Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Santé


La peste tue de nouveau à Madagascar

Publié le vendredi 6 octobre 2017 à 12:14
Aucun commentaire

Deux formes de la peste sévissent actuellement à Madagascar, où l'épidémie va bien au delà des cas isolés recensés habituellement à cette période de l'année. 30 décès sont déjà recensés, et la riposte s'organise.

Le centre de Tananarive

Le centre de Tananarive

L’épidémie de peste prend de l’ampleur chez nos voisins malgaches. Démarrée début août, les premiers cas ont été officiellement signalés le 11 septembre. Ce 5 octobre, 30 décès ont été recensés.  La rentrée scolaire a été reportée le temps de désinfecter les écoles, et les gares routières sont sous surveillance. Des campagnes de nettoyage des déchets dans la capitale Tananarive sont aussi en cours. Mais le gouvernement est d’ors et déjà pointé du doigt pour la lenteur de sa  réaction face à la menace qui, pour l’instant, frappe essentiellement la capitale et la ville de Tamatave dans l’est, où la peste pulmonaire, particulièrement dangereuse et contagieuse, a été décelée en septembre.

Mercredi, le ministère de la santé malgache comptait en tout 169 cas et estimait que la propagation était maîtrisée, promettant de lutter contre…  » les rumeurs alarmistes » et de « sévir contre ce phénomène » rapporte le Quotidien de la Réunion. Un internaute ayant gonflé le nombre de morts sur sa page Facebook a d’ailleurs été interpellé par les autorités.

Rassurant il y a encore une semaine sur le sujet, le premier ministre a changé de ton cette semaine, estimant qu’il était désormais « difficile de parler de maîtrise » de l’épidémie de peste. Un euphémisme alors que mardi, l’OMS évoquait un « risque élevé de propagation au niveau national ». L’inquiétude se propage elle-aussi, et les pharmaciens sont pris d’assaut. Des traitements préventifs et des masques se trouvent même au marché noir.

300 000 dollars ont été débloqués par l’Organisation mondiale de la santé pour endiguer l’épidémie rapporte Le Monde. « L’OMS est préoccupée par le fait que la peste se répande car elle est déjà présente dans plusieurs villes et c’est seulement le début de la saison épidémique » explique un porte-parole de l’organisation. Toutefois, l’OMS écarte pour l’heure tout risque de propagation à l’international.

« Faible probabilité pour les touristes de contracter la peste »

De son côté, le Ministère des affaires étrangères ne déconseille pas pour autant de se rendre sur la Grande Île, mais émet des recommandations.

« Une épidémie de peste sous ses formes bubonique et pulmonaire sévit et se développe actuellement à Madagascar. Les autorités nationales, en liaison avec l’OMS, organisent la riposte. Il convient d’observer strictement les mesures de prévention et de rester très vigilant sur les signes cliniques de la maladie, et de consulter sans délai un médecin dès l’apparition de signes évocateurs.

Les symptômes généralement observés sont proches d’un syndrome grippal :

• Pour la peste bubonique : forte fièvre, inflammation de ganglion avec tension douloureuse des tissus (le ‘bubon’), altération importante de l’état général
• Pour la peste pulmonaire : fièvre, toux avec crachats rosés ou striés de sang, détresse respiratoire, douleurs et diarrhée possibles, dégradation rapide (<48h) de l’état respiratoire
Compte tenu de la faible probabilité pour les touristes de contracter la peste, il n’y a pas de mesure de prévention systématique hormis pour les personnes devant séjourner dans les lieux insalubres et/ou chez l’habitant dans des villages isolés des hauts plateaux. Il faut éviter tout contact avec des sujets malades et avec des rongeurs, vivants ou morts, et se protéger des piqûres de puces par des répulsifs cutanés « 

Aucun cas de propagation dans l’histoire de Madagascar

L’ARS Océan Indien se veut elle-aussi rassurante. « On est dans une situation à comparer aux situations antérieures, avec 400 personnes touchées en moyenne », explique le docteur FRançois CHièze, directeur de la veille et de la sécurité sanitaire qui constate toutefois « une poussée plus forte cette année, avec une forme pulmonaire plus prédominante que les autres années. » Mais pour le médecin, les chiffres sont aussi à mettre en relation avec une meilleure transparence des autorités malgaches.
Pour lui, peu de risque que la maladie se propage. « Il n’y a aucun cas de propagation vers la Réunion, Mayotte ou la métropole, le dernier cas de peste était en Corse en 1945 et n’avait rien à voir avec Madagascar ».
En cause, les propriétés même de la maladie. Celle-ci se déclare en quelques heures, maximum trois jours, et n’est contagieuse qu’une fois les symptômes déclarés. Pour la forme pulmonaire, seule transmissible d’homme à homme « les symptômes sont bruyants, et invalidants ». Presque impossible donc pour un malade de rejoindre un moyen de transport sans être identifié comme porteur de la maladie, et encore moins d’arriver à destination sans montrer de symptômes. En outre, « l’OMS a versé beaucoup d’argent aux autorités pour créer des dispensaires sur tout le territoire », les antibiotiques à large spectre, efficaces, sont disponibles gratuitement, donc un malade n’a aucune raison de tenter une traversée en Kwassa sanitaire. « La durée de la traversée ne permettrait pas d’arriver indemne » appuie le médecin.
Enfin, les zones touchées, essentiellement les hauts plateaux et endroits insalubres sont peu fréquentés par les touristes. Le risque d’être exposé à la Peste en se rendant à Madagascar pour des vacances est quasi nul. « La peste est rare sur le bord de mer ».
Pour autant, l’ARS se dit vigilante et informe en permanence les autorités réunionnaises et mahoraises pour identifier un éventuel malade qui arriverait sur le territoire.
Le décès d’un entraîneur de la COI a ramené cette maladie « historiquement impressionnante » sur le devant de la scène médiatique. Les joueurs de retour à Mayotte ont vu un médecin à Madagascar et à Mayotte et vont tous bien.

Y.D.

Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
4:45 Grève illimitée au port de Longoni ce lundi
4:30 La réanimation pédiatrique abordée au CHM ce lundi et mardi
2 jours Labattoir pleure la chatouilleuse Feda Attoumani, décédée dans la nuit
3 jours Coupures d’eau cette nuit à Mandzarisoa et Cavani
3 jours Mamoudzou, aidez à choisir le logo des futurs bus
4 jours Perturbation de la distribution d’eau à Kahani ce jeudi
4 jours Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
4 jours Journée de la trottinette le 24 octobre
4 jours La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Cavani : Prison ferme après une vengeance extra judiciaire
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL