Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


La condamnation d’une femme jalouse

Publié le mercredi 22 avril 2015 à 11:10
Aucun commentaire

CARNET DE JUSTICE DU JDM. C’est une femme jalouse qui a été condamnée hier mardi par le tribunal correctionnel de Mamoudzou, jalouse au point de vouloir faire flamber la boulangerie de son ancien compagnon.

Salle des assises Code pénalIls ont vécu ensemble pendant 5 ans et ont eu deux enfants. Mais monsieur, malgré l’amour qu’il porte à la mère de ses deux enfants, a commencé à aller voir ailleurs avant de refaire sa vie avec une autre femme.

Ce 3 octobre 2013, alors qu’ils sont déjà séparés, la dernière dispute va prendre un tour particulièrement violent. Elle le menace avec un morceau de bois, il tente de la contenir en l’agrippant au poignet. Il faudra l’intervention de voisins pour la maîtriser. «Dès qu’elle devient méchante, je ne peux pas l’arrêter», explique l’homme à la barre. «Une fois, elle m’a mis une bouteille dans la figure».

Les enfants, enjeux de la violence

Ce jour-là, rien ne l’arrête. Alors que l’homme part déposer plainte, la femme se rend dans la boulangerie dans laquelle son ancien compagnon travaille dès trois heures du matin. Elle est armée de galets. «J’ai tout cassé parce que je le déteste», reconnaît-elle à la barre. La vitrine avec les viennoiseries comme les frigos avec les boissons fraiches, elle saccage le commerce.
Et pour aller au bout de sa jalousie irraisonnée, elle asperge l’intérieur de la boulangerie de pétrole, bien décidée à y mettre le feu.

Salle TGI Code pénalA la barre, elle dit les choses simplement : «Je n’ai pas pu me contrôler. C’est par haine que j’ai fait ça. Je ne veux plus qu’il vienne me demander des papiers pour les enfants. S’il veut les enfants, qu’il les prenne. Mais alors, je ne veux plus de nouvelles de mes enfants. S’il veut les gamins, il faut qu’il soit le père et la mère.»

Joël Garrigue, le procureur de la République, explose de colère. «Personne ne vous a demandé de vivre ensemble. Personne ne vous a demandé de faire des enfants. Que vous le vouliez ou non, vous êtes leur mère et toute votre vie, vous aurez des obligations !»

Une femme inflexible

L’homme, ému par cette situation, fond en larmes. La femme reste inflexible : «Je ne veux pas que mes enfants aillent chez sa nouvelle femme.»

«Monsieur vous a peut-être pardonné, mais moi, au nom de la société, je ne pardonne pas», tranche le procureur. Il demande 4 mois de prison avec sursis, mais le juge SoubeyranPorte de la salle d'audience du TGI de Mamoudzou va aller au-delà.

La femme est condamnée à 8 mois de prison avec sursis et 800 euros d’amende. «Ce que vous avez fait est extrêmement grave», conclut le magistrat qui rappelle à la femme l’obligation de s’occuper de ses enfants.
La suite de l’histoire se jouera vraisemblablement devant le juge des affaires familiales.
RR
Le Journal de Mayotte

Tagged under , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Votre agenda du week-end
HIER Nouvelle vague de violences ce vendredi matin au lycée de Kahani
HIER Mayotte se prépare à un exercice cyclonique la semaine prochaine
HIER Mayotte En marche avec les Outre-mer
2 jours Berguitta : scènes de dévastation à la Réunion
2 jours Coupure d’eau à Ouangani à la suite d’une casse
2 jours Et si vous deveniez animateur sportif ?
2 jours Air Austral compte sur une réouverture des aéroports de La Réunion ce vendredi
2 jours Hausse des prix de 0,2% en décembre

MAGAZINE
Rotary VIH
Le Rotary Club offre 1500€ pour la lutte contre le VIH à Mayotte. L’association nous a ouvert ses portes


CARNET DE JUSTICE
L’élection de Ramlati Ali annulée par le Conseil Constitutionnel
Dealers de bangué « c’était ça ou voler »
Quatre ans ferme pour le chef d’un réseau de kwassas
Deux grévistes de MayCo échappent de peu à la prison
Âgé de 24 ans, il a un bébé avec une collégienne de 12 ans
Une enquête ouverte suite au glissement de terrain fatal à Koungou
Victime de violences conjugales, elle menace de « tuer l’enfant » si son compagnon va en prison
« La paralysie du Tribunal de travail de Mayotte se confirme » pour le Medef Mayotte


PORTRAITS
Djibril Cissé 2
Djibril Cissé « Renvoyer l’ascenseur aux jeunes serait une bonne action »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL