Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Océan Indien


Le bilan s’alourdit à Madagascar après le passage d’Enawo

Publié le jeudi 9 mars 2017 à 14:42
Aucun commentaire

Six morts, des villes côtières détruites, des crues massives, une partie du pays sans électricité… Le bilan du passage d’Enawo sur le nord-est de Madagascar n’est encore que provisoire mais déjà très lourd.

E L'express de MadagascarUn conseil du gouvernement malgache de crise s’est tenu ce jeudi matin à Tananarive après le passage de l’ex-cyclone Enawo sur une grande partie du pays. Le gouvernement réitère ses appels au calme et envisage de déclarer l’état d’urgence alors que les bilans provisoires permettent de prendre la mesure de l’état de catastrophe dans lequel se trouvent de nombreuses régions.

Le denier bilan humain connu fait état de six morts dont 3 enfants emportés par les eaux et un jeune homme enseveli la nuit dernière par un éboulement. Le nombre de sinistrés ne cesse d’augmenter. Il est déjà de 12.320 dont 900 dans les bas-quartiers de la capitale Antananarivo pourtant impactée bien moins sévèrement que les régions du nord-est.

Les équipes du bureau malgache de gestion des catastrophes devaient survoler les districts isolés après le passage du cyclone alors que, peu à peu, la liste des dégâts s’allonge. La ville côtière d’Antalaha, la première impactée par Enawo avec des vents à 290km/h, est détruite à 100%, selon la presse malgache. Les habitations, les bureaux de l’administration et les champs ont été complètement ravagés. Sur plusieurs kilomètres, les habitants indiquent que la côte est jonchée de bois et d’animaux morts.

Des crues massives

Dans toutes les régions touchées, y compris celle de la capitale, les crues sont massives, des portions de routes emportées, des ponts abîmés, des retenues et barrages fragilisés. Les médias malgaches indiquent que le niveau de certaines rivières est monté de plus de 2 mètres durant les dernières 24 heures.
Sur l’île de Sainte-Marie, cette montée des eaux qui se poursuivait ce jeudi matin s’ajoutait aux destructions de maisons et aux arbres arrachées qui barrent les routes empêchant toute circulation.

E Midi Mada 9 3 17

Des milliers de sinistrés à prendre en charge

Dans la plupart de ces zones, l’électricité est coupée, y compris à Diego Suarez depuis mardi après-midi, pour cause de destruction du réseau ou de perturbations de l’approvisionnement en carburant des centrales et de problèmes sur les barrages causés par des déchets apportés par les eaux. Hier mercredi soir, les équipes de l’opérateur Orange travaillaient pour rétablir progressivement les accès à internet eux aussi impactés et permettre aux habitants de communiquer et d’envoyer des nouvelles.
Le transport aérien est encore en grande partie paralysé.

Tensions sur les prix

A Nosy Be, pourtant à l’écart des pires effets du cyclone, des pluies diluviennes ont provoqué la crue des rivières et des lacs. Ici aussi, on ne compte plus les arbres arrachés, le réseau électrique est endommagé, certaines plages érodées par une mer déchaînée.

Dans les commerces, les prix de certains produits, dont ceux de première nécessité comme le riz,
commençaient déjà à flamber ce jeudi dans de nombreuses villes comme par exemple sur l’île de Nosy Be.

Sur Facebook, des photos et des vidéos du passage d'Enawo

Sur Facebook, des photos et des vidéos du passage d’Enawo sur Madagascar

Chaque ministère a commencé à faire ses comptes. Celui de l’Education nationale malgache recense 65 salles de classes détruites, 50 autres très endommagées, 54 «décoiffées», deux écoles totalement ravagées et 11 inondées. Logiquement, la rentrée des universités prévue ce vendredi est reportée.

Ne pas baisser les bras

Le Premier ministre s’est rendu dans un centre d’accueil pour soutenir les sinistrés. Il a affirmé que le plan catastrophe mis en place l’an dernier et les différents exercices de simulation effectués aident l’organisation et les équipes sur le terrain. Des matériels de premiers secours, des produits alimentaires, des tentes et des vedettes rapides avaient été prépositionnés dans les districts à risque de passage de cyclone, a-t-il indiqué. Plus de 500 volontaires de la Croix-Rouge sont également mobilisés dans toute l’île pour venir en aide aux sinistrés. Le Président de l’Assemblée nationale a adressé un message de soutien aux habitants leur demandant de ne pas baisser les bras.

Déjà, une mobilisation internationale se met en place. 70 pompiers réunionnais devraient être déployés à Madagascar dans les prochains jours et 4 tonnes de matériels sont prêts à partir. «L’Union Européenne est prête à aider», a fait savoir le commissaire européen à l’aide humanitaire et à la réaction aux crises, Chrístos Stylianídis.

Ce jeudi matin, les régions du nord-est sont passées en alerte bleue «post-passage cyclonique». Ceest également le cas de la capitale. La plaine d’Antananarivo reste en revanche en alerte rouge inondation, les eaux continuant à monter pendant au moins les prochaines 12 heures.

Le système Enawo poursuit sa descente vers le sud de Madagascar et continue de s’affaiblir. Il est désormais accompagné d’un vent moyen de 40 à 45km/h, et de rafales de 50 à 60km/h. De fortes pluies étaient encore enregistrées ce matin dans les zones éloignées du centre.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
19:27 Grève Total : les négociations ont abouti (Actualisation 19h32)
12:17 Grève Total : le point sur les événements et les discussions au 13e jour du mouvement (Actualisation 14 heures)
5:06 Des baptêmes de voile pour la journée portes-ouvertes à l’école de voile de Petite Terre
4:00 Interruption de la distribution d’eau potable dans certains quartiers de Sada ce jeudi
HIER Grève Total : encore quelques points chauds avant une réunion de conciliation ce mercredi à 9 heures
HIER Festival Milatsika 2017 : les têtes d’affiche
HIER Le 1er salon des cocos et bacocos de Mayotte retardé
HIER Circulation alternée et déviation: des travaux sur la nationale à Mtsamboro
HIER Grève Total: le MEDEF Mayotte demande la réunion en urgence de la Commission de conciliation des conflits

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Peines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation du Collectif
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
26°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL