Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Océan Indien


La fin du feuilleton du sportif comorien «disparu»

Publié le samedi 15 avril 2017 à 17:24
Aucun commentaire

Mouhamadi Daou Bacar a finalement été expulsé. Ainsi en a décidé le tribunal administratif de La Réunion, malgré l’intense mobilisation autour de son dossier.

Un sportif comorien rattrapé par la PAF

Mouhamadi Daou Bacar finalement expulsé

Mouhamadi Daou Bacar est donc reparti pour les Comores. Arrêté mardi à La Réunion puis transféré en centre de rétention administrative (CRA) de Mayotte, le sportif comorien a été au cœur de l’actualité de la semaine. Depuis août 2015 et sa participation aux Jeux des Îles, il n’avait pas regagné son île natale avec le reste de la délégation des Comores. Interpellé par les gendarmes sur un chantier de construction où il venait de commencer à travailler à Saint-Denis, Mouhamadi Daou Bacar a tenu La Réunion en haleine.

L’ultime épisode de la saga s’est donc joué hier au tribunal administratif de Saint-Denis, devant lequel il comparaissait en visioconférence depuis Mayotte.
«S’est-il fait remarquer en plongeant dans la délinquance? Non, il s’est fait remarquer par son coach car il courait tous les soirs à Champ-Fleuri (le stade de Saint-Denis). C’est un jeune de 22 ans doué qui est venu saisir sa chance à la Réunion», a tenté d’expliquer avec ferveur son avocat, Me Mihidoiri Ali. «Il s’est intégré dans un club où il a trouvé une nouvelle famille. Ils sont là aujourd’hui et depuis le début pour le soutenir».

Mercredi, alors qu’il avait été placé en rétention à l’Hôtel le Select, qui fait office de centre de rétention de la PAF réunionnaise, les agents de la Police aux frontières ont ordonné son transfert en catimini au centre de rétention de Mayotte.

Le préfet de La Réunion lui avait remis une coupe

«Il ne s’est jamais caché, il apparaissait dans la presse pour ses exploits sportifs. Le préfet (de La Réunion) ne pouvait pas l’ignorer car il lui a, lui-même, remis une coupe. Il est en situation irrégulière mais il n’est pas clandestin. Il a transmis une adresse, était-il nécessaire de le menotter et de le placer en rétention? Il aurait pu être assigné à résidence», a fait valoir l’avocat. Le conseil contestait principalement l’obligation de quitter le territoire français et l’interdiction de revenir pendant deux ans.

Le tribunal administratif de La Réunion

Le tribunal administratif de La Réunion

Le représentant du préfet a pointé l’absence de démarche initiée par le coureur en vue de régulariser sa situation. «Le fait qu’il pratique une activité sportive de haut niveau ne justifie pas sa situation. Il ne remplit pas les conditions pour prétendre à une carte de séjour et ne présente pas les ressources suffisantes».

Son entraîneur convoqué par la PAF

Le représentant du préfet de Mayotte a, lui, justifié la procédure et le transfert du sportif par les travaux en cours dans le centre de rétention de la PAF de la Réunion. «Il n’a aucune attache à la Réunion et l’adresse qu’il a fournie ne suffit pas à garantir sa représentation en justice. Il y a de sérieux risques de fuite».

Après délibéré, le tribunal a finalement confirmé l’obligation de quitter le territoire français (OQTF) mais a annulé l’interdiction d’y revenir. Me Ali entend néanmoins formuler une demande d’asile. «Je crains que s’il retourne aux Comores, il subisse les conséquences de son choix de rester à la Réunion après les Jeux des Îles».
L’entraîneur de son club, l’AC Entente du Nord Jean-Claude Cita, quant à lui, est convoqué mercredi prochain par les services de la PAF de La Réunion.

RR, le JDM
avec le JIR.

Tagged under , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
10:32 Entretien des routes: Mamoudzou a investi 5,7 M€ en 3 ans
9:10 Malgré l’absence de ramassage scolaire, le lycée du Nord est ouvert, rappelle son proviseur
4:30 Le collectif des citoyens de Mayotte s’associe à la grève du 20 février sur fond de guerre syndicale
4:15 Insubordination chez les policiers pour manque de moyens
3 jours Un appel à projet sur l’alimentation-nutrition-sport-santé : « Bien manger et bouger à Mayotte »
3 jours Changement d’adresse mail à la Caisse de Sécurité sociale
3 jours Hommage solennel aux militaires de la gendarmerie décédés dans l’exercice de leurs fonctions en 2017
3 jours Avec une nouvelle intersyndicale de l’Education, trois dates de mobilisation contre les violences
3 jours Kahani : Petite réunion pour une grande décision attendue ce vendredi

MAGAZINE
Le Cros est en charge de ce projet financé par l'Etat
Entre sport et santé : une évidence sur ordonnance


CARNET DE JUSTICE
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »
Devant les juges, il se touche le sexe et part en prison


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL