Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Assemblée nationale


Le député Kamardine déterminé pour la marche de Mayotte vers le droit commun «plein et entier»

Publié le jeudi 20 juillet 2017 à 5:30
Aucun commentaire

Mansour Kamardine n’avait cessé d’alerter Paris sur la situation économique et sociale à Mayotte. Devenu député, il continue ce travail et obtient un amendement pour que Mayotte soit intégrée dans les ordonnances sur le dialogue social.

Mansour Kamardine le 6 juillet à Mayotte

Mansour Kamardine le 6 juillet à Mayotte

«On est assis sur un chaudron». Comme il avait déjà eu l’occasion de le faire, le député Mansour Kamardine (LR) continue d’utiliser les médias pour que les autorités parisiennes prennent conscience des enjeux mahorais. Dans une interview accordée au Figaro en janvier 2016, il appelait l’Etat à un sursaut. Le titre choisi par le quotidien à l’époque évoquant une île «au bord de la guerre civile» avait fait très largement réagir.

Cette fois-ci, c’est via un entretien à l’AFP que le député élu avec plus de 64% des suffrages le 18 juin dernier prévient le gouvernement: «Nous allons vers de graves troubles, il ne faut pas sous-estimer la colère des Mahorais». Il demande au gouvernement «un signal fort: empêcher les kwassas de venir» et faire ainsi baisser la pression migratoire alors que selon lui, «52% de la population mahoraise est clandestine, et 8 naissances sur 10 sont des naissances de clandestins».

«Peut-on m’expliquer comment une puissance maritime comme la France n’a pas les moyens de contrôler un bras de mer de 70 km?», insiste-t-il, reprenant une interrogation ancienne à laquelle l’Etat n’a jamais su répondre.

La nécessaire coopération avec les Comores

Pour le député, «personne ne supporterait dans l’Hexagone ce qu’on vit là-bas», expliquant ainsi l’épisode des «décasages» de 2016: «Dans l’esprit des Mahorais, ou l’Etat fait le job, ou ils le font à sa place.»

Le député de Mayotte Mansour Kamardine lors du vote pour la présidence de l'Assemblée nationale le 27 juin 2017 (Archives JDM)

Le député de Mayotte Mansour Kamardine lors du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale le 27 juin 2017 (Archives JDM)

Alors que les propositions du candidat Emmanuel Macron avaient fait bondir une partie de la population, Mansour Kamardine évoque à son tour une nécessaire «coopération bilatérale» avec les Comores, pour améliorer les conditions de la population comorienne et ainsi tenter de limiter les flux migratoires illégaux. «On dépense 60 millions par an pour lutter contre l’immigration clandestine, on pourrait mobiliser une partie de cette somme au service du développement des Comores. Je sais que la France a les moyens d’imposer cette coopération», assure-t-il.

A nos confrères de l’AFP, il explique donc qu’il est à Paris «pour alerter sur la situation à Mayotte» et pas seulement dans les médias. Il indique avoir commencé à faire le tour des ministères et cabinets pour plaider la cause mahoraise. Et pour y parvenir, il sait se démarquer. Ainsi, il fut le seul député du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale à voter la confiance au gouvernement d’Edouard Philippe.

Un député entendu

Il sait aussi manier les outils parlementaires pour intégrer Mayotte dans les grandes discussions entamées au parlement.
Ainsi, alors que le 2ème projet de loi de la législature visait à permettre au gouvernement de prendre des ordonnances pour le renforcement du dialogue social, le texte ne prévoyait pas une application de ces dispositions à Mayotte.

Mansour Kamardine, au micro

Mansour Kamardine, compte plaider la cause mahoraise durant tout son mandat

Ce projet de loi est important car il s’agit de modifier en profondeur de nombreuses dispositions du droit du travail. «Or, d’une part, les Mahorais veulent être traités comme l’ensemble de leurs compatriotes, et d’autre part, ils veulent inscrire Mayotte dans le chemin du développement économique et de l’emploi», explique le député qui a donc proposé au gouvernement d’étendre le périmètre de cette texte à notre département. Après avoir défendu sa position en séance publique, le député s’est réjoui de voir le gouvernement déposer un amendement en ce sens.

«L’Assemblée Nationale a adopté cet amendement avec une large majorité. Je me félicite donc d’avoir été entendu par le gouvernement et par mes collègues. Il demeurait 3 domaines où le droit commun ne s’appliquait pas à Mayotte. Avec l’adoption de l’amendement de ce jour, au 1erjanvier 2018, il n’en restera que 2 sur lesquels porteront mes efforts prochainement : la protection et l’action sociale, les finances locales.»

Le gouvernement est donc prévenu. Il aura face à lui un interlocuteur déterminé à poursuivre la marche de Mayotte «vers le droit commun plein et entier».

www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
17:48 Annonce d’une mission d’étude de faisabilité sur le placement de l’hôpital en zone internationale
15:52 Plusieurs points de blocage à Mamoudzou suite à des échauffourées
14:53 Koungou ; travaux prévus au rond-point de Majicavo Lamir
14:51 Mamoudzou : travaux à Doujani à partir de lundi
11:39 Des manifestants bloquent la barge et l’amphidrome
HIER La manif des transporteurs scolaires converge vers Mamoudzou
HIER Grève de l’intersyndicale de l’Education ce jeudi : UNSA rejoint la FSU
HIER La France Insoumise : des mesures pour la jeunesse de Mayotte
HIER Le patrouilleur Le Malin intercepte un palangrier en infraction de pêche

MAGAZINE
Les bénévoles décidés à s'investir pour leurs quartiers respectifs
Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile


CARNET DE JUSTICE
Koungou : torturé et pendu pour une télé volée
Le président du tribunal salue « des résultats satisfaisants »
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL