archives départementales de Mayotte n’a permis d’identifier que très peu de Mahorais morts pour la France. On connaît par exemple un dénommé Moussa Mourabas, originaire de Mtsapéré, tombé en Métropole. Mais les chercheurs sont loin de pouvoir mettre des noms sur les 1.300 hommes de l’archipel des Comores partis au front et la centaine d’entre eux disparus en Europe.

Un monument à Tananarive

Cette mémoire défaillante se reflète dans les monuments. La province des Comores figure sur l’impressionnant monument aux morts achevé au Lac d’Anosy à Tananarive en 1936, 18 ans après la fin du conflit. Mais aucun nom n’est inscrit, rien qui n’indique nominativement ceux qui ont laissé leur vie dans la Grande guerre. Sur le vaste monument malgache, on ne trouve en effet qu’une seule mention «Les Comores».

Carte postale ancienne. "Guerre de 1914: nos chasseurs d'Afrique"

Carte postale ancienne. « Guerre de 1914: nos chasseurs d’Afrique »

L’explication est peut-être à trouver du côté de la culture et de la religion. Traditionnellement en effet, sur les sépultures musulmanes ne figurent aucun nom. Le souvenir s’éteint ainsi doucement lorsque disparaissent à leur tour ceux qui les ont connus.

Mayotte a oublié

Des monuments plus récents ont été érigés en Métropole rendant hommage aux troupes coloniales dont le rôle fut essentiel dans la victoire des Alliés. C’est le cas par exemple à Fréjus (mémorial de l’Armée noire) ou encore à Douaumont (monument à la mémoire des soldats musulmans morts à Verdun).
En 1952, le centenaire de la médaille militaire est aussi dignement fêté aux Comores où le bataillon somali n’a pas été oublié.

A Mayotte, Place de France à Dzaoudzi, il a fallu attendre les années 1930 pour qu’un monument aux morts soit érigé, un hommage «à tous les morts». Longtemps, la population est venue en masse, en particulier le 11 novembre participer aux célébrations. On prenait la barge et on marchait, parfois de très loin, vêtu d’une belle tenue. Et puis, cette habitude s’est perdue.

Pour nos arrières-grands pères

Cérémonie du 11 Novembre 2013 à Dzaoudzi. L'hommage du préfet et du président du Conseil général.

Cérémonie du 11 Novembre 2013 à Dzaoudzi. L’hommage du préfet et du président du Conseil général.

Aujourd’hui, ce sont les autorités politiques et institutionnelles qui forment l’essentiel des participants à ces cérémonies, comme le 11 novembre dernier. Il est en effet pas aisé de mobiliser pour venir se recueillir devant ces stèles. En 2014, il est si difficile d’imaginer ces jeunes hommes tombés, si loin en Europe, il y a si longtemps. Ce sont pourtant nos aïeux qui après avoir connu l’enfer, n’ont jamais pu trouver le réconfort d’un retour chez eux.

100 ans après le début du conflit, les cérémonies du souvenir vont se multiplier tout au long des mois et des années à venir. Dans notre département, peu de personnes connaissent et s’intéressent à l’Histoire. Mais à Mayotte comme ailleurs, nous devons tous participer à ce travail de mémoire, un souvenir simple que l’on doit à nos arrières-grands parents.
RR
Le Journal de Mayotte

LIRE AUSSI:
Episode 1/5 : Il y a 100 ans. Vivre à Mayotte, Province de la colonie de Madagascar
Episode 2/5 : La mobilisation des soldats et le départ pour l’Europe
Episode 3/5 : L’enfer sur le front
Episode 4/5 : La fin du conflit, le retour des soldats

Le Dossier «Mayotte et sa région dans la Grande Guerre» édité par le service éducatif des Archives départementales sous la responsabilité du conseil général de Mayotte est toujours proposé à la vente.

L’image du monument de Tananarive a été gracieusement mises à disposition par les Archives départementales de Mayotte (Tous droits réservés).

Le JDM remercie également l’historienne Isabelle Denis pour ses connaissances précieuses.

Tagged under , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
21:38 La gendarmerie débloque le dépôt Total de Longoni, 10 camions-citernes quittent les lieux
HIER Mise en place de la retraite complémentaire à Mayotte : partenaires sociaux et parlementaires au travail
HIER Bourse aux vêtements à Bandraboua: après la collecte, la revente le mardi 22 août
HIER Grève chez Total : le coordinateur national FO écrit à la direction du groupe
HIER Grève à Total : le MEDEF demande des mesures pour les entreprises au préfet
2 jours Grève à Total : toujours l’impasse
2 jours Une assemblée plénière du Conseil département lundi prochain
2 jours Le conflit Total entre dans sa 2e semaine : le point sur les arrêtés préfectoraux
2 jours Le Département défend le recrutement du directeur de la MDPH

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Peines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation du Collectif
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL