Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Education


Le Département envisage des bourses ciblées pour orienter les étudiants vers les filières porteuses

Publié le mercredi 9 août 2017 à 17:33
Aucun commentaire

C’était la 3e édition de la Journée du Savoir à Tsingoni ce mercredi. Étudiants, parents, enfants… chacun a pu participer aux débats et discussions. On a ainsi appris que le Département pense à proposer des bourses pour valoriser les filières porteuses d’emploi et de développement.

Les participants à la journée du Savoir attentifs durant la première conférence

Les participants à la journée du Savoir attentifs durant la première conférence

Ce mercredi 9 août, durant toute l’après-midi, la petite équipe organisatrice de la Journée du Savoir, composée principalement de jeunes étudiants originaires de Tsingoni, a fait preuve d’un professionnalisme maîtrisée de A à Z. Pour cette troisième édition, le public était encore une fois au rendez-vous. Cette journée qui s’impose petit à petit comme un événement phare a su rassembler des personnes de tout âge et de tout horizon afin de sensibiliser à la réussite des étudiants et aux enjeux concernant le développement économique de Mayotte.

Cette journée de rencontres était centrée autour de «la diffusion du savoir, ainsi que la promotion et de l’innovation à Mayotte» avec des discussions, débats et réflexions. Des étudiants sont venus partager leurs expériences personnelles et leurs objectifs en rentrant sur Mayotte, des primo-partants se sont confiés sur les doutes de la vie en métropole, des parents ont discuté sur l’impact d’un mauvais accompagnement familial des jeunes étudiants… Plus qu’une simple journée axée sur l’innovation et la recherche, il s’agissait là d’une véritable opération de sensibilisation envers la jeunesse mahoraise.

Après les intervenants, les participants lancent le débat

Après les intervenants, les participants lancent le débat

La journée a commencé par une conférence-débat sur le sujet de «l’adéquation entre le parcours scolaire et le monde économique à Mayotte». Animée par Nabilou Ali Bacar, le directeur du Conseil Économique, Social et Environnemental de Mayotte (CESEM), elle a fait apparaître deux manquements fondamentaux qui bloquent le développement de Mayotte : une réelle stratégie d’investissement dans les secteurs «porteurs d’avenir» et une réelle stratégie éducative «de ciblage des besoins en terme d’emploi».

Favoriser les filières d’excellence

Un membre de la DPSU a ensuite pris la parole. Il a expliqué que la priorisation des besoins en termes d’emploi était en cours, notamment à travers la nouvelle politique qu’adoptera le conseil départemental dans l’attribution des compléments de bourse.

En effet, la COBA (Commission d’Octroi des Bourses) travaille actuellement sur une révision de son règlement et de sa stratégie globale. Le budget annuel de l’instance «varie entre 12 et 14 millions d’euro» et ne baissera pas. Pour autant, compte tenu de la structure de la pyramide des âges à Mayotte, il est évident que le nombre de demandeurs devrait aller crescendo. Il faudra donc «financer mieux pour avoir de meilleurs résultats». Ainsi, certains étudiants se verront favoriser en fonction de leurs filières d’enseignement.

Des secteurs qui recrutent et des talents cachés

Un membre de la DPSU répond aux questions concernant la priorisation des bourses

Un membre de la DPSU répond aux questions concernant la priorisation des bourses

Dans cette politique de priorisation, trois groupes de filières ont été dégagés. À partir de la rentrée 2018, les étudiants en médecine (et filières assimilées), classes préparatoires et grandes écoles se verront aider davantage que les autres filières car ils appartiendront aux secteurs «qui forment les travailleurs dont le territoire a besoin. Il nous faut des cadres diplômés, innovants mais également des médecins, sages-femmes, infirmières… »

Le second groupe d’étudiants sera alors «celui des filières courtes de BTS et DUT, parce que nous savons que les étudiants mahorais y sont mieux encadrés et réussissent plus facilement». Le troisième groupe rassemblera ensuite les certaines filières des facultés.

Pour le développement de Mayotte

Après plusieurs questions ciblant le côté « injuste » de cette séparation, l’agent de la DPSU précisa « il ne s’agit pas d’abandonner certains étudiants. Ils toucheront tous les compléments de bourse. Il s’agit simplement de financer plus ou mieux certaines filières très couteuses pour que nos talents ne soient pas stoppés par des problèmes financiers».

Pousser les étudiants à se lancer dans les filières de haut niveau, encourager les jeunes entrepreneurs innovateurs, redonner confiance à la jeunesse porteuse d’idées neuves et modernes… cette journée s’est achevée sous le signe de l’espoir car «la jeunesse d’aujourd’hui fera le développement de demain», expliquait la mère d’un étudiant en médecine.

Ludivine Ali
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
5:05 Rythmes scolaires : quelle réponse apporter à la fermeture des écoles de Labattoir ?
4:30 Formation « Savoir fédérer une équipe » à la CCI
HIER Manifestation visas : Mansour Kamardine demande l’abandon immédiat de la feuille de route
HIER Coupure d’eau potable à Acoua et Dembéni
HIER Les « Rendez-vous santé » de la MSA pour les agriculteurs
HIER Inscriptions au lycée de la seconde chance au nord de l’île
HIER Les grévistes dénoncent des SMS de harcèlement du Conseil Départemental
2 jours Les restrictions d’eau maintenues sur tout le département
4 jours 6 ménages sur 10 recensés : face aux « rebelles », l’INSEE communique

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Détention provisoire pour le jeune auteur des coups de couteau à Bandrélé
Un trafic de drogue évité par une maman vigilante
M’tsangamouji : la justice privée d’explications après les violences au collège
L’agent de sûreté de l’aéroport aidait des clandestins à passer
Le pêcheur aux 17 enfants devra passer son permis côtier
De la chimique « devant le commissariat et à Majicavo »
Le tribunal voit trop gros et relâche le passeur
Polygamie : elle arrache l’oreille de sa rivale avec les dents


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
26°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL