Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


La folie comme alibi

Publié le mercredi 31 mai 2017 à 16:55
Aucun commentaire

« J’entends des voix dans ma tête, et je vois des ennemis partout ». Difficile de juger du degré d’implication d’un individu qui ne paraît pas avoir toute sa raison. C’est pourtant ce que devait faire le tribunal ce mercredi, en entendant M.O. par visioconférence, pour violences sur un policier au cours d’une tentative d’évasion.

La salle d'audience du tribunal de Mamoudzou

La salle d’audience du tribunal de Mamoudzou

A peine l’énoncé des faits : tentative d’évasion alors qu’il était hospitalisé, M.O., détenu au Centre pénitentiaire du Port à La Réunion, veut faire une déclaration. Ce 2 janvier 2017, il entend des voix, « des voix qui me dérangeaient dans ma tête, qui me disaient de tout casser. A l’hôpital, je voyais des ennemis partout, je voulais m’échapper, j’ai demandé d’aller faire pipi, et, quand j’ai essayé de m’enfuir, le policier qui m’accompagnait m’a bloqué, je lui ai demandé de me laisser partir, c’est pour ça qu’on s’est bagarré. »

Dans la lutte au corps à corps qui se termine au sol, le policier est blessé, mais parvient à lui remettre ses menottes. Il lui sera délivré une incapacité temporaire de travail de 15 jours. Les médecins, alertés, n’arriveront qu’à la fin de l’incident. Dans la lutte, le policier indique que M.O. a cherché à se saisir de son arme de service.

« A l’hôpital, on m’empoissonnait »

Les écrans couperet de la salle d'audience

Les écrans de la salle d’audience fonctionnels

« A l’hôpital, on me faisait du mal, on m’empoissonnait », se justifie le détenu pour expliquer sa fuite. Car les faits sont graves : non seulement il est en récidive d’une première tentative d’évasion le 9 avril 2012, mais il est déjà passé par les Assises. Il a été condamné à 10 ans de prison pour tentative de viol et viol sur mineur de 15 ans.

Lors de l’audience, tous les éléments ne sont pas fournis, on ne sait pas s’il est soigné, ni si une expertise psychiatrique a été pratiquée, alors que, comme le fait remarquer le procureur Camille Miansoni, « lors de la condamnation criminelle, une expertise psychiatrique a forcément été demandée. » La question centrale est de déterminer, sans expertise, quelle est sa responsabilité du point de vue psychiatrique. Le procureur va démontrer qu’il est accessible à la sanction pénale, en se basant sur des cas comparables.

Un stratagèmeCode pénal

« La plupart des gens qui entendent des voix, agissent immédiatement en fonction de ce que leur dictent les voix. Lui, élabore un stratagème. Il invoque un besoin d’aller aux toilettes, pour qu’on le désentrave des menottes, puis il essaie de convaincre le policier de le laisser partir. S’il a de toute évidence des problèmes médicaux, on peut considérer que l’évasion est caractérisée, d’autant que son statut pénal fait apparaître un état de récidive et des faits graves. »

Il fera remarquer que le prévenu n’est actuellement pas détenu dans un établissement spécialisé à La Réunion. « Je pense qu’il connaît la logique judiciaire, et qu’en dépit de ses problèmes, il sait ce qu’il faut mettre en avant au cours d’une audience. »

Le tribunal était sur la même longueur d’onde puisqu’il condamnera M.O. aux peines demandées dans le réquisitoire : 6 mois de prison pour les faits de violence sur une personne dépositaire de l’autorité publique, et 3 mois pour la tentative d’évasion en récidive.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Assises des Outre-mer : 5 réunions publiques
HIER Coupure d’eau en Petite Terre et à Chirongui cette semaine
HIER Rencontre franco-comorienne : réunion préparatoire vendredi dernier
HIER Les communes habilitées à mener des opérations de 1er numérotage
HIER Mayco: poursuite de la grève « sous une autre forme »
4 jours Le parcours toujours piégé des trottoirs et caniveaux de Mamoudzou
4 jours Conférence sur la flore de Mayotte pour les 10 ans du Conservatoire Botanique National des Mascarins
4 jours 1er Salon des cocos et bacocos le 4 janvier
4 jours La FSU et l’UNEF majoritaires à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation Réunion-Mayotte

MAGAZINE
Gandhi
Initiation à la non-violence au CUFR


CARNET DE JUSTICE
Kwassas : 40 affaires pénales prennent un tour diplomatique
Affaire de kwassa : tous les détenus remis en liberté dans l’attente du procès
« Dysfonctionnements » dans une affaire de kwassa
Entre décasages et solidarité active, le « paradoxe Bouéni »
Perquisition à la mairie de Mamoudzou
Fausses procurations, les trois condamnés font appel
Une fillette martyrisée chez sa tante
14 000€ détournés d’une association de parents d’élèves


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL