Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


Le coup de colère d’une avocate: policiers et délinquants sont-ils égaux devant la justice?

Publié le mercredi 19 avril 2017 à 5:30
Aucun commentaire

Parce que les tirs à balle réelle sont exceptionnels à Mayotte, malgré le contexte d’intervention souvent difficile des forces de l’ordre, ils font la une de l’actualité. C’était le cas en juin 2014 et une plainte après ces événements n’a toujours pas été instruite. Me Marjane Ghaem, habituée des dossiers délicats, craint que la justice ne passe pas.

Le tribunal de grande instance de Mamoudzou

Le tribunal de grande instance de Mamoudzou

L’affaire avait fait grand bruit au milieu de l’année 2014. Un policier de la brigade anti-criminalité (BAC) avait tiré à balle réelle sur des voleurs au magasin Musada. Ce 11 juin 2014, aux environs de 23 heures, le vigile de la Musada est alerté par le déclenchement de l’alarme. Logiquement, il appelle la police. Pas de chance pour les voleurs, une patrouille de la BAC est dans les environs et arrive rapidement sur les lieux. Les voleurs sont littéralement pris la main dans le sac alors qu’ils tentent de subtiliser des tuyaux. Les trois jeunes complices sont poursuivis par les policiers, l’un d’entre eux est attrapé par un des fonctionnaires.

Mais le voleur ne se laisse pas faire et assène un coup de poing au policier, tout en appelant ses acolytes à venir le «massacrer» car «il est tout seul». Ce n’est évidemment pas le cas, un autre policier est présent à proximité et décide de faire usage de son arme. Il tire à balle réelle.

La balle touche un des jeunes voleurs, à deux centimètres du cœur, noteront les experts, tandis que ses complices prennent la fuite.
Le jeune est attrapé un peu plus loin, en sang, et transféré au CHM. Sous anesthésie générale, on lui a extrait la balle, il a quatre impacts sur sa poitrine et son bras. L’incapacité totale de travail est estimée à 20 jours. Au CHM, son avocate indique qu’il manifeste le souhait de déposer plainte contre les officiers de police: «Je ne méritais pas de me faire tirer dessus», déclarait-il alors.

Le voleur-agresseur condamné

Mais le jeune homme est un dur à cuire… Il parvient à s’enfuir de l’hôpital. Rattrapé une nouvelle fois un mois plus tard pour d’autres faits de cambriolage, il est alors jugé en comparution immédiate et condamné à deux ans de prison dont un ferme.

(Image d'archives)

(Image d’archives)

Un volet des événements de la tentative de vol de la Musada passe une première fois en justice quelques mois plus tard, en janvier 2015. Le jeune est jugé pour les violences commises ce soir-là contre les policiers. Très logiquement, il écope d’un an de prison ferme et est placé sous mandat de dépôt. Il doit indemniser les policiers à hauteur de 1.000 euros de dommages et intérêts pour chacun d’eux.

«Et depuis rien…»

Mais une autre partie de l’affaire aurait dû se retrouver devant le tribunal, celle des tirs de policiers. Depuis son lit d’hôpital, sur les conseils de son avocate, Me Marjane Ghaem, le jeune a déposé plainte avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges d’instruction contre l’officier de police pour des faits de violences ayant entraîné une ITT supérieure à 8 jours (voire une infirmité permanente), puis une deuxième le 24 février 2015. «Et depuis rien…» s’étonne Me Ghaem. Mais la plainte n’a jamais été instruite.

«Au mois de novembre 2015, j’ai pris attache avec le doyen des juges d’instruction qui m’informait avoir transmis dès réception ma plainte au Parquet qui n’avait pas encore désigné de cabinet d’instruction pour examiner la plainte».
L’avocate, va ensuite solliciter le procureur de la République de Mamoudzou en novembre 2015, et après plusieurs relances, elle comprend qu’un juge d’instruction a été désigné pour instruire le dossier.

L’avocate «choquée»

«A ce jour, près de deux ans après le dépôt de sa plainte avec constitution de partie civile, mon client n’a toujours pas été convoqué et entendu dans le cadre de cette procédure», constate Me Ghaem. Le dossier a-t-il été transféré, la juge d’instruction a-t-elle demandé à être dessaisie du dossier? Impossible de savoir.

TGI_justice_tribunal_mamoudzou«J’ai la nette impression que l’on tente par tout moyen de faire disparaître ce dossier», dénonce l’avocate, «ce qui est encore plus choquant lorsque l’on sait que la plainte déposée par les mêmes policiers à l’encontre de mon client a été examinée avec une célérité exemplaire puisqu’il a été jugé dès le mois de janvier 2015 et a passé quelques mois en prison pour tentative de vol et violences à l’encontre de personnes dépositaires de l’autorité publique.»

Le traitement du dossier

Pour l’avocate, «beaucoup de zones d’ombres» demeurent autour du déroulement des événements et elle s’interroge sur «la notion extensive de légitime défense pour des policiers qui ont indiqué avoir fait usage de leur arme pour riposter contre des jets de pierres qui ne seront jamais retrouvés», affirme-t-elle, expliquant être «en colère contre la façon de ne pas traiter ce dossier».

La justice passera-t-elle? L’avocate l’espère, pour que la lumière soit faite sur l’emploi des armes fait ce soir-là. A Mayotte, malgré le contexte d’intervention souvent très difficile des forces de l’ordre, les tirs à balles réelles restent tout à fait exceptionnels. La justice comme la police auraient tout à gagner à clarifier les événements de ce mois de juin 2014, en menant les investigations à leur terme. « Je vois mal quel message on envoie en effet aux jeunes de Kawéni avec une justice à deux vitesses », conclut l’avocate.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
10:32 Entretien des routes: Mamoudzou a investi 5,7 M€ en 3 ans
9:10 Malgré l’absence de ramassage scolaire, le lycée du Nord est ouvert, rappelle son proviseur
4:30 Le collectif des citoyens de Mayotte s’associe à la grève du 20 février sur fond de guerre syndicale
4:15 Insubordination chez les policiers pour manque de moyens
3 jours Un appel à projet sur l’alimentation-nutrition-sport-santé : « Bien manger et bouger à Mayotte »
3 jours Changement d’adresse mail à la Caisse de Sécurité sociale
3 jours Hommage solennel aux militaires de la gendarmerie décédés dans l’exercice de leurs fonctions en 2017
3 jours Avec une nouvelle intersyndicale de l’Education, trois dates de mobilisation contre les violences
3 jours Kahani : Petite réunion pour une grande décision attendue ce vendredi

MAGAZINE
Le Cros est en charge de ce projet financé par l'Etat
Entre sport et santé : une évidence sur ordonnance


CARNET DE JUSTICE
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »
Devant les juges, il se touche le sexe et part en prison


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL