Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Education


L’école en état de catastrophe

Publié le mercredi 11 janvier 2017 à 5:30
Aucun commentaire

Trois jours après la rentrée scolaire, un constat et un seul mot s’imposent: catastrophe. Grève, vandalisme à répétition, manque d’anticipation face à la crise de l’eau… Tout ceci se rajoutant aux conditions déjà délicates dans de nombreux établissements et pour l’éducation en général à Mayotte. Les syndicats et les maires face à la crise. Le gouvernement silencieux.

cadenas-portail-ecoleC’est une liste digne des sept plaies d’Egypte qui semble accabler la rentrée scolaire que connait Mayotte en ce début janvier. Les crises se rajoutent aux grèves, les incivilités aux robinets sans eau courante, la sous-dotation en personnel aux conditions matérielles parfois inacceptables… le tout dans une cacophonie locale et un grand silence parisien.

Les syndicats sont comme l’ensemble de la population, stupéfaits face à une telle avalanche de désordres, qu’ils dénoncent chacun à leur façon.

Commençons par la grève dans le 1er degré. Face à un mouvement social exceptionnellement long, le gouvernement ne consent toujours pas à reconnaître les carrières de fonctionnaires pourtant effectuées au service de l’éducation mais sous un régime et dans un cadre bien différent de celui de la fonction publique actuelle. Sans explication sur ce que coûterait à la Nation la reconstitution de ces parcours professionnels atypiques, le gouvernement prend le risque d’entretenir une rancœur et un profond sentiment d’injustice. Il se traduisait jusqu’à présent par des blocages d’écoles. Nous en sommes maintenant à des actes de dégradations pour empêcher leur ouverture. A Mtsamboro, le maire a tranché. Les écoles seront fermées pour ne pas risquer de voir les serrures des portes à nouveau vandalisées.

Logiquement, le SNUipp souffle sur les braises, sûr de sa cause. Le Syndicat Autonome des Enseignants de Mayotte (SAEM) et la Fédération Autonome de l’Education Nationale (FAEN) appellent, encore et toujours, à faire de cette nouvelle année, celle de «l’égalité entre les ex-instituteurs du cadre territorial de Mayotte et leurs homologues de métropole et des autres DOM.» On ne la voit pas venir.

De l’eau dans le second degré

Depuis un mois s’est ajoutée la crise de l’eau et ses coupures. Elle n’avait pas encore affecté le fonctionnement de l’éducation, période de vacances oblige. Mais à cinq jours de la rentrée, surprise : le comité sécheresse annonce un report pour jeudi de la rentrée dans les établissements du sud. «Pourquoi jeudi», se demande très justement le SNES. «Les conditions de sécurité seront-elles alors réunies?» On ne le sait pas encore. Une chose est sûre, à Dembéni et Sada, les portes des écoles resteront fermées comme l’ont décidé les deux municipalités, jusqu’au retour de l’eau courante.

L'école de Bonovo à Mtsapéré toujours fermée

L’école de Bonovo à Mtsapéré

L’Unsa Education note tout de même que la situation semble avoir mieux été anticipée dans les collèges et les lycées. Le syndicat constate que, «le vice-Rectorat s’est activé pour faire en sorte que l’accueil des établissements du 2nd degré soit assuré».

Comment gérer 1000 élèves sans eau à la maison?

«Hormis la SEP de Chirongui et le collège de Ouangani (…), tous les autres établissements seront pourvus en eau, soit par le circuit d’adduction en eau potable, soit par un ravitaillement en eau par bouteilles fournies par le vice-Rectorat et des réservoirs d’eau pour les sanitaires», explique l’UNSA qui met tout de même en garde face aux «risques sanitaires réels à moyen terme».

«Quand des élèves n’ont pas accès à l’eau 2 jours sur 3 chez eux, comment peut-on gérer dans un établissement de plus de 1000 élèves une hygiène corporelle sans doute aléatoire pour beaucoup? La vigilance et la solidarité de tous seront donc de mises. Au regard des comportements solidaires observés dans les communes du sud, tout laisse à penser que l’entraide ne sera pas un vain mot. Mais cela ne suffira sans doute pas forcément sur du moyen terme».

Et toujours les mêmes difficultés

Quant au rattrapage annoncé des journées de cours perdues, le SNES trouve la démarche «inacceptable», l’UNSA juge la mesure «très difficile pour des établissements surpeuplés».

Surpeuplés les établissements de Mayotte ? C’était justement le message porté par la CGT Educ’action dont le communiqué de rentrée parachevait le tableau.

Le syndicat regardait sans détour «vétusté et manque d’hygiène de nombreuses écoles», «climatiseurs ou ventilateurs absents ou en panne pendant des mois, salles régulièrement inondées, planchers pourris… Le manque d’équipement est également criant : réseau informatique fonctionnant très mal ou par intermittence, parc machine au trois quart inutilisable ou dangereux dans les LP industriels, manuels scolaires inexistants ou en nombre restreint…»

Le collège de Dembéni vide d'élèves après le droit de retrait des professeurs le 24 mars 2014

Le collège de Dembéni : la mairie veut attendre le retour de l’eau pour que la rentrée se fasse dans la commune

La CGT souligne aussi qu’il faut faire avec «l’absence de restauration digne de ce nom» qui génère «immanquablement fatigue, démotivation, violences et échec scolaire.»

Des personnels dévoués

Bien sûr, le syndicat souligne, «devant ces difficultés multiples, le dévouement et le professionnalisme des personnels»… trop peu nombreux. «Dans le second degré, l’écart de dotation en personnels enseignants par rapport à la moyenne des académies est supérieur à 24 % (à titre comparaison, l’écart de dotation constaté en Guyane est de 2.53%).»

«En collège, la moyenne est de 24.9 élèves par classe pour 28 à Mayotte, alors même que tous les établissements sont prétendument classés en éducation prioritaire (mais le taux de redoublement est à Mayotte le plus faible de France…)», note la CGT.

«Trop de défaillances nuisent au service d’éducation à Mayotte», rajoute l’UNSA. C’est effectivement le moins que l’on puisse dire en ce début janvier.

Mayotte attend la pluie. Et le beau temps, c’est pour quand?

Rémi Rozié
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
6:18 Gros accident à Doujani, 4 policiers blessés (actualisé)
5:28 Le gouvernement engage 18 millions d’euros à Mayotte sur 9 projets structurants
4:59 Grosse opération de contrôle des deux roues ce mercredi
HIER 20ᵉ réunion du comité sécheresse: De probables coupures d’eau dans le nord dans les semaines à venir
HIER Fermeture de la route Passamainty-Vahibé: Une semaine de patience
HIER Tours d’eau dans le sud: Le planning prévu jusqu’à mardi est modifié
HIER Les horaires des bus scolaires en ligne
HIER Matériel éducatif pour le temps périscolaire à Dembéni
HIER Braquage d’une boulangerie à Mtsapéré

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie
Un prisonnier incendiaire non repentant
Plainte MCG-JM Henry contre TV Mafoubouni: Jugement pour injures publiques le 5 avril
La dernière réquisition du procureur Garrigue sur la prise en charge de la délinquance à Mayotte
Arrivée de CASSIOPPEE à Mayotte cette année, mémoire nationale des faits de délinquance
Pris en flagrant délit de trafic de stup, ils continuent à nier


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
31°
28°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL